Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Planète Blanche

Planète Blanche #83 : Cécile Hernandez, lauréate d’un onzième globe de cristal, se confie à Nordic Magazine

Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine.

Ski de fond, Biathlon, Combiné nordique, Saut à ski, Ski nordique, Nordic Mag, Nordic Magazine

La rideuse pyrénéenne Cécile Hernandez remporte un onzième globe : « Le beurre de cacahuète est mon secret… » avoue-t-elle

Cela faisait plus d’un an que les rideurs de l’équipe de France de para snowboard n’avaient plus connu l’ivresse des coupes du monde. Coupés dans leur élan en février du côté de la Finlande où le test positif à la Covid-19 d’un membre du staff avait empêché Cécile Hernandez, Maxime Montaggioni et Mathias Menendez de concourir sur le parcours de Pyhä, les Bleus ont pu se mesurer au gratin de leur sport la semaine passée à Colere, en Italie.

Cécile Hernandez, para snowboard, Colere
Cécile Hernandez (FRA) – Para Snow Sports

Dans cette station qualifiée au micro de la Planète Blanche de Nordic Magazine de « complètement incroyable où tu montes à deux à l’heure dans un téléski des années 60 aux allures de train fantôme » par Cécile Hernandez, les Français ont hissé le drapeau tricolore sur la plus haute marche du podium. D’abord, la Perpignanaise a remporté les deux snowboard cross du programme tandis que le Niçois Maxime Montaggioni, troisième le premier jour, s’imposait le lendemain. Enfin, Mathias Menendez, pour ses premiers pas en coupe du monde, terminait septième et sixième.

« Je ne peux qu’être ravie »Cécile Hernandez à la Planète Blanche de Nordic Magazine

« Quand je fais une tournée de coupe du monde comme cela, je ne peux qu’être ravie, se réjouit la doyenne du circuit qui visera l’or paralympique dans un an en Chine. C’est assez fou que je remporte les deux courses parce qu’ils ont combiné les catégories LL1, la mienne, et LL2, où les filles ont un handicap moins important. » Une fusion des catégories permettant de vraies confrontations et de beaux runs à quatre les jours de courses.

Cécile Hernandez, para snowboard, Colere
Cécile Hernandez (FRA) – Para Snow Sports

Ce qui n’était pas pour déplaire à la Française qui s’est rendu compte qu’elle était « vraiment une athlète de confrontation » lors de son séjour transalpin. Longue à se mettre en place à cause de son handicap causé par une sclérose en plaques, elle est montée en puissance au fil des départs. « Le premier jour, je mets un peu de jeu de jambes que les autres filles, ce qui me permet de rattraper mon retard du départ où je ne peux pas pousser. Je passe en tête au premier virage puis garde mon avance jusqu’à l’arrivée », raconte la double médaillée des Jeux paralympiques de PyeongChang 2018.

« J’ai pris ma revanche des Jeux de 2018 »Cécile Hernandez à la Planète Blanche de Nordic Magazine

Un retour gagnant quasiment treize mois après sa dernière compétition. « Sur la seconde compétition, ma concurrente américaine Brenna Huckaby me rattrape et je gagne de deux mètres seulement, souffle-t-elle. Normalement je mets de la musique dans les oreilles quand je ride et là j’ai bien fait de ne pas en avoir parce que je l’ai entendu revenir dans l’avant-dernier virage. Je l’ai serrée, ce qui lui a fait perdre son élan. J’ai crié très fort à l’arrivée ! Tout le monde disait que c’était la revanche des Jeux de 2018 [elle s’était inclinée en demi-finale face à cette même Américaine, terminant finalement bronzée, ndlr.]. Cette journée a été compliquée avec ma jambe avant. J’y suis allée aux tripes parce que ça m’a tellement rappelé ce que j’avais vécu en Corée du Sud… J’ai pris ma revanche des Jeux. »

Cécile Hernandez, para snowboard, Colere
Cécile Hernandez (FRA) – Cécile Hernandez

Une double victoire qui a marqué les esprits avant les Jeux de Pékin, comme son kiné lui a glissé. « Mais, en même temps, ça met une pression supplémentaire, répond-elle. Je sais que j’ai énormément progressé cette année, mais il reste du travail. J’ai beaucoup forci depuis un an en prenant cinq kilos. Mon objectif est encore d’en prendre quatre en vue des Jeux. Je me bourre de beurre de cacahuète matin, midi et soir. C’est mon secret… » avoue le sourire aux lèvres cette maman de 46 ans vainqueure de son onzième globe de cristal la semaine dernière en Italie.


Bibian Mentel-Spee est décédée : « Elle sera toujours là avec nous », rend hommage Cécile Hernandez

Quelques heures avant les premiers runs de la coupe du monde de Colere (Italie), une terrible nouvelle tombait : la disparition de la Néerlandaise Bibian Mentel-Spee, 48 ans. Pionnière du para snowboard dont elle est triple championne paralympique, celle qui a été porte-drapeau de son pays à deux reprises aux Jeux avait décidé d’arrêter son traitement après une rechute de cancer. C’est dans l’intimité familiale qu’elle s’est éteinte, à Loosdrecht.

L'article continue sous la publicité
nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique








« C’était une warrior incroyable, une inspiration de dingue tant par son combat que par sa fondation. Elle a fait des choses incroyables… Ça a été une pionnière, une leader d’opinion sportive et humaine, rend hommage Cécile Hernandez, émue, à la Planète Blanche de Nordic Magazine. C’était une personne d’une incroyable gentillesse. »

« Je n’ai jamais vu Bibian tomber »Cécile Hernandez à la Planète Blanche de Nordic Magazine

Aimée de tous sur le circuit, Bibian Mentel-Spee a reçu un hommage appuyé de la famille du para snowboard réunie à Colere, quelques heures après l’annonce de son décès. « Sur toute la communication de l’IPC, il y a un petit personnage composé du haut du corps de Bibian et du bas de Patrice Baraterro, un ancien athlète français », explique encore Cécile Hernandez pour appuyer la grandeur de son ancienne adversaire.

« Elle est là et restera là. C’est dur mais Bibian sera toujours là avec nous. Ça a été un mentor et une inspiration pour tout le monde. Elle avait toujours le sourire, mais aussi une technique et une solidité incroyable. Je n’ai jamais vu Bibian tomber », termine la Perpignanaise, admirative de son aînée.


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Astrid Cheylus championne du monde juniors à Verbier : « C’est une immense joie »

La semaine dernière, Astrid Cheylus est devenue, à 17 ans, championne du monde juniors de ski freeride sur le très réputé spot de Verbier (Suisse), où a lieu le légendaire Xtreme chaque année. « C’est une immense joie, explique-t-elle à la Planète Blanche de Nordic Magazine. C’était ma troisième participation aux Mondiaux et, depuis que j’y allais, ça avait toujours été une défaite pour moi… C’est un niveau au-dessus et une pression supplémentaire par rapport au circuit classique. Ça a toujours été compliqué pour moi, ce qui a fait que je suis partie sur cette compétition un peu stressée. Je voulais que ça marche enfin. »

Astrid Cheylus, ski freeride, Verbier
Astrid Cheylus (FRA) – Astrid Cheylus

Pour cela, la Cluse s’est, depuis l’hiver dernier, beaucoup plus impliquée dans son projet. « J’ai aussi eu plus d’aide de mes coachs, de mes amis et de ma famille, ce qui m’a motivé au niveau du mental », souffle-t-elle.

Un mental mis à rude épreuve quand il a fallu qu’Astrid Cheylus change de ligne à dix minutes de son départ, les passages de ses concurrentes ayant fait bouger le parcours et ressortir des cailloux sur sa trace initiale. « C’était un stress en même si on prévoit toujours plusieurs options, avoue-t-elle. La neige était franchement bonne malgré les cailloux. Je me suis super bien sentie sur une trace pourtant bien plus longue, ce qui était à mon avantage parce qu’on a l’habitude de faire de longs runs à l’entraînement. »

L'article continue sous la publicité
nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique








« On est fiers de l’avoir fait pour Hugo [Hoff] »Astrid Cheylus, championne du monde juniors de ski freeride, à la Planète Blanche de Nordic Magazine

En plaquant parfaitement deux sauts, elle a conquis le jury pour remporter la médaille d’or. « C’est un vrai accomplissement pour moi parce que je grimpe les étapes les unes à la suite des autres après le titre national en 2019 et le continental en 2020. C’est super de se dire que chaque année, je réussis à avoir un titre en plus en conservant ceux remportés par le passé », se réjouit celle qui est désormais triple championne de France, double championne d’Europe et championne de France juniors.

Astrid Cheylus, ski freeride, Verbier
Astrid Cheylus (FRA) – Astrid Cheylus

Une réussite qu’elle partage d’ailleurs avec son petit ami suédois Max Palm, également titré en Suisse : « C’est super beau de faire ça ensemble. On a passé une année entière à s’entraîner pour ça après avoir eu la couronne de champions d’Europe l’hiver dernier. On ne pouvait pas rêver mieux. » Des titres mondiaux acquis avec une pensée émue pour leur pote Hugo Hoff, emporté il y a quelques mois par la montagne lors d’un accident duquel le frère d’Astrid Cheylus avait survécu.

Astrid Cheylus, ski freeride, Verbier
Astrid Cheylus (FRA) – Astrid Cheylus

« Avec Max, on l’a fait pour Hugo. C’est sûr que, si on a gagné, c’est qu’il nous a vus de là-haut et qu’il nous a aidés et portés. On lui rend hommage dans tout ce qu’on fait [notamment avec le #livelikegueguette, ndlr.]. Ça n’a pas été facile, mais on est fiers de l’avoir fait pour lui », souffle la Haut-Savoyard qui évoluera sur le circuit Qualifier l’hiver prochain et qui va maintenant troquer les skis pour le surf, passion familiale estivale, à Hossegor (Landes).


Stella Picchedda titrée en snowboard

Si le couple Astrid Cheylus/Max Palm a raflé les titres mondiaux juniors en ski, c’est la Française Stella Picchedda, également venue de La Clusaz (Haute-Savoie), qui remporte la médaille d’or en snowboard sur la face du Mont Sion de Verbier (Suisse). L’Américain Neo Emery gagne la compétition masculine, Macéo Peresson, le premier Français, terminant dixième.


> Deux nouveaux Français dans l’élite du freeride l’hiver prochain

À l’issue des Freeride World Qualifiers, quatorze rideurs viennent d’obtenir leur ticket pour l’élite du sport l’hiver prochain. Parmi eux, on trouve deux snowboardeurs tricolores : Tiphanie Perrotin et Ludovic Guillot-Diat, qui remporte la série pour la quatrième fois.


Ski de fond, Alpin, Ski Alpinisme, Sports de glace, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Maé-Bérénice Méité revient sur sa blessure survenue lors des Mondiaux de Stockholm : « J’avais la sensation d’avoir des talons aiguilles aux pieds »

Lors des championnats du monde de patinage artistique disputés à Stockholm (Suède) à la fin du mois dernier, un moment a été particulièrement douloureux pour l’équipe de France. C’est que lors de son programme court, Maé-Bérénice Méité, 26 ans, s’est rompue le tendon d’Achille gauche lors du piqué d’un saut.

« Une douleur était apparue le vendredi précédant le départ pour la Suède, se remémore la patineuse française pour la Planète Blanche de Nordic Magazine. Je sentais une petite douleur à mon tendon. Je suis allée voir mon ostéo et on a fait tout ce qu’il fallait pour faire en sorte que tout aille bien. Je m’entraînais sans problème, j’étais sereine parce que c’est commun pour un sportif d’avoir des petites douleurs comme cela. Je ne me suis pas plus inquiétée que ça. »

L'article continue sous la publicité
nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique








Jusqu’à ce maudit programme court lors duquel son tendon d’Achille n’a pas tenu le choc. « Après ma chute, je me suis dit qu’il fallait que je me lève pour continuer mon programme, explique-t-elle. Mais quand j’essayais de poser mon pied gauche, ce n’était pas possible. J’avais la sensation d’avoir des talons aiguilles aux pieds. »

Après avoir patiné vers les juges, comme l’indique le règlement, la Parisienne de naissance a été emmenée à l’infirmerie où le docteur de la Fédération lui a appris la teneur de sa blessure. « Je n’ai pas eu mal quand cela m’est arrivée… Tout le monde autour était plus inquiet que moi-même, rigole-t-elle avec du recul. On m’a fait confiance pour aller chercher le quota olympique et le résultat n’est pas top… »

« Le positif attire le positif »Maé-Bérénice Méité à la Planète Blanche de Nordic Magazine

Après son abandon, la France n’a effectivement pas en poche de quota pour les prochains Jeux olympiques dans la catégorie féminine. La dernière chance de qualification se déroulera du 22 au 25 septembre à Oberstdorf (Allemagne) à l’occasion du Nebelhorn Trophy.

Avec Maé-Bérénice Méité, opérée la semaine passée à la clinique parisienne Maussins Nollet ? « Je suis immobilisée six semaines avant que la réathlétisation ne débute, indique-t-elle. Si ça cicatrise vite et que je reviens vite, c’est possible mais, sinon, ce ne sera peut-être pas le cas. Je sais que tout est possible. Mon docteur veut surtout que je guérisse bien et sur la longue durée. On verra bien. »

L'article continue sous la publicité
nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique