Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine

Biathlon

Que sont-elles devenues ? Julie Chenevoy

Durant l’été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C’est au tour de l’ancienne biathlète chamoniarde Julie Chenevoy de se prêter au jeu du « Que sont-elles devenues ? ».


Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

Julie Chenevoy : « Aujourd’hui, je suis en Suisse, à Zürich. […] Je dois apprendre l’allemand pour pouvoir travailler en tant qu’infirmière ! »

C’est il y a six ans que la Chamoniarde Julie Chenevoy, alors âgée de 21 ans, mettait un terme à sa carrière de biathlète. Sélectionnée pour les championnats d’Europe et les Mondiaux juniors lors de la saison 2014/2015, elle n’intégrait pas l’équipe de France et ne parvenait pas, la saison suivante, à se sélectionner pour les championnats du monde juniors. La Montblanaise, donc, s’arrêtait là-dessus.

Pour Nordic Magazine, Julie Chenevoy, devenue infirmière et vivant actuellement en Suisse, a accepter de se prêter au jeu du « Que sont-elles devenues ? ».

  • Quand avez-vous mis fin à votre carrière d’athlète de haut niveau et quel était votre état d’esprit à ce moment-là ?

J’ai arrêté le biathlon en 2016, à mes 21 ans. La saison 2015/2016 avait été compliquée psychologiquement puisque, dans un premier temps, je ne m’étais pas sélectionnée en équipe de France juniors et je ne m’étais également pas sélectionnée pour les Mondiaux junior, qui étaient à l’époque mon objectif de la saison. Suite à ces deux échecs, je crois que la décision d’arrêter était déjà prise, mais je ne voulais pas me l’avouer, notamment par peur de la réaction de mes proches. Après avoir pris peu de plaisir sur la fin de saison, j’ai donc fini par annoncer mon arrêt aux championnats de France de fin de saison, à Méribel.

Julie Chenevoy (FRA) – Nordic Magazine
  • Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous juste après ? Qu’est-ce qui vous a manqué ?

J’ai vraiment pris conscience que j’avais arrêté lors des premières courses internationales de la saison. Je réalisais pour la première fois que je ne pourrai plus jamais tenter ma chance sur une compétition et, vu que je suis une personne qui regrette et culpabilise facilement, j’ai douté. Mais cela est évidemment très vite passé en repensant à toutes les séances de renforcement, musculation et ski-roues que j’aurai dû subir si j’avais continué ! Les copains et les stages, c’est ce qu’il m’a manqué le plus. J’étais nostalgique de quitter Prémanon, sa pluie, sa boue et la bonne ambiance du CNSN (j’étais obligée de la faire celle-ci !).

Julie Chenevoy, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
« Traversée Verbier/Zermatt entres potes l’hiver dernier » – Julie Chenevoy
  • Si vous aviez la possibilité de participer à une compétition, quelle serait-elle ? Avec quel athlète actuel aimeriez-vous concourir ?

Un de mes rêves est de participer à la Pierra Menta. Je vibre à chaque fois que j’y vais en tant que spectatrice. Et puis, j’ai à cœur de courir sur les traces de ma mère et ma tante qui sont les premières femmes à y avoir participer ! Bon, pour le moment, ma seule course de ski-alpinisme est un échec, mais je ne perds pas espoir. J’ai aussi récemment découvert le Xterra et, même si c’était une petite distance, je suis curieuse de me tester sur une plus grande. C’est la première fois que j’avais la banane du début à la fin ! Pour être transparente, je n’ai jamais vraiment aimé concourir contre des athlètes. J’ai découvert quelques courses en patrouille ou en relais et j’ai adoré ce format. Le fait de devoir se battre contre soi-même pour faire avancer le plus vite possible l’équipe me galvanise plus que si je dois me battre seule contre moi-même et mes concurrentes. Si c’était possible, je serai heureuse de courir sur une course (peu importe quel sport) avec Caro [Colombo, NDLR]. J’ai adoré m’entrainer à ses côtés et j’étais très admirative de son mental, aspect très faible chez moi. L’entendre me pousser et m’encourager pour me dépasser pourrait me motiver !

  • Au contraire, qu’est-ce qui vous a le moins manqué ?

Le renforcement et la musculation… J’aime le sport mais avant tout les activités sportives extérieures ! Répéter les mêmes exercices ennuyeux et épuisants pendant des minutes voire des heures : nein danke [non merci] !! Après, mon corps me rappelle régulièrement qu’il serait bon de s’y remettre un peu… J’ai eu quelques petites blessures depuis mon arrêt qui auraient pu être évitées en étant plus forte musculairement.

Julie Chenevoy, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
« En vélo autour de la Suisse et l’Italie » – Julie Chenevoy
  • Quel a été votre parcours après la fin de votre carrière ?

Job d’été directement après mon arrêt puis Woofing en Norvège, seule, où j’avais besoin de prendre de la distance et faire un VRAI break, puis saison d’hiver à l’ESF de Chamonix. Ensuite, trois ans d’études d’infirmière à Annecy suivies d’une année à travailler là-bas après obtention de mon diplôme, tout en finissant mon DE de ski de fond.

  • Quelle est votre nouvelle vie ?

Aujourd’hui, je suis en Suisse, à Zürich. J’ai rejoint mon copain depuis octobre dernier, qui a reçu une belle opportunité de travail. La décision n’a pas été facile à prendre puisque je dois apprendre l’allemand pour pouvoir travailler en tant qu’infirmière. Eh bon, on est d’accord pour dire que l’allemand n’est pas la première langue qu’on a envie d’apprendre… Mais je passe un bel été à travailler en restauration (et à entendre du suisse-allemand toute la journée) puis je travaillerai avec mon diplôme d’infirmière cet automne. Et il faut dire que la Suisse est magnifique et incroyable pour tous les sports d’outdoor !

Julie Chenevoy, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
« Sortie ski de fond un 1er janvier entres copains, avec plusieurs anciens fondeurs et biathlètes » – Julie Chenevoy
  • Quand une personne découvre votre passé sur les skis, quelle est sa réaction ?

En grande majorité, il y a encore beaucoup de monde qui ne connaissent pas le biathlon. Mais quand je leur explique, il y a deux réactions : certains ne réalisent pas et d’autres sont impressionnées au point où ils me placent sur un piédestal !

  • En quoi diriez-vous justement que votre passé de sportif vous a le plus aidé ?

L’hygiène de vie que j’ai aujourd’hui est toujours imprégnée de ma « carrière » d’athlète, et j’apprécie cela. Le sport m’a apporté de la réactivité, de l’organisation et de l’adaptabilité. Je sais gérer (un peu) plus facilement des situations de stress de la vie quotidienne.

Julie Chenevoy (FRA) – Nordic Magazine
  • Quelle place a le nordique dans votre vie actuelle ?

Je skies encore beaucoup et j’ai même (re)pris pleinement le goût à faire de la « longue » distance depuis que je suis en Suisse. Ici, les pistes sont incroyables et peu fréquentées. J’ai même couru l’Engadine et la Traversée du Massacre alors qu’avant je jurais que jamais je ne ferai de longues distances 😉 ! Je suis encore en contact avec quelques-uns de mes anciens coéquipiers, et pour ceux que je ne contacte pas forcément, on est toujours contents de se retrouver et de se remémorer les bons souvenirs.

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine

La série d’été de Nordic Magazine


A lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique
Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

A LIRE AUSSI

Ski nordique

Marie Dorin-Habert a remporté avec la manière le trail de la Fleur du Roy disputé à Corrençon-en-Vercors (Isère) dimanche 14 juillet.

Biathlon

Retrouvez tous les résultats de la deuxième journée du Dauphiné Nordique Festival qui a eu lieu le dimanche 14 juillet.

Ski nordique

Le ski nordique n'est jamais loin du relais olympique. Vendredi dernier, c'est Benjamin Daviet qui a porté la flamme en Côte-d'Or.

Biathlon

Biathlon : une enfance italienne pour le biathlète Né à Auckland en Nouvelle-Zélande, Campbell Wright a passé une partie de son enfance en Italie,...

Ski de fond

La ville de Framverran (Norvège) a rendu hommage à la légende du ski de fond, Petter Northug Jr, en dévoilant une statue à son...

Rollerski

Découvrez le verdict de la première journée de compétition du Dauphiné Nordique Festival. Au menu, rollerski et concours de tir.

Biathlon

Candidate pour accueillir les Mondiaux de biathlon 2028 ou 2029, la ville d'Oslo va devoir mettre la main à la poche pour soutenir l'instance...