Q. Fillon-Maillet : “Il faut être tombé pour savoir se relever”

Médaillé avec le relais tricolores aux championnats du monde de biathlon à Kontiolahti, Quentin Fillon-Maillet est ravi de cette récompense collective. Mais le Jurassien estime que la “mission n’est pas tout à fait accomplie” d’un point de vue personnel.

 

Quentin Fillon-Maillet, vous rentrez des mondiaux de Kontiolahti avec une médaille de bronze décrochée sur le relais hommes. Est-ce pour vous une mission accomplie ?

Une médaille sur le ces mondiaux c’était l’objectif, il est réalisé grâce au relais. J’en suis très content, mais la mission n’est pas tout à fait accomplie car beaucoup de mes objectifs personnels ne sont pas atteints sur les courses individuelles.

 

Cette médaille valide en effet quelque part votre progression de cet hiver, pourtant, ces mondiaux ne vous ont pas souri avec des courses individuelles difficiles. Quel regard portez-vous sur votre bilan personnel ?

Je réalise un début de saison parfait, je me suis même surpris. Je suis arrivé sur les mondiaux classé 13e mondial, avec des stats de tir parmi les meilleurs de la coupe du monde. Mais ces championnats ne ce sont pas déroulés comme je l’ai voulu avec des tirs très moyens et une forme médiocre.

FILLON MAILLET Quentin

“Ces championnats ne ce sont pas déroulés comme je l’ai voulu”.

 

 

Comment expliquez-vous votre relative méforme en Finlande ?

Cette méforme vient du fait que j’ai couru beaucoup plus de courses que la saison précédente (19 courses coupe du monde pour 8 l’année dernière), donc une fatigue physique et mentale qui est arrivée juste au moment des championnats du monde.

 

L’enchaînement des épreuves sert aussi votre expérience. Quels enseignements sportifs et personnels tirez-vous de ces mondiaux ?

Oui, je n’en retire pas que du négatif, car après 3 courses individuelles de m… J’ai dû me reprendre pour le relais, que j’avais très envie de réussir. Certes mon relais n’a pas été le meilleur mais j’ai pu réaliser le 100% avec la forme du jour. Il faut être déjà tombé pour savoir se relever, et donc cette étape va m’apporter beaucoup pour la suite de ma carrière.

"J'ai dû me reprendre pour le relais, que j'avais très envie de réussir".

“J’ai dû me reprendre pour le relais, que j’avais très envie de réussir”.

 

Vous êtes actuellement en Russie pour la dernière étape de la coupe du monde et figurez à la 21e du classement général de la coupe du monde. Quel sera l’objectif prioritaire à Khanty-Mansiysk où un sprint, une poursuite et une mass-start sont programmés ?

Je n’ai pas objectif précis sur cette étape, sauf remonter dans le classement général donc pour cela faire des courses régulières et de qualité sur le tir. Mais c’est sans pression que j’aborde ces courses, et c’est comme ça que je les réussis le mieux.

 

Après cette dernière épreuve internationale, la saison se terminera aux championnats de France de La Féclaz fin mars. L’occasion d’une belle fête populaire et d’exploits sportifs ?

Ces championnats de France sont avant tout la fête du nordique et pour conclure la saison devant le public français. J’aborde ces courses avec envie j’y attache donc de l’importance.

1 Comment

  1. durand

    18/03/2015 à 15 h 31 min

    On est avec toi Quentin,tu es courageuxet volontaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.