Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Planète Blanche

Planète Blanche #81 : Alexis Pinturault en cristal 24 ans après Luc Alphand

Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine.

Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Le gros globe de cristal revient en France grâce à Alexis Pinturault

Le feuilleton de l’hiver est terminé. Si le duel entre Sturla Holm Lægreid et Johannes Thingnes Boe, finalement remporté par ce dernier, a tenu en haleine les amoureux du biathlon pendant de longues semaines, celui opposant le Savoyard Alexis Pinturault au Suisse Marco Odermatt a également atteint son paroxysme la semaine passée. En abordant les finales de Lenzerheide (Suisse) avec un pécule réduit à 31 points, le Français, bien qu’en tête, était en fâcheuse posture.

Pourtant, cette maigre avance a été précieuse… grâce à la météo. C’est que les fortes chutes du neige ont obligé les organisateurs à annuler la descente et le super-G, disciplines fortes de l’Helvète. C’est ainsi que, samedi dernier, jour de ses 30 ans, Alexis Pinturault a pris le départ du slalom géant le plus important de sa carrière avec une avance de 31 points. Bien maigre face à un Odermatt en fusion depuis quelques semaines. Sauf que la tendance s’est inversée dans le canton des Grisons.

« Alexis a été le meilleur au monde cette saison »Luc Alphand, vainqueur du gros globe de cristal en 1997, au journal L’Équipe

Auteur d’une démonstration quand son adversaire terminait seulement onzième, Pinturault faisait coup triple : 34e victoire en coupe du monde, petit globe du géant et gros globe du classement général assuré avant même le slalom dominical. De quoi le remplir d’émotions. « Je suis bien content qu’on arrête de m’en parler », glisse-t-il en se marrant aux journalistes en zone mixte en faisant référence à Jean-Claude Killy et Luc Alphand, les deux seuls Français à avoir soulevé ce précieux trophée avant lui.

Vingt-quatre ans après Alphand, Alexis Pinturault a donc remporte ce fameux et tant convoité gros globe de cristal. « C’est le plus difficile à gagner », expliquait David Chastan, chef de l’équipe de France, après l’exploit du skieur de Courchevel (Savoie). Sur un nuage, celui-ci avouait avoir réalisé « l’accomplissement d’une carrière. Ça faisait des années que je battais pour aller le chercher… J’ai eu des moments de doute, notamment lors du week-end de Kranjska Gora, mais cela m’a permis de me reconcentrer sur l’essentiel ». Une performance XXL gravée dans le marbre de la grande histoire du ski et du sport tricolore.

« Alexis a été le meilleur au monde cette saison », résumait Luc Alphand himself dans le journal L’Équipe dimanche matin. Quelques heures plus tard, il terminait à la troisième place du slalom derrière Clément Noël, numéro deux de la saison des piquets serrés, et l’Autrichien Manuel Feller, dernier vainqueur de l’année. Jean-Baptiste Grange en a d’ailleurs profité pour clôturer une magnifique carrière au terme d’une dernière descente pleine d’émotion mais tellement simple. Comme l’homme et le skieur qu’il est. « Ça va faire bizarre sans lui », souffle Noël, qui a souvent partagé sa chambre sur les compétitions.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 


Petra Vlhova, pionnière du ski alpin slovaque

L’annulation des épreuves de vitesse féminines a mis fin aux espoirs de gros globe de la Suissesse Lara Gut-Behrami. Pointant à 96 unités de la Slovaque Petra Vlhova avant les finales de Lenzerheide (Suisse), la Tessinoise, en signant de grandes courses à la maison, pouvait légitimement espérer jouer le général jusqu’au bout mais, comme pour Marco Odermatt, le ciel en a décidé autrement. Sixième du slalom puis onzième du géant, Vlhova remporte donc le classement général de la coupe du monde féminin de ski alpin, devenant la première skieuse venue de Slovaquie à réaliser cette prouesse.

Vainqueure du slalom comme à Äre (Suède) la semaine passée, l’Autrichienne Katharina Liensberger, également sacrée championne du monde le mois dernier à Cortina d’Ampezzo (Italie), remporte le petit globe de la spécialité. En géant, dont le dernier a été gagné par la Néo-Zélandaise Alice Robinson, l’Italienne Marta Bassino était déjà assurée de remporter le globe. La Bornandine Tessa Worley, neuvième dans les Grisons, termine d’ailleurs troisième du général. « Après ma huitième place de l’hiver dernier, je suis contente de retrouver les premières places, ça montre ma régularité retrouvée », expliquait-elle en zone mixte après sa dernière course de l’hiver.

Enfin, le team event, disputée le vendredi, a été remporté par la Norvège de Kristina Riis-Johannessen, Leif Kristian Nestvold-Haugen, Kristin Lysdahl et Sebastian Foss-Solevaag devant l’Allemagne et l’Autriche. La France, comme aux Mondiaux, n’a pas pris part à cette compétition.


> Kenza Lacheb septième en coupe d’Europe

La semaine dernière, la station autrichienne de Reiteralm accueillait les finales de la coupe d’Europe de technique. La Haut-Savoyarde Kenza Lacheb, qui a enchaîné les succès sur le circuit national cet hiver, a signé la meilleure performance française en terminant, à 22 ans, septième du slalom remporté par la Britannique Charlie Guest. En géant, Doriane Escané a pris la onzième place à quasiment deux secondes de la Norvégienne Marte Monsen, sacrée au général.

Chez les hommes, l’Italien Hannes Zingerle domine le géant quand le jeune Norvégien Alexander Steen Olsen remportait le slalom terminé à la quinzième place par Steven Amiez et à la dix-septième par Théo Letitre.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Evgeniia Lopareva et Geoffrey Brissaud sont arrivés à Stockholm : la semaine des Mondiaux vient de débuter !

Lundi dernier, la Planète Blanche de Nordic Magazine vous présentez le couple français de danse sur glace Evgeniia Lopareva/Geoffrey Brissaud. Sélectionnés pour leurs premiers championnats du monde, qui auront lieu vendredi et samedi prochains, ils sont arrivés samedi soir à Stockholm (Suède), lieu de la compétition. Après avoir passé la journée de dimanche en isolement dans leur chambre d’hôtel, coutume imposée par un monde covidé depuis plus d’un an, ils découvriront la patinoire de l’Ericsson Globe Arena ce lundi à l’occasion des premiers entraînements officiels.

Evgeniia Lopareva, Geoffrey Brissaud, patinage artistique, danse sur glace
Evgeniia Lopareva (FRA), Geoffrey Brissaud (FRA) – Olivier Brajon/Patinage Magazine

Au cours de la semaine dernière, passée dans le QG lyonnais, Evgeniia Lopareva et Geoffrey Brissaud ont bossé à fond leurs deux programmes, notamment dans la précision. Le tout sans trop se fatiguer à quelques jours du grand rendez-vous de l’hiver. « Les coachs nous ont beaucoup soutenu cette dernière semaine, notamment en réalisant un debrief vidéo pour que nous soyons conscients du travail effectué ces deux derniers mois », explique-t-il à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Tout cela pour donner confiance au couple formé en 2018 via le site Icepartner.

« On est tous les deux dans une énergie très positive »Geoffrey Brissaud à la Planète Blanche de Nordic Magazine

S’ils avouent avoir eu du mal à penser à autre chose à l’approche de l’échéance, ils sont parvenus à prendre un petit peu de recul, là encore à l’aide de leurs coachs, dont fait partie Fabian Bourzat, ancien partenaire de glace de Nathalie Péchalat, aujourd’hui présidente de la FFSG. L’expérience du Nantais de naissance est un allié précieux du couple qui va découvrir le grand monde cette semaine en Suède. « On a eu une montée en pression en milieu de semaine, souffle Geoffrey Brissaud. Mais on a su passer outre en s’occupant l’esprit en faisant des activités hors du cadre sportif. On a réussi à se détendre notamment en écoutant de la musique ou en cuisinant. »

Evgeniia Lopareva, Geoffrey Brissaud, patinage artistique, danse sur glace
Evgeniia Lopareva (FRA), Geoffrey Brissaud (FRA) – Olivier Brajon/Patinage Magazine

« On est maintenant tous les deux dans une énergie très positive malgré la pression, reprend-il. On sait ce que l’on veut, c’est-à-dire se montrer. Pour ces Mondiaux on n’est pas spécialement là pour aller chercher un résultat mais on veut pouvoir prouver qu’on est là pour le futur. » La glace stockholmoise, vendredi pour la danse rythmique et samedi pour le libre, va crisser sous les patins d’Evgeniia Lopareva et de Geoffrey Brissaud. Et ça, la Planète Blanche est pressée de le vivre.


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Sept médailles pour la France aux Mondiaux de Melchsee-Frutt magnifiés par la classe d’Amelie Wenger-Reymond

La Suissesse Amelie Wenger-Reymond n’est pas la reine du télémark pour rien. Auteure d’une saison quasi parfaite sur le circuit de la coupe du monde, l’Helvète, la semaine passée, a réalisé le grand chelem lors des Mondiaux de Melchsee-Frutt (Suisse). Vainqueure de la sprint, de la parallèle sprint et de la classic, elle en est maintenant à seize médailles d’or planétaires. C’est d’ailleurs la troisième fois qu’elle réalise le triplé après 2015 et 2017 tandis qu’elle ramène au moins un titre pour la huitième édition de suite.

Amelie Wenger-Reymond, Melchsee-Frutt, télémark
Amelie Wenger-Reymond (SUI) – FIS Télémark

Martina Wyss, Beatrice Zimmermann et Johanna Holzmann ont bien tenté de la challenger mais aucun n’est parvenue à remporter le plus beau des métaux. Côté Français, la Haut-Savoyarde Argeline Tan-Bouquet termine au pied du podium de la sprint et sixième de la parallèle et de la classic. Pas de médailles non plus chez les hommes avec des titres revenant au Suisse Bastien Dayer (sprint, classic) et au Norvégien Trym Nygaard Loeken (parallèle). Comme l’explique Elie Nabot juste en dessous, l’argent de l’épreuve par équipes mixtes remportée par lui-même, Noé Claye et Tan-Bouquet est venu donner du baume au cœur à toute une équipe.

Alexis Page, Melchsee-Frutt, télémark
Alexis Page (FRA) – FIS Télémark

Les autres breloques sont venues des juniors, qui disputaient également leur rendez-vous mondial sur les pistes de Melchsee-Frutt. Alexis Page est sacré sur la sprint tout comme Charly Petex sur la classic tandis que Yoann Rostolan est argent en sprint et bronzé en parallèle. Camille Bourbon, chez les féminines, est vice-championne du monde de la sprint derrière une Kaja Bjoernstad Konow auteure du triplé. « Elle était intouchable », confie Elie Nabot à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Sauf pour battre l’équipe de France (Rostolan, Page, Iloée Ravanel) alignée lors de la compétition par équipes, sacrée championne du monde.


> L’œil d’Elie Nabot, télémarkeur de l’équipe de France, sur les performances tricolores de la semaine :

« Il n’y a pas eu de podium en individuel pour les seniors. On est un petit peu déçu, notamment pour ma part sur la sprint, où je termine cinquième, et la parallèle, où je fais une mauvaise qualification et me prend Bastien Dayer au deuxième tour. Noé Claye, qui avait commencé la saison en trombes, a eu un peu de mal sur cette fin de saison. Ce qui nous a remis du baume au coeur, c’est la médaille au parallèle par équipes. J’étais avec Noé et Argeline Tan-Bouquet et, en demies, on bat l’Allemagne avant de s’incliner face aux Suisses, tenants du titre depuis des lustres. On a fait des bonnes courses mais on s’incline 2-1. On prend cette médaille avec plaisir, c’est bon pour la suite parce que ça montre qu’on commence à rivaliser avec eux. Chez les filles, Argeline, septième après la première manche de la sprint, termine finalement quatrième mais il y avait trop d’écart pour remonter sur le podium. Le bilan aurait pu être mieux avec une ou deux médailles en individuel. On a fait de notre mieux mais les Suisses étaient les meilleurs. Par contre, les juniors ont bien tourné, la relève est là alors qu’en seniors on est une équipe très jeune par rapport aux autres nations. Alexis Page et Yoann Rostolan font le doublé sur la sprint, Charly Petex, très attendu sur ce format, gagne la classic et, avec Iloée Ravanel, les deux premiers sont champions du monde par équipes. Camille Bourbon, remplaçante, a gagné l’argent de la sprint. C’est dire si la relève est présente ! »


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Margot Boch, et le bobsleigh féminin, a terminé sa saison : « Les tests effectués ont été concluants », se réjouit la Plagnarde

La semaine passée, Margot Boch était sur deux fronts pour la dernière semaine de son hiver 2020/2021. Tout d’abord, en début de semaine, avec sa pousseuse titulaire Carla Sénéchal, elle est allée passer deux jours à l’INSEP, au cœur du bois de Vincennes, pour passer une batterie de tests. « On est rentrés dans le projet FULGUR, mis en place jusqu’à Paris 2024, explique la Plagnarde à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Ce programme permet de mesurer la force de nos muscles des jambes en faisant des exercices force/vitesse, du sprint ou des exercices pour mesurer la souplesse de nos muscles. Le tout dans le but d’avoir la meilleure prévention possible des risques de blessure. »

Un programme également rejoint par les bobeurs de la Team Romain Heinrich. En fin de semaine, ensuite, Margot Boch, avec Carla Sénéchal et Sandie Clair, ont effectué leurs ultimes descentes de l’année sur la piste de La Plagne (Savoie). « Jusqu’à ce dimanche matin, on a pu tester du matériel mais aussi se faire plaisir notamment en tournant des vidéos à la GoPro », dévoile la pilote championne du monde U23 avec Madison Stringer il y a quelques semaines

Margot Boch, bobsleigh, St. Moritz
Margot Boch (FRA) – IBSF

Tout cela dans l’optique de préparer au mieux la saison prochaine, qui sera olympique : « Le but de ses tests de patins ou de tout un tas de réglages est tout simplement d’aller plus vite, explique-t-elle. Cette phase est un point de passage très important parce que ce sont des tests, qui ont été concluants ces derniers jours, qu’on ne peut pas faire en début de saison où tout s’achaine très vite. »

Les bobeuses de l’équipe de France vont maintenant s’accorder quelques semaines de repos, plus courtes pour Margot Boch qui doit rééduquer et réathlétiser un dos abîmé par une longue saison, avant de rattaquer la préparation dans la première moitié du mois d’avril. « Le premier rassemblement est prévu en mai à Albertville », précise la jeune pilote savoyarde pour terminer.


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Alizée Baron et Jonathan Midol terminent par un podium lors des finales de Veysonnax, Jade Grillet-Aubert rookie de l’année : « C’est une belle reconnaissance », réagit la skieuse de Châtel

Ce dimanche, le circuit de la coupe du monde de ski cross vivait ses dernières batailles sur le parcours de Veysonnax (Suisse), hôte des finales 2021. Dans le Valais, c’est la Suédoise Sandra Naeslund qui a remporté le dernier duel de l’hiver l’opposant à la Suissesse Fanny Smith, sacrée au général pour la troisième fois. En troisième position, on trouve la Française Alizée Baron, numéro deux mondiale en cette fin de saison. Marielle Berger-Sabbatel, cinquième après avoir gagné la petit finale, est quatrième.

Jade Grillet-Aubert, de son côté, n’a pas passé le cut des quarts de finale pour la sixième fois de suite. « Ça ne s’est pas joué à grand-chose, explique-t-elle à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Mais c’est comme ça, même si c’est toujours frustrant que ça ne se concrétise pas alors que les sensations revenaient bien par rapport à ce que je produisais dernièrement. » Pourtant, la skieuse de Châtel a regagné sa Haute-Savoie avec le sourire… et les bagages pleins.

Jade Grillet-Aubert, ski cross, Rookie of the Year, Veysonnax
Jade Grillet-Aubert (FRA) – Jade Grillet-Aubert

C’est que Jade Grillet-Aubert a été élu Rookie of the Year par les capitaines d’équipes : « Je suis trop contente d’avoir eu ce titre parce que c’est une belle reconnaissance qui me fait super plaisir. Ça fait un très beau trophée, magnifique, énorme, incroyable. » Il faut dire que l’ancienne skieuse alpine, avec deux finales disputées à Val Thorens (Savoie) en début de saison, a impressionné son monde pour sa première année en coupe du monde. « En début de saison, si on m’avait dit que j’en serais là, je n’y aurais pas cru et j’aurais signé directement, rigole-t-elle. Cette année, j’ai vu le circuit en entier. Je connais les pistes et je suis prête à en découdre l’hiver prochain. »

Bastien Midol, ski cross, Veysonnax
Bastien Midol (FRA) – GEPA Pictures/Matic Klansek

Du côté des hommes, la dernière course a été remportée par l’Allemand Florian Wilmsmann devant le Français Jonathan Midol et son compatriote Tim Hronek. Le Canadien Reece Howden, large vainqueur du globe, a été stoppé dès les quarts tout comme Bastien Midol, numéro trois mondial de l’hiver. Le week-end prochain, les Bleus seront à Andermatt, toujours en Suisse, pour disputer un événement sponsorisé par Red Bull : « Ça va être juste incroyable à vivre », en salive déjà Jade Grillet-Aubert, neuvième du général de la coupe du monde.


Tess Ledeux efface la déception de Mondiaux sans médaille en gagnant en coupe du monde

Lundi dernier, on avait laissé nos deux freeskieurs Tess Ledeux et Antoine Adelisse tout à leur déception d’une compétition de slopestyle sans médaille mondiale. Malheureusement, en tout début de semaine, ils ne sont pas non plus parvenus à terminer sur le podium en big air. À Aspen (États-Unis), ce sont la Russe Anastasia Tatlina, surprise absolue, et le Suédois Oliwer Magnusson qui sont devenus champions du monde.

En cette fin de semaine, la Plagnarde, à l’occasion de la coupe du monde de slopestyle disputée sur les mêmes installations, a effacé sa déception en remportant la compétition à 83,90 points devant Kirsty Muir (81,00 pts) et Tatlina (78,55 pts). Avec cette deuxième victoire en deux étapes, Tess Ledeux fait un grand pas vers le globe de la spécialité alors que la finale aura lieu le week-end prochain à Silvaplana (Suisse). Chez les hommes, Antoine Adelisse n’a pas passé le cut de la qualification et c’est l’Américain Colby Stevenson (91,40 pts) qui s’impose, faisant également un grand pas vers le globe.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Les compétitions d’halfpipe, disputées samedi en soirée heure européenne, de leur côté, ont été d’un niveau exceptionnel. Chez les hommes, en l’absence de Kevin Rolland directement rentré en France après les Mondiaux, c’est le local Aaron Blunck qui a fait le show en s’imposant à 96,50 points devant Brendan Mackay (95,00 pts) et le champion du monde Nico Porteous (94,50 pts). La Canadienne Rachael Karker, avec trois runs à plus de 93,00 points, a été la plus forte devant Zoe Atkin (91,50 pts) et Brita Sigourney (89,00 pts).


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Un podium pour Merlin Surget, Julia Pereira stoppé par une chute : « Il y a beaucoup de frustration », confie-t-elle

C’est samedi dernier que les meilleurs spécialistes de snowboard cross de la planète disputés leur finale de la coupe du monde à Veysonnax (Suisse). Sur le parcours helvète, Merlin Surget, en prenant la troisième place d’une course remportée par l’Autrichien Alessandro Haemmerle, vainqueur du globe de cristal, montait également sur cette marche du podium au classement général final. Une très jolie performance pour le Chamoniard d’à peine 21 ans.

Léo Le Blé Jaques, de son côté, était sorti dès les huitièmes de finale, comme le Cluse Quentin Sodogas, élu Rookie of the Year par les coachs. « C’est un peu frustrant de bloquer là-dessus mais, le bon point, c’est que je suis tout de même au contact, analyse le Bornandin pour la Planète Blanche de Nordic Magazine. J’ai passé un gap cet hiver même si, techniquement, il y a encore des points à travailler pour être un peu plus solide dans les virages et moins brouillon. »

Dans la compétition féminine, si Chloé Trespeuch a été sortie dès les quarts et Manon Petit-Lenoir, comme souvent cet hiver, en demi-finale, la Niçoise Julia Pereira a accédé à la grande finale… où elle a chuté, se blessant à la cheville. « Je ne sais pas exactement ce que j’ai, expliquait-elle ce dimanche à la Planète Blanche de Nordic Magazine. Je rentre à la maison passer des examens mais je ne pourrais à coup sûr par participer à mes derniers championnats du monde juniors [prévus cette semaine en Russie]. »

Julia Pereira, snowboard cross, Bakuriani
Julia Pereira (FRA) – FIS Freestyle

« Il y a beaucoup de frustration sur cette dernière course, reprend la snowboardeuse licenciée à Isola 2000 (Alpes-Maritimes). J’ai eu deux jours d’entraînement compliqués mais j’ai réussi à sortir de ça le jour de la course en prenant énormément de plaisir et en ridant vraiment bien. Je suis très déçue d’être tombée en finale parce que j’étais partie pour être sur le podium de la course et du classement général de la coupe du monde. »

Finalement quatrième du classement final de l’hiver, Julia Pereira n’est pas montée sur le podium où trônait la Tchèque Eva Samkova, vainqueure de la course et d’un troisième globe de cristal au nez et à la barbe de l’Italienne Michela Moioli, deuxième et battue sur toute la ligne.


Les Canadiens sur le toit du monde en big air, Shaun White quatrième

En tout début de semaine dernière, les Mondiaux de big air se disputaient à Aspen (États-Unis). Sur les lieux des X Games, ce ne sont pas les locaux qui ont raflé les médailles d’or mais leurs voisins canadiens. Louise Blouin est sacrée chez les dames devant la prodige néo-zélandaise Zoi Sadowski-Synnott et la Japonaise Miyabi Onitsuka tandis que Mark McMorris s’impose chez les hommes devant son compatriote Max Parrot et le Norvégien Marcus Kleveland.

Ce dernier, en fin de semaine à l’occasion d’une manche de la coupe du monde de slopestyle, a d’ailleurs renoué avec la victoire (87,58 pts) après une vilaine blessure au genou. C’est l’Autrichienne Anna Gasser (81,90 pts) qui l’emporte dans la compétition féminine, prenant la tête de la coupe du monde de la discipline avant la finale de Silvaplana (Suisse) prévue ce dimanche. Chez les hommes, Kleveland a le globe quasiment assuré avant cette dernière compétition de l’hiver.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

Enfin, ce dimanche, l’halfpipe d’Aspen accueillait la superstar Shaun White. La Tomate Volante, championne olympique 2006, 2010 et 2018, prenait seulement son douzième départ en coupe du monde, le premier depuis plus de trois ans. Pour ce comeback, la super star du snowboard mondial, qui vise une quatrième couronne olympique en février prochain, termine à la quatrième place (81,50 pts). C’est le tout nouveau champion du monde japonais Yuto Totsuka (91,75 pts) qui s’impose, comme Chloe Kim (90,50 pts) chez les féminines.


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

> Les derniers globes décernés en snowboard alpin, Selina Joerg s’en va sur deux podiums

Le week-end passé, la coupe du monde de snowboard alpin se terminait sur les pentes de Berchtesgaden (Allemagne) à l’occasion d’un slalom parallèle. L’Italien Aaron March remporte la compétition et fait coup double en s’assurant le petit globe de la spécialité ainsi que le gros du général. Chez les dames, c’est la Suissesse Julie Zogg qui s’impose, glanant le globe du slalom. Le gros du général est remporté par l’Allemande Ramona Teresia Hofmeister pour la deuxième année de suite. Sa compatriote Selina Joerg, qui a décidé d’arrêter sa carrière, se retire sur une deuxième place avant de terminer troisième du team event gagné, le dimanche, par la Russie, vainqueure de la coupe des nations. Le Français Sylvain Dufour prend la 33e place de ce dernier rendez-vous de l’hiver.

Aaron March, Ramona Teresia Hofmeister, snowboard alpin, Berchtesgaden
Aaron March (ITA), Ramona Theresia Hofmeister (GER) – Miha Matavz/FIS

> Henry Sildaru, le petit frère de Kelly, champion du monde juniors

La famille estonienne des Sildaru recèle de talents. Si nous connaissions déjà Kelly, la grande sœur multiple vainqueure aux X Games et rivale de Tess Ledeux, Henry, le petit frère, vient d’être sacré champion du monde juniors de freeski halfpipe à Krasnoyarsk (Russie), à 14 ans seulement, avec un run crédité de 91,25 points. Parmi les autres performances à signaler, le titre de la Japonaise Anri Kawamura en ski de bosses et celui de la Belge Evy Poppe, championne olympique de la jeunesse l’hiver dernier, en snowboard slopestyle.

> Les Autrichiens Hannes Reichelt et Bernadette Schild rangent les skis

La semaine passée, les skieurs autrichiens Hannes Reichelt, 40 ans, et Bernadette Schild, 31 ans, ont mis un terme à leur carrière. Le premier, champion du monde du super-G en 2015 aura remporté 13 courses en coupes du monde et le globe du super-G en 2008, n’est pas parvenu à retrouver son niveau après une grave blessure à un genou. La seconde, sept podiums en coupe du monde de slalom entre 2013 et 2018, a décidé de mettre la flèche après une deuxième rupture des ligaments croisés en quatorze mois.

> Le calendrier de la coupe du monde de luge 2021/2022 a été publié

À sept mois du coup d’envoi de la prochaine coupe du monde de luge sur piste artificielle, la FIL a publié le calendrier de cette saison olympique. Neuf étapes, à travers trois continents et neuf pays, sont programmées. Les 20 et 21 novembre, les hostilités seront lancées à Yanqing (Chine), sur la piste olympique qui sera officiellement testée. Ensuite, le circuit mondial passera par Whistler (Canada), Lake Placid ou Park City (États-Unis), Altenberg (Allemagne), Innsbruck (Autriche), Königssee (Allemagne), Sigulda (Lettonie), Oberhof (Allemagne) et St. Moritz (Suisse). Une coupe du monde qui prendra fin le 23 janvier… une dizaine avant les premiers entrainements des Jeux olympiques.

> Federica Brignone élue Skieur d’Or 2020

La skieuse alpine transalpine Federica Brignone, vainqueure du gros globe de cristal l’hiver dernier, vient d’être élue Skieur d’Or 2020 par les membres de l’Association internationale des journalistes de ski (AIJS). Depuis 1963, et la création de ce trophée réputé dans le monde du ski alpin, ce n’est que la vingtième fois qu’une skieuse est récompensée. C’est aussi la première fois depuis 1996 et le sacre d’Alberto Tomba qu’un Italien est récompensé.

> L’IBSF compte maintenant 78 membres

La semaine passée, l’IBSF, la Fédération internationale régissant le bobsleigh et le skeleton, a affilié quatre nouvelles nations : le Cambodge, le Vietnam, la Thaïlande et la Malaisie. Les deux premiers pays ont aussitôt engagé des sportifs sur la coupe de Corée disputée à PyeongChang : le skeletoneur cambodgien Reachboth Srey prenant même la deuxième place et la Vietnamienne Khanh Nguyen la troisième.

L'article continue sous la publicité
pub

 

pub

 

> Le nouveau Vlog Lou Barin… avec son papa !

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Rollerski

14:25. Ce dimanche matin, les athlètes engagés sur la coupe du monde de rollerski de Banska Bystrica, en Slovaquie, disputaient leur troisième et dernière...

Rollerski

20:01. Au lendemain des sprints de 200 mètres, c’est une mass-start skating qui était au programme, ce samedi après-midi, de la coupe du monde...

Ski de fond

10:17. Ce vendredi soir, le fondeur du Team Decathlon Experience Matis Leray participait à la 6D Verticale, une course de 5 kilomètres pour 1000...

Rollerski

19:06. Ce vendredi après-midi, la coupe du monde 2021 de rollerski s’ouvrait avec un sprint de 200 mètres skating organisé dans les rues de...

Rollerski

L'édition 2021 de la coupe du monde de rollerski se lance ce vendredi à Banska Bystrica, en Slovaquie. Elle passera ensuite par l'Estonie, la...

Biathlon

Avec un pourcentage de réussite de 93,33% derrière la carabine l'hiver dernier, l'Autrichien Simon Eder a pris la place du Français Julien Robert comme...

Biathlon

18:34. De jour en jour, le plateau XXL de la deuxième édition du Martin Fourcade Nordic Festival, prévu le 4 septembre prochain sur les...

Ski de fond

17:44. Ce mercredi après-midi, le fondeur cluse Jules Chappaz, 22 ans, a été déplâtré. Victime d’une fracture bi malléolaire de la cheville droite au...