Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Planète Blanche

Planète Blanche #65 : 10 ans de Martin Fourcade en vidéo

PLANÈTE BLANCHE – Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine

 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Revivez les plus grands exploits de la carrière de Martin Fourcade en deux minutes chrono !

Ce samedi, quelques heures avant le grand lancement de la coupe du monde 2020/2021 de biathlon, Martin Fourcade, le grand absent de cette nouvelle saison, a posté une vidéo sur ses différents réseaux sociaux. En 2 minutes 15, les plus grands moments de sa carrière sont retracés au fil d’un montage dynamique réalisé par Alexis Bœuf.

 

biathlon, Kontiolahti, Martin Fourcade

Martin Fourcade (FRA) – Manzoni/NordicFocus

 

« Du bonheur, de la souffrance, des rencontres, des lieux, des poings rageurs, des victoires, des défaites… À quelques heures de cette nouvelle saison revivons ensemble ces 10 années d’émotions intenses. Cela va vous manquer ? Moi aussi… », écrit le champion en guise d’accompagnement.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

 

> Les sœurs Gasparin se confient à notre Nordic Magazine : lisez notre article ICI


 

Clémence Grimal : « Je me mets au freeride ! »

À 26 ans, la snowboardeuse Clémence Grimal a décidé il y quelques semaines d’annoncer sa fin de carrière sur halfpipe. Double médaillée de bronze mondiale et deux fois présente aux Jeux olympiques sur la demi-lune, la Cantalienne a été touchée voilà deux ans une forme persistante de la maladie de Lyme. Pour la Planète Blanche de Nordic Magazine, elle a accepté de revenir sur cette période compliquée mais aussi de dévoiler le nouveau chemin que va prendre sa vie de sportive. Entretien.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

  • Vous avez annoncé arrêter le halfpipe il y a maintenant plus de deux semaines : depuis quand avez-vous mûri cette décision ?

Ça fait quelques mois, depuis environ février/mars, que ça tourne dans ma tête. Ces deux dernières années ont vraiment été bizarres. Je suis passée par des moments où je me disais que j’allais reprendre sans problème puis d’autres où c’était tout l’inverse. J’étais un complètement lunatique là-dessus [rires]. J’ai pesé le pour et le contre et j’ai pensé, vu toute l’énergie à dépenser pour retrouver mon niveau et le peu de considération du snowboard halfpipe à la Fédération française de ski, a une autre sortie…

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Clémence Grimal (@clemencegrimal)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

Je vais me mettre au freeride cette année. C’est donc complètement une autre discipline avec un circuit hors de la FIS, le Freeride World Tour [dont la Française Marion Haerty est l’actuelle reine, ndlr.]. Il y a des épreuves qualificatives avec des compétitions une, deux, trois ou quatre étoiles. J’ai la chance, cette année, de pouvoir accéder directement aux compétitions les plus cotées, c’est trop cool. C’est un tour beaucoup plus médiatisé, notamment au niveau des sponsors.

 

  • Qu’est-ce qui vous pousse à vous lancer dans cette deuxième carrière ?

Je me suis toujours dit que je ne voulais pas arrêter le snowboard. Je refusais que quelque chose me l’enlève, que ce soit maladie ou autre chose. Ces deux dernières années, je me suis aussi rendu compte que je n’avais qu’une envie : faire du snow et être sur la neige. C’est ça qui m’a manqué aussi. Je me lance là-dedans, dans un nouveau monde où il me reste beaucoup de choses à apprendre. Ça me fait trop kiffer et je suis vraiment content de pouvoir intégrer ce circuit.

 

« À un moment donné, je ne pouvais plus marcher avec des chaussures. C’était terrible… »

 

  • Pendant de longs mois, vous avez effectivement été empêchée de pratiquer votre sport, votre passion à cause de la maladie de Lyme qui, finalement, a mis fin à votre carrière en halfpipe : pouvez-vous expliquer comment se manifeste cette maladie ?

Au tout début, quand elle a commencé à se déclarer, j’ai perdu énormément de poids, environ une dizaine de kilos, en un rien de temps. J’avais aussi beaucoup d’inflammations au niveau des tendons, des ligaments, surtout au pied droit qui est devenu atrophié, complètement maigre. C’était terrible. À un moment donné, je ne pouvais plus marcher avec des chaussures. La vue de mon œil droit a diminué du jour au lendemain. J’ai aussi eu beaucoup de maux de tête, de fatigue, des vomissements… Pleins de petits symptômes étranges.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Clémence Grimal, snowboard

Clémence Grimal (FRA) – Instagram Clémence Grimal

 

  • Vous avez mis du temps à être fixée sur le diagnostic…

Les médecins de la Fédération, au début, ne savaient pas que c’était ça. Je suis allée voir une psy parce qu’ils pensaient que ça pouvait venir de là, alors que pas du tout… C’est après la première coupe du monde, en décembre 2017, que j’ai fait un malaise aux États-Unis. J’ai été rapatriée en France où j’ai réalisé de vrais bilans sanguins : on a vu que des choses n’allaient pas. Je faisais une insuffisance surrénale couplée à une mononucléose à ce moment-là, on a donc tout traité au cas par cas et je suis quand même allée aux Jeux de PyeongChang. C’est après que ça s’est aggravé de plus en plus. Il y a des jours où je ne pouvais même pas me lever. C’est au bout d’un long parcours qu’un infectiologue m’a diagnostiqué la maladie de Lyme.

 

« Je suis sidérée de la manière dont est géré le snowboard en France… »

 

  • Il vous a fallu deux ans pour accepter que votre carrière en halfpipe était terminée : vous avez traversé une période très compliquée…

Même encore aujourd’hui, j’ai encore du mal à m’y faire. Je suis trop contente parce que je vais beaucoup mieux et que je me considère comme guérie. Je vais retrouver mon snow mais pour le pipe c’est dur à avaler… Les deux dernières années ont vraiment été compliquées parce que c’est ma passion première. C’est dur de tirer un trait là-dessus mais il fallait que je me rende à l’évidence : c’était beaucoup d’énergie à lutter pour financer une saison autour de 30 à 40 000 euros. J’aurais pu me battre mais je n’ai pas cette force-là d’autant que j’ai cette opportunité du freeride.

 

  • Êtes-vous inquiète pour l’avenir du snowboard halfpipe en France ? Seul Liam Tourki représente la France cette année en coupe du monde…

[Sortie du fond du cœur] Ah oui ! Je suis un peu sidérée de la manière dont est géré le snowboard en France en règle générale… Dans les disciplines comme le boardercross, c’est plus facile parce qu’ils ont eu énormément de médailles et une équipe trop forte. Je comprends qu’on mette du budget en plus pour eux mais de là à abandonner le halfpipe à côté, je trouve ça un peu dur. Ça m’inquiète pour les générations futures.

 

Clémence Grimal, snowboard

Clémence Grimal (FRA) – Instagram Clémence Grimal

 

  • Vous commentez depuis quelques hivers le snowboard et le freeski pour Eurosport. Vous semblez y prendre beaucoup de plaisir, n’est-ce pas ?

Ouais [enjouée], j’aime bien ça ! Quand je suis arrivée là-dedans il y a deux saisons, je ne savais pas du tout dans quoi je me lançais. Je ne voulais pas laisser ça à une personne qui ne s’y connaissait pas et, finalement, je m’amuse, ça me fait rire. C’est vraiment un plaisir. Je pense que je vais continuer encore un peu et j’espère voir des snowboardeuses françaises que je puisse soutenir à l’antenne !

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> L’IBU dévoile son calendrier pour la fin de saison : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Première victoire de la saison pour Alexis Pinturault

La coupe du monde de ski alpin se poursuivait la semaine dernière en Autriche. C’est à Lech qu’un parallèle, le seul de la saison avec celui des Mondiaux de Cortina (Italie), était organisé. Visiblement, cette nouvelle mouture des épreuves parallèles, avec des manches typés géant aller-retour à tous les tours pour respecter l’équité, est bien allée à Alexis Pinturault. Le champion français, en totale maîtrise, s’est imposé, remportant son trentième bouquet sur le circuit de la coupe du monde après une victoire sur Henrik Kristoffersen en finale. L’Allemand Alexander Schmid complète le podium.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 𝔸𝕝𝕖𝕩𝕚𝕤 ℙ𝕀ℕ𝕋𝕌ℝ𝔸𝕌𝕃𝕋 (@alexispinturault)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

« C’était une journée relativement longue avec des qualifications le matin et une course le soir. Malgré tout, ça s’est bien enchaîné avec des matches aller-retour qui donnaient une homogénéité absente par le passé. Le physique et le mental, sur les dernières manches, ont pris le relais », expliquait le Courchevelois à la FFSTV une fois revenu à l’hôtel. D’ailleurs, il devient le premier skieur à gagner en coupe du monde dans six disciplines (super-G, slalom, géant, combiné alpin, parallèle géant et parallèle slalom) : « Je dirais que parallèle slalom et parallèle géant, c’est la même chose. Après, j’ai eu la chance de vivre à une époque où on a fait des city event, que sont les parallèles slaloms. C’est toujours une petite ligne de plus à mon palmarès mais je ne focalise pas dessus », termine-t-il.

Dans la compétition féminine, la Slovaque Petra Vlhova s’impose et enchaîne une troisième victoire de suite après son doublé de Levi (Finlande) entre les piquets serrés. L’étonnante américaine Paula Moltzan a pris le relais de Mikaela Shiffrin, absente en Autriche, pour monter sur la deuxième marche du podium complété par la Suissesse Lara Gut-Behrami. Du côté des Françaises, Coralie Frasse-Sombet, seule qualifiée pour le tableau final, s’est inclinée dès les huitièmes : « J’ai essayé de prendre des risques mais j’ai commis plein de petites fautes… », réagissait-elle en bas de la piste.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> L’Envolée nordique aura bien lieu : notre article ICI

 

Les géants de Val d’Isère déplacés à Santa Caterina

À cause du manque de neige sur les pistes du domaine de Val d’Isère (Savoie), la FIS a décidé d’annuler les deux slaloms géants masculins prévus en Tarentaise le week-end prochain pour les organiser à Santa Caterina, en Italie. Du coup, Alexis Pinturault, qui devait prendre la direction de la France après le parallèle de Lech est resté dans son camp de base autrichien. Les féminines, elles, se trouveront du côté de St. Moritz (Suisse) où deux super-G sont programmés samedi et dimanche : ce sera l’heure de la reprise pour les descendeuses.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Critérium de la Première Neige (@criteriumdelapremiereneige)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

> Anne-Sophie Bernadi, la voix du biathlon sur La Chaîne L’Équipe, s’est confiée à Nordic Magazine : notre interview complète ICI

 

> Léo Mollard et Coline Saguez enchaînent les podiums sur les courses juniors de Santa Caterina

Une semaine avant de recevoir la coupe du monde, la piste de Santa Caterina accueille actuellement des courses internationales juniors lors desquelles les Français brillent. D’abord, Coline Saguez, 20 ans depuis le mois de mars, termine troisième puis deuxième des slaloms. Ensuite, Léo Mollard, au même âge, prend la deuxième place du second slalom avant de s’imposer, ce dimanche, en géant avec près d’une seconde d’avance sur l’Italien Alberto Cellie. Son équipier Jules Baur complète un centième derrière.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Coline Saguez, ski alpin, confinement

Coline Saguez lors du premier confinement – Instagram Coline Saguez

 

> Jérôme Laheurte fait le point, pour Nordic Magazine, sur le combiné nordique français : notre interview complète ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Le début de la coupe du monde de snowboardcross est repoussé à la mi-janvier : « Psychologiquement, c’est un peu compliqué », avoue Manon Petit-Lenoir

En quelques jours, deux mauvaises nouvelles sont venues hanter les nuits des spécialistes du snowboardcross. Il y a d’abord eu le report de la coupe du monde de Cervinia (Italie) initialement prévues dans le courant du mois de décembre. Et puis, la semaine passée, ce sont les compétitions de Montafon (Autriche), programmées du 9 au 12 décembre, qui ont été repoussées à la mi-janvier à cause des mauvaises conditions d’enneigement.

L’ouverture du circuit mondial est donc elle aussi reportée : « On va continuer à s’entraîner d’ici là, explique Manon Petit-Lenoir à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Psychologiquement, c’est un peu compliqué… On avait envie de commencer les compétitions, de prendre ce rythme des courses, on s’entraîne pour ça quand même ! On a prévu des stages sur neige au mois de décembre mais on attend encore des infos sur les dates précises et le lieu. On va aussi continuer la préparation physique à la maison. »

 

Manon Petit-Lenoir, snowboardcross

Manon Petit-Lenoir (FRA) – Photo : Eva Bigeard

 

En stage du côté de Cervinia depuis deux semaines, l’équipe de France quitte son camp de base ce lundi. Un lieu que Manon Petit-Lenoir n’a pu rejoindre que jeudi dernier, la faute à un test positif au coronavirus. « J’avais des grosses migraines et je trouvais ça plutôt bizarre. Même si on entend parler de la Covid-19 toute la journée, je n’avais pas du tout imaginé l’attraper… Finalement, je suis allée me faire tester avant de partir en stage et on m’a appelé pour me dire que ce n’était pas possible parce que j’étais positive. D’un côté, ça m’a un petit peu soulagé parce que ça expliquait ma méforme de la semaine précédente. »

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Le résultat de cette mésaventure, ce sont des séances dans le « Disneyland de l’hiver » en moins : « C’est pour cela que, sur le coup, j’étais un peu soulagée du report parce que j’étais un peu en panique et stressé de manquer ce stage en vue des premières épreuves. » Avant de rentrer ce jour à Samoëns, la Haut-Savoyarde a pu reprendre ses marques dans des conditions idylliques.

 

> Retrouvez l’interview croisée des fondeuses Léna Quintin et Coralie Bentz en cliquant ICI

 

Un podium pour Thalie Larochaix sur le slopestyle FIS des Diablerets

La semaine passée, la première compétition FIS de l’hiver de snowboard freestyle avait lieu sur le parcours des Diablerets, en Suisse, à Glacier 3000. Si la Suissesse Isabel Derungs (75,3 pts) s’impose dans la compétition féminine, la Française Thalie Larochaix (73,7 pts) monte sur la deuxième marche du podium. Lucie Silvestre, huitième, n’a pas réussi à accrocher la finale à six. Chez les hommes, la victoire au prometteur allemand Noah Viktor (92,0 pts). Noé Larochaix, le petit frère de Thalie, prend la quinzième place de la finale.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Thalie Larochaix (@thalielarochaix)

 

> Cyril Burdet, pour Nordic Magazine, fait le point sur la forme des fondeurs tricolores : lisez notre interview complète ICI


 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Camille Cabrol revient en coupe du monde « pleine d’ambitions et motivée à bloc »

Samedi prochain, la coupe du monde de ski de bosses, dominée depuis quelques saisons par l’Ariégeoise Perrine Laffont, sera de retour du côté de Ruka, en Finlande. Pour accompagner la championne olympique, Fantine Degroote et Camille Cabrol ont été sélectionnées. Une belle récompense pour cette dernière, victime d’une grave blessure ayant nécessité une longue rééducation. Plus vue en coupe du monde du monde depuis le 18 mars 2018, elle savoure cette sélection : « Je suis tellement contente, j’ai beaucoup travaillé cet été et cet automne pour gagner ma place, avoue-t-elle à la Planète Blanche de Nordic Magazine. J’arrive pleine d’ambitions et motivé à bloc ! »

 

Camille Cabrol, ski de bosses

Camille Cabrol à l’aéroport en direction de la Finlande pour la première coupe du monde de l’hiver – Photo : Camille Cabrol

 

C’est que la bosseuse de 22 ans a écumé le circuit de la coupe d’Europe en janvier et février dernier pour retrouver le rythme. Aussi, elle n’a pas été ajouté au groupe équipe de France au printemps avant de mettre en place une cagnotte solidaire pour mener à bien son projet olympique. Infectée par le coronavirus, elle n’a pas pu participer au stage d’Idre Fjäll (Suède) lors duquel Martin Suire et Perrine Laffont ont gagné une compétition FIS Open il y a une grosse semaine de cela.

« C’est sûr que j’aurais préféré y être pour travailler les derniers détails, mais le destin en avait décidé autrement, explique-t-elle. D’un côté, je suis aussi rassurée car, normalement, le virus ne m’embêtera plus pendant l’hiver. En plus, je n’ai pas eu la forme sévère de la maladie. J’ai donc pu continuer à m’entraîner pour garder la forme physique et j’ai même pu aller skier un peu », termine la skieuse de Megève arrivée en Finlande ce samedi avec le reste de l’équipe de France.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> Qui est Erik Valnes, l’homme qui a fait tomber Johannes Hoesflot Klæbo en sprint à Ruka ? Découvrez-le en cliquant ICI

 

> Regardez le nouveau Vlog de Perrine Laffont

 

> Le week-end dernier, le biathlète Martin Perrillat-Bottonet a disputé ses premières coupes du monde : notre article ICI

 

Jade Michaud sur le podium à Glacier 3000

À l’image de Thalie Larochaix en snowboard, Jade Michaud, 16 ans seulement, a rentabilisé le déplacement aux Diablerets pour disputer un freeski slopestyle FIS sur le parcours de Glacier 3000. La jeune Cluse, avec un run crédité de 81,0 points, a cependant dû s’incliner devant l’Allemande Muriel Mohr (85,3 pts)… âgée de 14 ans ! Dans la compétition masculine, l’Helvète Valentin Morel (94,3 pts) écrase le classement tandis que les Français Benoît Buratti (78,0 pts), Timothé Sivignon (77,7 pts), Alexis Ghisleni (72,3 pts) et Julian Caillet (66,3 pts) ne sont pas parvenus à accrocher le podium.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

> Découvrez ICI la chanson réalisée pour rendre hommage à Martin Fourcade et encourager les biathlètes français


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Du mieux pour Agathe Bessard en skeleton, Margot Boch contrainte de déclarer forfait en bobsleigh

Pour la deuxième semaine de suite, des épreuves de la coupe du monde de skeleton et de bobsleigh étaient organisées sur la piste lettone de Sigulda. En difficulté lors de la première course, la skeletoneuse Agathe Bessard a retrouvé le sourire en se classant treizième vendredi dernier. « J’ai fait des meilleurs départs et de belles descentes, se réjouit-elle interrogée par la Planète Blanche de Nordic Magazine. Je n’étais pas non plus parfaite mais c’était largement correct, je suis contente du résultat. »

Au cours des deux entraînements de la semaine, la Plagnarde a pu travailler sur le virage qui lui posait problème, lui permettant d’entrer dans le top 15 à 1 sec 96 de l’Autrichienne Janine Flock, imbattable sur les bords de la mer Baltique. Chez les hommes, le local Martins Dukurs s’impose devant son frère Tomass tandis que l’étonnant britannique Marcus Wyatt complète le podium.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Agathe Bessard, skeleton, Sigulda

Agathe Bessard (FRA) – IBSF

 

En bobsleigh, l’équipe de France a dû faire face à deux coups durs. D’abord, le B2 féminin n’a pas été engagé après la blessure au dos de la pilote Margot Boch : « C’était la décision la plus sage à prendre », nous explique-t-elle. Ensuite, le bob à deux masculin titulaire Romain Heinrich/Dorian Hauterville signait son grand retour samedi dernier après une blessure du pousseur la semaine précédente. Malheureusement, il s’est de nouveau blessé lors du premier run, au mollet.

Du coup Lionel Lefebvre, son remplaçant, a une nouvelle pris sa place et la France termine douzième puis neuvième à plus d’une seconde de l’Allemand Francesco Friedrich qui part de Lettonie les bras chargés de quatre victoires en quatre courses. Chez les dames, sa compatriote Laura Nolte, accompagné de Leonie Fiebig, s’impose une semaine après un accident en seconde manche. Reprise de la coupe du monde dans deux semaines à Igls : ce week-end, c’est coupe d’Europe à Winterberg (Allemagne).

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Dorian Hauterville (@dorian_hauterville)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

> Christian Fémy, le directeur des sports d’hiver à la Fédération française handisport, réagit au report des Mondiaux 2021 à 2022 : lisez ICI notre article

 

La coupe du monde de luge est lancée !

Une semaine après les cousins du skeleton et du bobsleigh, les lugeurs olympiques ont débuté leur saison de coupe du monde sur le tracé d’Igls, en Autriche. Là-bas, les doublés ont été la norme : les Allemand Felix Loch et Julia Taubitz ainsi que les Autrichiens Thomas Steu/Lorenz Koller se sont imposés lors de la compétition classique puis sur le format sprint. La légende Natalie Geisenberger, de retour après une grossesse, termine à chaque fois dauphine de sa compatriote. Le relais mixte est enlevé par l’Allemagne. Suite de la coupe du monde le week-end prochain à Altenberg (Allemagne).

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Julia Taubitz (@juliataubitz)

 

> La sensation Sturla Holm Lægreid, vainqueur de la première course de l’hiver à Kontiolahti : notre article ICI

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Le futur du patinage japonais s’illustre à Osaka à l’occasion du Grand Prix

Après Las Vegas, Chongqing et Moscou, le Grand Prix ISU de patinage artistique se déplaçait la semaine dernière à Osaka (Japon) à l’occasion du NHK Trophy. Dans des compétitions disputées devant une jauge réduite de spectateurs mais sans les têtes d’affiche du patin nippon, ce sont les jeunes qui se sont illustrés. Yuma Kagiyama, vice-champion du monde juniors l’année dernière, domine ainsi la compétition masculine tout comme Kaori Sakamoto, cinquième des championnats du monde seniors 2019, chez les dames. Enfin, Misato Komatsubara et Tim Koleto ont été les meilleurs en couple.

 

 

> Dorothea Wierer a remporté l’individuel de Kontiolahti… pour une seconde : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

> Grave chute et lourdes blessures pour Evan Klufts

En stage du côté de Cervinia (Italie) avec l’équipe de France B de vitesse, le Haute-Savoyard Evan Klufts a été victime d’une lourde chute. « L’addition s’est avérée assez salée avec une fracture en C3, une autre du plateau orbital et un beau bordel au genou droit ! On a dû se concentrer sur le vital avec la fracture C3 qui pouvait être à risque ! Après plusieurs IRM, radios et tests au CHU de Grenoble, l’horizon s’éclaircit un peu car la fracture cervicale est stable et qu’apparemment il n’y aurait pas forcément d’opération à venir pour l’œil ! On surveille un peu tout ça pour les semaines à venir », renseigne le skieur de 23 ans sur Instagram.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Evan Klufts (@kluftio)

 

> Une neuvième place « comme une petite victoire » pour Anaïs Chevalier : notre article ICI

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> Thomas Dressen opéré de la hanche

Gêné à la hanche depuis deux ans, le descendeur allemand Thomas Dressen, vainqueur de la Streif en 2018, a dû se résoudre à se faire opérer à Munich (Allemagne). S’il ne pourra pas être prêt pour la descente de Val d’Isère (Savoie) programmée dans moins de deux semaines, il pourrait revenir en cours d’hiver.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Thomas Dreßen (@thomas_dressen)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

> Comment Quentin Fillon-Maillet a-t-il géré le cas de coronavirus au sein de l’équipe de France en milieu de semaine dernière ? Lisez notre article ICI

 

> La coupe du monde de short track n’existe plus, les Mondiaux changent de lieu

Les short trackeurs savaient déjà qu’ils allaient vivre un hiver particulier, mais imaginaient-ils qu’il allait l’être à ce point ? L’ISU a annoncé la semaine dernière l’annulation des coupes du monde allemandes de Bietigheim-Bissingen et de Dresde, les deux dernières encore programmées en février 2021. Du coup, il ne reste plus que l’Euro de Gdansk (Pologne/22-24 janvier) et les Mondiaux, qui passent de Rotterdam à Dordrecht (Pays-Bas/5-7 mars), comme événement majeurs dans la saison. Par ailleurs, l’ISU a annoncé que les Mondiaux de patinage de vitesse auront lieu à Heerenveen (Pays-Bas) du 11 au 14 février, soit dans la continuité de l’Euro et des deux étapes de la coupe du monde organisés dans la bulle de la patinoire Thialf.

 

> Regardez ICI les résumés vidéos des individuels de Kontiolahti

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> Jutta Leerdam et Hein Otterspeer sacrés champions des Pays-Bas de sprint en patinage de vitesse

Après les championnats des Pays-Bas de patinage de vitesse par distances puis de l’Allround, le troisième acte, le sprint, avait lieu le week-end dernier. Après deux jours de compétitions acharnées et et quatre courses, deux 500 mètres et deux 1 000 mètres, ce sont Jutta Leerdam et Hein Otterspeer qui décrochent les médailles d’or. À noter l’incroyable performance de Suzanne Schulting, spécialiste de short track et troisième du classement féminin.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SUZANNE SCHULTING (@suzanneschulting)

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

 

> « On fera le bilan à la fin de la période », explique Vincent Vittoz : notre article ICI

 

> La première étape de la coupe du monde de luge sur piste naturelle annulée

Les lugeurs sur piste naturelle ne se retrouveront pas comme prévu du 10 au 13 décembre à Kühtai (Autriche) pour le lancement de leur coupe du monde. Le manque de neige en est la cause. La FIL essaye de trouver le moyen de donner les épreuves prévues en Autriche à une autre station.

 

> Le bilan du premier week-end de la coupe du monde de ski de fond : cliquez ICI

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> L’ancienne biathlète Tchèque Veronika Vitkova est devenue maman

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Veronika Vitkova (@verca.vitkova)

 

> Premier succès en coupe du monde pour le sauteur norvégien Halvor Egner Granerud : notre article ICI

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> L’affiche du Kandahar 2021 a été dévoilée

 

> Découvrez la totale du dimanche soir en cliquant ICI

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> Regardez Finally, le film de Ben Buratti sur la fin du confinement et le retour à la montagne

 

> Regardez ICI les résumés vidéos des sprints de Kontiolahti

 

> Découvrez le troisième épisode d’« En ligne de mire », la websérie de Quentin Fillon-Maillet

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Photos/Vidéos : Nordic Focus, Eva Bigeard, Camille Cabrol, IBSF et Instagram.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

La biathlète Julia Simon a remporté, ce samedi matin, la course de 14 kilomètres du Trail Bambée des Saisies, à la maison.

Ski de fond

10:17. Ce vendredi soir, le fondeur du Team Decathlon Experience Matis Leray participait à la 6D Verticale, une course de 5 kilomètres pour 1000...

Ski de fond

Le Norvégien Johannes Hoesflot Klæbo vient de passer une semaine d'entraînement extrême entre longues sorties en vélo et séances corsées de ski-roues.

Ski de fond

Tout l'été, les nordiques réalisent les Selfskis© de Nordic Magazine. Le fondeur cluse Jules Chappaz s'y attaque.

Rollerski

19:06. Ce vendredi après-midi, la coupe du monde 2021 de rollerski s’ouvrait avec un sprint de 200 mètres skating organisé dans les rues de...

Biathlon

18:17. Les invitations pour la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival 2021 s’enchaînent. Alors que les Norvégiens Tiril Eckhoff et Sturla Holm Lægreid...

Biathlon

Avec un pourcentage de réussite de 93,33% derrière la carabine l'hiver dernier, l'Autrichien Simon Eder a pris la place du Français Julien Robert comme...

Ski de fond

Entraîneur des fondeuses de l'équipe de France, Thibaut Chêne se confie ce vendredi à Nordic Magazine à quelques jours de s'envoler pour la Norvège...