Planète Blanche #68 : Jordan Sarrou en ski de fond à Prémanon

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

PLANÈTE BLANCHE – Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine.

 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Jordan Sarrou, champion du monde de VTT, débute sa préparation sur les pistes de ski de fond de Prémanon

Ces dix derniers jours, le meilleur vététiste de la planète se trouvait dans la Jura ! C’est que Jordan Sarrou, sacré champion du monde de VTT à Leogang (Autriche) début octobre, y était un stage. « J’ai passé une dizaine de jours au CNSNMM de Prémanon pour faire de l’hypoxie dans les chalets mais aussi de la musculation et du ski de fond, explique le Stéphanois à la Planète Blanche de Nordic Magazine. C’est une très belle alternative de préparation, le fond étant complémentaire de la pratique du VTT. »

 

Jordan Sarrou, ski de fond, VTT, Prémanon

Jordan Sarrou (FRA) – Photo : Jordan Sarrou

 

Le ski de fond fait effectivement travailler le haut et le bas du corps, comme son sport de prédilection, ainsi que l’endurance. Il n’est ainsi pas rare de voir, l’hiver, les cyclistes Romain Bardet ou Thibaut Pinot sur les pistes de ski de fond. « Dès que les conditions le permettent, je fais du ski de fond l’hiver, continue le quadruple champion du monde du relais mixte. C’est le troisième hiver que je viens en hypoxie et une dizaine d’années que j’utilise le fond dans ma préparation. » La véliplanchiste charentaise Charline Picon, championne olympique de RS: X à Rio de Janeiro (Brésil) en 2016, a également passé quelques jours au CNSNMM en ce mois de décembre.

 

 

> Après son premier top 10 en coupe du monde, la fondeuse bressaude Delphine Claude a répondu aux questions de Nordic Magazine : lisez ICI son interview


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

La saison de ski cross a démarré : une victoire et un podium pour les Bleus mais aussi une blessure pour Alizée Baron

La semaine dernière, les ski crosseurs retrouvaient enfin le chemin de la compétition ! Pour Alizée Baron, 28 ans, cela faisait depuis mars 2019 qu’elle attendait ce moment… Blessée au dos il y a 14 mois, elle n’avait plus mis un dossard depuis 638 jours. Une éternité. « Ça faisait de longs mois que je rongeais mon frein et que je me sentais prête. J’avais hâte de savoir où j’en étais… J’avais aussi beaucoup d’excitation et d’impatiente à l’idée de reprendre. Forcément, il y avait, aussi, beaucoup d’appréhension. J’avais peur d’avoir tout oublié… », expliquait-elle ce dimanche soir à la Planète Blanche de Nordic Magazine.

Finalement, la skieuse d’Orcières-Merlette (Hautes-Alpes) a parfaitement réussi son retour en terminant quatrième, c’est-à-dire dernière de la grande finale, des deux premières courses, disputées en nocturne sur le parcours sprint d’Arosa, en Suisse. « À ma grande surprise, je me suis retrouvée à jouer aux avant-postes dès ma première course et à confirmer le lendemain », s’étonne-t-elle avant d’expliquer que le podium lui a échappé à cause d’un ski pris dans un trou puis d’un départ complètement manqué. « J’ai voulu trop en faire et je n’ai pas branché le cerveau », regrette la médaillée de bronze mondiale 2019.

pub

 

Alizée Baron, ski cross

Alizée Baron (FRA) – Instagram Alizée Baron

 

« J’ai de la chance que mon épaule soit restée bien à sa place »

 

Après cette ouverture helvète de milieu de semaine, où Alexandra Edebo, Fanny Smith, David Mobaerg et Viktor Andersson se sont imposés, la caravane du ski cross se retrouvait du côté de Val Thorens, sur « un vrai ski cross » selon Alizée Baron. « Toute l’équipe sera d’accord pour dire qu’on est hyper reconnaissant envers l’organisation et la station qui a mis en place cette coupe du monde et ce magnifique parcours malgré la situation sanitaire », remercie-t-elle.

Malheureusement, après l’annulation des courses du samedi à ce lundi à cause d’Éole, les compétitions dominicales se sont mal passées pour l’Orcatuse, tombée en huitième de finale et blessée à l’épaule : « Ça fait mal au moral parce que les entraînements se sont super bien passés mais, sur cette manche que je domine largement, je déchausse dans un dévers et tombe de tout mon poids et de toute ma vitesse sur mon épaule… C’est un bon coup de malchance mais j’ai une grosse contusion osseuse. Je pars donc pour une bonne dizaine de jours de repos total. » Heureusement pour Alizée Baron que son articulation ne s’est pas démise : « Cette épaule a été luxée il y a trois ans et, si elle ressortait, c’était opération obligatoire et fin de saison. J’ai la chance qu’elle soit restée bien à sa place », finit-elle par rigoler.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alizée Baron (@alizeebaron)

 

Finalement, la journée s’est bien terminée pour l’équipe de France puisque les premiers podiums de l’hiver ont été décrochés. D’abord, Jade Grillet-Aubert, venue de l’alpin, pour son quatrième ski cross en coupe du monde a terminé à une superbe deuxième place derrière l’intouchable Fanny Smith. « Ce n’est pas une surprise pour moi, claironne Alizée Baron. Si elle a toutes les qualités techniques nécessaires de l’alpin, elle doit encore améliorer celles du ski cross comme les sauts mais, ce dimanche, elle s’est révélée dans l’adversité. C’est génial. » Une densité nouvelle en équipe de France féminine, longtemps composée des seules Alizée Baron et Marielle Berger-Sabbatel. Cet hiver, en ajoutant Amélie Schneider, elles sont quatre : « C’est une grosse bouffée d’air frais », résume la Haut-Alpine.

 

 

Chez les hommes, alors que Terence Tchiknavorian n’est pas encore prêt à revenir au plus haut niveau, Jonathan Midol s’est magistralement imposé en Savoie tandis que Jean-Frédéric Chapuis, dont le parcours porte le nom, son frère Bastien, le champion du monde François Place et Youri Duplessis-Kergomard terminent au pied du podium. Deuxième compétition ce lundi à Val Thorens, vous l’aurez compris sans Alizée Baron.

 

 

> Tara Geraghty-Moats est entrée dans l’histoire en devenant la première combinée à triompher en coupe du monde, la Française Léna Brocard 22e : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Alexis Pinturault roi de la Gran Risa, Aleksander Aamodt Kilde en feu sur la Saslong

Il tournait autour depuis le début de l’hiver. Cette fois, sur une Gran Risa d’Alta Badia (Italia) des grands jours, Alexis Pinturault l’a mise au fond. Quatrième et deux fois cinquième des trois premiers géants de la saison, le Courchevellois a tout mis dans le bon sens ce dimanche pour s’imposer sur la mythique piste des Dolomites. Sa 31e victoire en coupe du monde, la quinzième dans la spécialité : « C’est une grande joie parce que c’était un vrai objectif pour moi de gagner ici et c’est enfin dans ma poche, rayonnait-il au pied du podium. Je suis content de retrouver le podium et, en plus de ça, la meilleure des places. »

Le Français assure cette victoire… sept centièmes devant le Norvégien Atle Lie McGrath, impressionnant avec son dossard 29. Le Suisse Justin Murisier, avec le 25 sur le dos, est troisième. Ce lundi, un slalom, le premier de l’hiver pour les hommes, est prévu à Alta Badia avant une autre course entre les piquets serrés ce mardi soir à Madonna di Campiglio (Italie).

 

 

Avant ce géant dominical, les descendeurs étaient en action vendredi et samedi du côté de Val Gardena (Italie) et de la mythique Saslong. Une piste que le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde a parfaitement maîtrisé. Le vainqueur sortant du gros globe de cristal y a effectivement remporté le super-G puis la descente. Nils Allègre, sixième (meilleur résultat en carrière) et onzième, a été le meilleur Français du week-end : « Je suis dans la continuité de Val d’Isère, je suis content de concrétiser les objectifs », expliquait-il après la descente. Les fous de la vitesse retrouveront la coupe du monde au lendemain de Noël pour le premier entraînement de Bormio (Italie).

 

 

> Johannes Hoesflot Klæbo ouvre la porte à un forfait aux Mondiaux de ski de fond : notre article ICI

 

Premier podium de l’hiver pour Tessa Worley à Courchevel, première pour Clarisse Brèche

Lundi dernier, le second géant de Courchevel (Savoie) avait lieu sur le stade Emile-Allaisaprès l’annulation de la course dominicale à cause d’une piste pas assez sécurisée. L’occasion pour Tessa Worley, troisième à 1 sec 09 de Mikaela Shiffrin, vainqueure pour la première fois en coupe du monde depuis le décès subit de son papa en février dernier et très émue une fois la ligne passée, de signer un premier podium cet hiver. « Que d’émotions… Je suis contente de ma course. J’ai vraiment élevé le niveau. Je pensais à une quatrième ou une cinquième place mais, avec l’erreur de Marta Bassino, je monte sur ce podium qui fait du bien au moral et à la confiance », confiait la Bornandine au micro de la FFSTV après la course.

Une compétition d’ailleurs marquée par la grave blessure au genou de Romane Miradoli, dont la saison est terminée. Le prochain géant aura lieu le 28 décembre à Semmering (Autriche) où un slalom sera organisé le lendemain.

 

 

« C’est quelque chose que je voulais faire depuis toute petite » (Clarisse Brèche)

 

Ce week-end courchevellois était l’occasion pour Clarisse Brèche, locale de l’étape de 19 ans, de découvrir la coupe du monde. Performante en début d’hiver sur des courses FIS, comme la Planète Blanche en avait fait l’écho, elle a eu sa chance, terminant 52e le samedi et 49e le lundi. « C’était un week-end fort en émotion parce que c’était la première fois ! C’était vraiment une bonne expérience, j’espère y retourner rapidement, expliquait-elle, rayonnante, à la Planète Blanche de Nordic Magazine samedi dernier alors qu’elle se trouvait en Italie pour une coupe d’Europe. Le premier jour, j’étais forcément un peu plus stressée que d’habitude parce que c’était nouveau et quelque chose que je voulais faire depuis toute petite. » La skieuse de Courchevel a pu disputer deux manches de coupe du monde à la maison. À 19 ans, cela n’a pas de prix.

 

Clarisse Brèche, ski alpin

Clarisse Brèche (FRA) – Instagram Clarisse Brèche

 

> Karl Geiger, tout frais champion du monde de vol à ski et papa, testé positif à la Covid-19 : notre article ICI

 

Ester Ledecka regagne en super-G

Le week-end dernier, les descendeuses entraient pour la première fois de l’hiver en action. L’occasion pour la Tchèque Ester Ledecka, vainqueure en coupe du monde snowboard alpin la semaine précédente, de remporter le super-G de Val d’Isère (Savoie). C’est tout simplement la première fois que la « snowskieuse » s’impose dans la spécialité depuis son sacre olympique surprise de PyeongChang (Corée du Sud) en février 2018. Elle devance la Suissesse Corinne Suter de trois petits centièmes. L’Helvète est d’ailleurs la femme du week-end puisqu’elle a remporté la première descente avant de terminer dauphine de Sofia Goggia sur la seconde. Les Françaises n’ont pas été à la fête à domicile : Tiffany Gauthier, 24e, 27e et 12e, est la meilleure d’entre elles. Prochain week-end de vitesse début janvier à St. Anton (Autriche).

 

 

> La Russie ne participera pas aux Jeux olympique de Pékin 2022 : notre article ICI

 

> Clément Noël et Théo Letitre s’imposent en coupe d’Europe en Italie

La semaine a été marquée par plusieurs belles performances françaises en coupe d’Europe. Tout d’abord Clément Noël et Théo Letitre, qui sera sur la coupe du monde ce lundi et ce mardi, se sont imposés en slalom à Val di Fassa (Italie). Doriane Escané a terminé septième puis a été disqualifiée lors des géants d’Hippach (Autriche) tandis que Coralie Frasse-Sombet, ce dimanche, a pris la troisième place à Andalo (Italie) sur le même format.

 

 

En courses FIS, Diego Orecchioni prend la cinquième place du géant de Zinal (Suisse) avant qu’Adrien Fresquet ne fasse le doublé des deuxièmes places lors des super-G quand Victor Schuller terminait troisième du second. Enfin, à Tignes (Savoie), Théo Lopez remporte le slalom au lendemain de la victoire du Belge Tom Verbeke tandis que Kim Vanreusel, elle aussi venue du plat pays, et Nastasia Noens s’imposent chez les féminines.

 

> Les biathlètes français dans les rétroviseurs des Norvégiens lors du sprint d’Hochfilzen : notre article ICI


 

Les skieurs alpins Français retrouvent le chemin de la compétition à l’occasion de la coupe d’Europe de St. Moritz (Suisse) : « C’était vraiment top », s’enthousiasme Arthur Bauchet

L’attente a été longue mais, finalement, l’équipe de France de para ski alpin a repris le chemin de la compétition la semaine dernière. C’est la coupe d’Europe de St. Moritz (Suisse) qui a fait office de rentrée aux Bleus, brillants dans les Grisons. Arthur Bauchet a notamment remporté les deux géants et les deux slaloms dans sa catégorie tandis que son acolyte Marie Bochet prenait une breloque argentée et trois autres dorées. Plus que cela, c’est toute l’équipe de France qui a brillé avec des belles places pour Aurélie Richard et des podiums pour Jordan Broisin, Hyacinthe Delaplace (& Maxime Jourden) ou encore Lou Braz-Dagand.

 

Marie Bochet, Arthur Bauchet, ski alpin, handisport

Facebook Arthur Bauchet

 

« Cela s’est super bien passé, bien plus que ce que j’avais imaginé, s’enthousiasme Arthur Bauchet à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Je savais que j’étais en forme mais c’est toujours compliqué de la confirmer. Avec ces quatre victoires, je n’aurais pas pu rêver mieux. On est vraiment conscients de la chance qu’on a de skier en ce moment d’autant que la station de St. Moritz a fermé le soir de notre dernière course. » La semaine a d’ailleurs été éprouvante physiquement pour le Serrois, en classification la veille de la première course.

« Cela sert à déterminer notre coefficient de handicap, renseigne-t-il. La classification est assez compliquée à réaliser pour les handicaps invisibles et les maladies. Du coup, on nous fait passer une série de tests pour tester les limites de ce que l’on peut faire. C’est très intense, j’étais à plat en sortant. C’était clairement le plus difficile pour moi sur cette semaine. Ils nous poussent tellement à bout… Finalement, j’ai été reclassifié comme les années précédentes et je n’ai plus à le faire jusqu’en 2024. »

 

Arthur Bauchet, para ski alpin

Arthur Bauchet (FRA) – Facebook Arthur Bauchet

 

Si l’équipe de France a brillé, notamment en catégorie debout où il a signé des doubles podiums avec Jordan Broisin et un tir groupé avec cinq Bleus dans le top 7 lors du second slalom, Arthur Bauchet regrette une chose : ne pas avoir pu monter sur le podium de manière physique. « Avec les normes coronavirus, ils n’ont pas voulu faire les faire… On n’a pas trop compris la raison parce que les valides, eux, ont des podiums, enrage-t-il. On essaiera de négocier cela pour la suite de la saison. » Si rien n’est annulé, ce sera à l’occasion de la coupe du monde de Saalbach (Autriche) début janvier puis, dans la foulée, de Veyzonnax (Suisse).

 

 

> L’Autrichienne Marita Kramer remporte la première coupe du monde de saut à ski féminin de l’hiver : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

L’équipe de France rassemblée à Cergy-Pontoise dans le cadre du Challenge 2020 : « Tout le monde était heureux de se croiser », témoigne Marie-Jade Lauriault

Depuis les Masters de Villard-de-Lans (Isère), disputés sans les athlètes s’entraînant outre-Atlantique, les patineurs artistiques français, privés de compétitions cette saison, n’avaient quasiment pas eu l’occasion de se mettre en situation devant un jury. En lieu et place des championnats de France de Vaujany (Isère) annulés il y a quelques semaines, la Fédération française des sports de glace a décidé d’organiser un Challenge. « Comme ils ne pouvaient pas faire de compétition, ils ont pensé à ce rassemblement construit comme une mise en situation », explique Romain Le Gac à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Avec sa compagne, sur la glace comme dans la vie, Marie-Jade Lauriault, ils ont donc fait le déplacement depuis Montréal (Canada), où ils vivent et s’entraînent.

 

Marie-Jade Lauriault, patinage artistique, danse sur glace, Romain Le Gac

Marie-Jade Lauriault (FRA), Romain Le Gac (FRA) – Instagram lauriaultlegac

 

Cette compétition ne disant pas son nom constituait donc la rentrée du couple de danse sur glace. « Il y a eu quelques erreurs sur le programme court mais on était tout de même content de ce qu’on a montré sur la glace. Pour le libre, cela a super bien été mais on était un peu surpris des scores », détaillait Marie-Jade Lauriault quelques minutes après leur passage sur la glace lors duquel ils ont enfin pu présenter leurs nouveaux programmes munis de leurs nouveaux costumes. « On est fiers de cette première représentation devant jury après quelques mois de préparation », reprend-il.

 

 

Ce week-end était également, et surtout, l’occasion de réunir les membres de l’équipe de France. « Cela faisait un an qu’on ne s’était pas vu, compte-t-il. Ça fait vraiment du bien et cela fait partie des raisons de notre présence de France. » « C’est sûr qu’on a revu beaucoup de gens qu’on n’avait pas vus depuis très longtemps. Tout le monde était heureux de se croiser », continue-t-elle. Maintenant, le couple est en vacances : le programme ? Des fêtes de Noël passées dans la famille de Romain Le Gac dans les Alpes avant un retour le 27 décembre au Canada où une quatorzaine les attend jusqu’au 10 janvier… Le retour sur la glace se fera le 11. « On va passer la nouvelle année en amoureux », lance Marie-Jade Lauriault dans un éclat de rire.

 

> L’oncle et la tante de Sturla Holm Lægreid sont ses seuls sponsors : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Tifany Huot-Marchand et Sébastien Lepape sur le toit de la France

Vendredi et samedi dernier, les championnats de France de short track, ou patinage de vitesse sur piste courte, avaient lieur sur la glace de la patinoire Philippe Candeloro du CNEA de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). Sans surprise, Tifany Huot-Marchand a réalisé le triplé 500, 1 000 et 1 500 mètres pour la deuxième édition de suite. « Je suis contente d’avoir remporté une nouvelle fois ces trois médailles d’or, témoigne la Belfortaine pour la Planète Blanche de Nordic Magazine. On a peu de compétitions, donc ça fait vraiment du bien de courir de nouveau même si ça n’a rien à voir avec les courses internationales. »

 

 

Chez les hommes, Sébastien Lepape remporte le 1 000 et le 1 500 mètres mais est battu sur le 500 mètres par Quentin Fercocq, manquant le triplé de quelques centièmes. Les deux superstars de cette édition des championnats nationaux seront les principales chances françaises lors de l’Euro de Gdansk (Pologne) prévu du 22 au 24 janvier.

 

> Emilien Jacquelin deuxième de la poursuite d’Hochfilzen : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Axelle Gachet-Mollaret et Thibault Anselmet brillent en ouverture de la coupe du monde

Le week-end dernier, Pontedilegno-Tonale (Italie) accueillait la première étape de la coupe du monde 2020/2021 de ski alpinisme. L’occasion pour Thibault Anselmet de décrocher sa première victoire à ce niveau lors du sprint d’ouverture. Le lendemain, lors de la vertical race, il termine cinquième d’une course remportée par le local Federico Nicolini. Chez les dames, c’est la Française Axelle Gachet-Mollaret qui s’est imposée sur ce format au lendemain de la troisième place de Léna Bonel lors du sprint gagné par la Suissesse Marianne Fatton.

 

 

Dans les catégories de jeunes, Margot Ravinel, multimédaillée lors des Jeux olympiques de la jeunesse de Lausanne en début d’année, termine cinquième et sixième tandis que Rémy Garcin est troisième du sprint, toujours en U20. Enfin, en moins de 23 ans, Marie Pollet-Villard et Manon Anselmet montent sur le podium du sprint et la première termine troisième de la vertical race. Prochain coupe du monde le 29 janvier dans le Val de Bagnes, en Suisse.

 

> Tiril Eckhoff réalise le doublé sprint/poursuite à Hochfilzen : notre article ICI


 

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

> Margot Boch et Carla Sénéchal terminent l’année par un top 10, Agathe Bessard 19e en skeleton

La semaine dernière, les bobeurs et skeletoneurs concluaient leur année 2020 par de nouvelles coupes du monde disputées sur la piste d’Igls, à Innsbruck (Autriche). Margot Boch et Carla Sénéchal, en battant une nouvelle fois leurs records de poussée sur la piste, terminent à la huitième place à distance respectable du triplé allemand mené par le duo Stephanie Schneider/Leonie Fiebig. Chez les hommes, en l’absence de l’équipage français mené par Romain Heinrich, Francesco Friedrich réalise le doublé avec Alexandre Schueller à la poussée. En skeleton, Martins Dukurs et Janine Flock s’imposent alors que la Française Agathe Bessard prend la 19e place. Reprise de la coupe du monde le week-end du 10 janvier à Winterberg (Allemagne) où les courses serviront de support aux championnats d’Europe.

 

Margot Boch, bobsleigh, Sigulda, Carla Sénéchal

Margot Boch (FRA), Carla Sénéchal (FRA) – IBSF

 

> Martin Fourcade sportif de l’année 2020 : notre article ICI

 

> Premier succès de l’hiver pour Hofmeister en snowboard alpin, les Russes rois des Mondiaux juniors

En milieu de semaine dernière, Carezza (Italie) accueillait un slalom géant parallèle comptant pour le compte de la coupe du monde de snowboard alpin. En l’absence de la Tchèque Ester Ledecka, occupée en ski alpin à Val d’Isère (Savoie), c’est l’Allemande Ramona Teresia Hofmeister qui s’est imposée, battant la Suissesse Ladina Janny en finale. Victoire de l’Autrichien Benjamin Karl, sa 18e en carrière, chez les hommes. Sylvain Dufour, 26e, n’a pas passé les qualifications. Le week-end dernier, lors des championnats du monde juniors de Lachtal (Autriche), les Russes Dmitry Loginov, déjà double champion du monde chez les seniors en 2019, et Sofia Nadyrshina ont réalisé le doublé slalom et géant parallèle. La prochaine coupe du monde est prévue le 9 janvier à Scuol (Suisse).

 

 

> Jarl Magnus Riiber se fait battre au sprint par Vinzenz Geiger deux jours de suite à Ramsau (Autriche) : notre article ICI

 

> Natalie Geisenberger continue d’enchaîner les deuxièmes places en coupe du monde de luge, 45e victoire pour Wendl/Arlt

À ce rythme-là, Natalie Geisenberger va être renommée Natalie Poulidor. En six compétitions disputées cet hiver, la reine de la luge mondiale a terminé… six fois à la deuxième place. Une régularité qui lui permet tout de même de terminer l’année 2020 en tête du classement général. À Winterberg (Allemagne), où les locaux ont réalisé le grand chelem, Julia Taubitz s’est imposée lors de la course classique puis sur le sprint. Chez les hommes, Felix Loch et Max Langenhan ont été les plus rapides. Enfin, en double, Tobias Wendl et Tobias Arlt s’imposent, gagnant pour la 45e fois en coupe du monde, avant de laisser la vedette à leurs meilleurs ennemis Toni Eggert et Sascha Benecken lors du sprint. Reprise de la coupe du monde à Königssee (Allemagne) dès le 2 janvier !

 

 

> Gaspard Rousset remporte la mass-start de l’OPA Cup de Val Formazza : notre article ICI

 

> Une première étape de la coupe du monde de luge sur piste naturelle marquée par les doublés

À l’heure de résumer la première coupe du monde de luge sur piste naturelle de l’hiver, disputée à Winterleiten (Autriche), les doublés facilitent grandement notre travail. L’Italienne Evelin Lanthaler, l’Autrichien Michael Scheikl et le double transalpin Patrick Pigneter/Florian Clara ont effectivement remporté les deux courses de la semaine. Les Italiens remportent logiquement la compétition collective. Prochaine étape de la coupe du monde mi-janvier à Passeiertal (Italie).

 

 

> Arnd Peiffer arrache la mass-start d’Hochfilzen, Emilien Jacquelin chute et termine cinquième : notre article ICI

 

> Aurélien Panis et Yann Ehrlacher premiers vainqueurs sur le e-Trophée Andros

Le week-end dernier sonnait le début du e-Trophée Andros, mythique tournée de course automobile électrique sur glace. C’est en Andorre que s’ouvrait la compétition avec deux courses au programme : Aurélien Panis et Yann Ehrlacher s’imposent dans la catégorie reine, appelée Elite Pro. C’est le premier qui mène le général, pour quatre points, alors que la deuxième étape est prévue les 8 et 9 janvier à Isola 2000 (Alpes-Maritimes).

 

 

> Lucas Chanavat et Richard Jouve terminent deuxièmes du sprint par équipes de Dresde : notre article ICI

 

> Le calendrier de la coupe du monde de ski de bosses modifié

C’était à prévoir, c’est maintenant officiel. La coupe du monde de ski de bosses de Tazawako (6-7 mars) a été annulée à cause de la situation sanitaire tandis que les compétitions prévues à Calgary (Canada) fin janvier sont déplacées du 19 au 21 février. En l’état actuel des choses, le calendrier ne comporte plus que trois étapes, deux en février et une dernière en mars. Pas folichon pour Perrine Laffont et compagnie.

 

> Quatre fautes et une treizième place pour Stina Nilsson aux sélections suédoises : notre article ICI

 

> Regardez l’impressionnante chute du descendeur monégasque Arnaud Alessandria à Santa Caterina !

 

> Cinquième victoire de l’hiver pour un intouchable Halvor Egner Graneurd, qui arrivera à la Tournée des Quatre Tremplins avec le dossard jaune : notre article ICI

 

> Le duo Marta Bassino/Laura Pirovano à Val d’Isère, ça donne ça !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marta Bassino (@martabassino)

 

> Découvrez en cliquant ICI la totale du week-end nordique !

 

> Ce lundi, le slalomeur plagnard Julien Lizeroux retrouve la coupe du monde : visiblement, cela lui avait manqué !

 

Photos/Vidéos : Jordan Sarrou, IBSF, Facebook, YouTube et Instagram.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.