Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine

Biathlon

Que sont-ils devenus ? Clément Dumont

Durant l’été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C’est maintenant au tour de l’ancien biathlète Clément Dumont de se prêter au jeu du « Que sont-ils devenus ? ».

Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

Clément Dumont : « Avec le stress, les cours et les soirées étudiantes, ma condition physique a chuté en flèche »

C’est il y a quatre ans que le Haut-Savoyard Clément Dumont, champion du monde jeunes du relais en 2012 avec Aristide Bègue et Florian Rivot ou encore médaillé de bronze mondial chez les juniors l’hiver suivant, a décidé de mettre la flèche. Vainqueur d’un relais mixte d’IBU Cup avec Enora Latuillière, Chloé Chevalier et Fabien Claude quelques semaines avant de se retirer, il avait décidé, « vidé psychologiquement », de mettre le biathlon de côté afin de démarrer une nouvelle vie.

Pour Nordic Magazine, Clément Dumont, devenu kiné, a accepté de se prêter au jeu du « Que sont-ils devenus ? ».

  • Quand avez-vous mis fin à votre carrière d’athlète de haut niveau et quel était votre état d’esprit à ce moment-là ?

J’ai mis fin à ma carrière à la fin de la saison 2018, celle des Jeux olympiques en Corée du Sud. Plus précisément, ma décision a été prise au début de l’été. J’ai terminé l’hiver émoussé voire même vidé psychologiquement, à la limite du burn-out. Je crois que les décisions me concernant, prises en fin de saison par le staff de l’époque, ont été comme la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’idée même de m’imaginer au départ de la saison suivante me donnait des frissons, au sens négatif du terme. Du coup, vu que je finissais ma Licence STAPS et mon DE de ski, je me suis dit que c’était peut-être temps de partir sur un nouveau projet, mais sans réelle conviction. J’étais un peu paumé. Le printemps passant, je me suis arrêté sur une vieille idée qui était de bénéficier de la passerelle octroyée aux sportifs de haut niveau pour accéder aux études du paramédical, dont celles de kinésithérapeute, un métier qui m’attirait déjà depuis longtemps. J’ai donc tenté ma chance, appuyé par la FFS qui a été d’une grande aide sur le versant de la reconversion. Un soir de Coupe du Monde de football, pendant la demi-finale France/Belgique, j’ai reçu la validation. Ma nouvelle vie était lancée.

JYB
Clément Dumont (FRA) – Nordic Magazine
  • Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous juste après ? Qu’est-ce qui vous a manqué ?

Le plus dur ont probablement été les premières semaines en amphi, confronté à la mutualisation des cours de kiné et de médecine. L’anatomie pathologique ou la biophysique : autant de cours à apprendre dans une nouvelle langue pour essayer de rattraper un retard sur des étudiants qui avait déjà des bases de leur PACES [première année de médecine, NDLR]. Je n’étais probablement pas préparé à cela. Mais j’ai pris le challenge à bras le corps et me suis donné les moyens de réussir. Cela a été facilité par le fait que c’était, au moins, intéressant ! Au début, ce qui m’a manqué, c’est le fait de ne plus me sentir en forme. Avec le stress, les cours et les soirées étudiantes, ma condition physique a chuté en flèche. J’avais l’impression de voir mon corps se transformer de jour en jour. J’ai trouvé cela dur.

  • Si vous aviez la possibilité de participer à une compétition, quelle serait-elle ?

J’ai voulu participer aux championnats de France d’été à Arçon en octobre 2021. Au-delà de la symbolique de ce départ qui était un hommage à mon père [décédé quelques semaines plus tôt, NDLR], je crois que c’était le site idéal pour remettre un dossard. Et si j’avais de nouveau l’occasion d’en remettre un, ce serait sûrement là-bas parce que l’ambiance est comme nulle part ailleurs et je me sens comme à la maison ! Et, en plus, c’est l’occasion de voir tous les copains de l’équipe de France. Pour moi, aujourd’hui, une course cela se partage ! D’ailleurs, j’attends toujours Aristide [Bègue] pour qu’on programme cela…

Clément Dumont, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Clément Dumont (FRA) – Manzoni/NordicFocus
  • Au contraire, qu’est-ce qui vous a le moins manqué ?

Je crois que plus rien ne me manque concernant ma participation à une compétition avec le statut que j’avais. Aujourd’hui, je vibre devant les performances des copains, j’aime revenir sur le circuit, je suis à la recherche d’émotions. Mais la vie d’athlète en tant que métier, la routine des compétitions, des repas, des siestes, cela ne m’intéresse plus. Je pense d’ailleurs que je n’étais pas fait pour cela. Je suis bel et bien passé de l’autre coté de la barrière et je prends plaisir à faire du sport pour le bien être que cela me procure. Paradoxalement, je crois que j’arrive à me faire davantage mal qu’auparavant, notamment sur mon vélo.

  • Quel a été votre parcours après la fin de votre carrière ?

J’ai donc été faire des études de kiné à Nice, où j’ai retrouvé Marine Bolliet. Cela a été amusant de se voir dans un autre environnement, surtout qu’elle avait déjà deux ans d’avance sur moi et, je pense, déjà bien changé vis-à-vis de sa vie d’athlète. Pendant quatre ans, j’ai appris un métier, j’ai aussi rencontré des personnes incroyables avec qui j’ai de suite accroché et même créé une colocation durant trois belles années. Un vrai groupe de copains avec qui j’espère pouvoir maintenir de bonnes relations. J’ai donc étudié, bringué (sic) et beaucoup roulé sur les routes du pays niçois, un paradis du vélo ! J’ai également étoffé mon CV par une double diplomation afin de valider un Master en ingénierie de la santé. J’ai anticipé sur des projets, voulu créer beaucoup de choses.

Clément Dumont, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Clément Dumont, double diplômé en kinésithérapie et en ingénierie de la santé – Clément Dumont
  • Quelle est votre nouvelle vie ?

A l’heure actuelle, je suis diplômé et j’ai attaqué en tant que remplaçant dans un petit cabinet du Vaucluse, proche de la maison familiale. Je prévois de remonter habiter en Haute-Savoie, pour être avec ma copine, proche de la vallée de Chamonix. Je suis également sur un autre projet, dans le biathlon celui-ci, mais de l’autre coté de la jumelle. C’est une sorte d’évidence quand on a du sang Dumont qui coule dans les veines. Mes projets continuent d’évoluer sans cesse, au gré des opportunités que je m’empresse d’attraper dès qu’elles se présentent. C’est un des points que « la vie d’après » a pu m’apporter.

  • Quand une personne découvre votre passé sur les skis, quelle est sa réaction ?

Avec la kiné, le sujet du sport de compétition revient souvent. Quand le biathlon vient sur la table (pas de massage), les gens sont plutôt curieux, mais de plus en plus connaisseurs, même si l’éternelle remarque, « Ah, comme Martin Fourcade », revient encore beaucoup.

Clément Dumont (FRA) – Nordic Magazine
  • En quoi diriez-vous justement que votre passé de sportif vous a le plus aidé ?

C’est une question difficile ! J’ai toujours du mal à valoriser ce que le sport a pu m’apporter. Je pense simplement que c’est une longue étape de ma vie qui me permet aujourd’hui d’être ce que je suis et de pouvoir accomplir mes projets. Malgré tout, je suis toujours aussi effrayé devant un challenge.

  • Quelle place a le nordique dans votre vie actuelle ?

Le nordique occupe encore une part prépondérante de ma vie, une part amenée à grandir dans les mois à venir. J’aime suivre et encourager les copains, dans les bonnes et mauvaises passes. Je vibre réellement. Aussi, j’ai pu passer une partie de mon hiver au pied du Revard à travailler avec Biathlon Expérience à La Féclaz. Je me suis rendu compte, après quatre ans de distance, que d’être sur un pas de tir, c’est comme dise les anglophones : « Where I belong » [Là où est ma place, NDLR]. Et puis, en tant que Dumont, je crois que le biathlon coule définitivement dans mes veines.

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine

La série d’été de Nordic Magazine


A lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nordic mag, biathlon, biathlon programme, nordic magazine, nordicmag, programme biathlon, Justine Braisaz-Bouchet, Julia Simon, ski nordique, biathlon 2024, biathlon championnats du monde, émilien Jacquelin, nordic mag biathlon, dorothea Wierer, ibu cup, nordic biathlon, nordique mag, Nordic Magazine, ski de fond, saut à ski, saut, combiné, combiné nordique, première cible, biathlon magazine, dico du biathlon, vu de norge, planète nordic, Ski-nordique, Ski nordic, ski nordique
Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic
Biathlon, biathlon programme, programme biathlon, nordic mag, biathlon 2024, ibu, ski nordique, ski de fond, ski, combiné, combiné nordique, saut, saut à ski, ibu cup, biathlon aujourd'hui, calendrier biathlon 2024, nordic mag biathlon, championnat du monde biathlon 2024, nove mesto, biathlon calendrier, coupe du monde biathlon 2024, ski nordique, julia simon, justine braisaz-bouchet, ski-nordique, émilien jacquelin, biathlon championnat du monde, biathlon programme aujourd'hui, coupe du monde de biathlon 2024, ski nordique net, nordic magazine, nordic

A LIRE AUSSI

Biathlon

6:44. Dimanche, la Tchèque Eva Puskarcikova et l’Italien Thomas Bormolini, biathlètes à la retraite, ont annoncé la naissance, le 16 avril dernier, de leur...

Ski nordique

Cette semaine, le Comité international olympique (CIO) est en visite sur les sites proposés par les Alpes françaises pour l'organisation des Jeux olympiques 2030....

Biathlon

La fin de la candidature du Grand-Bornand (Haute-Savoie) pour les championnats du monde de biathlon 2028 ou 2029 ouvre la porte aux désignations d'Hochfilzen...

Biathlon

Pour Nordic Magazine, le Haut-Savoyard Clément Dumont revient sur sa décision de quitter son poste d'entraîneur de l'équipe nationale de Belgique de biathlon.

Ski de fond

Pour Nordic Magazine, Clémence Didierlaurent revient sur son premier hiver au sein de l'équipe de France relève de ski de fond.

Biathlon

Pour convaincre Jean-Paul Giachino de continuer son mandat à la tête du tir de l'équipe de France féminine de biathlon, l'avis de ses athlètes...

Ski nordique

Les championnats du monde 2028 ou 2029 de biathlon ne se dérouleront pas au Grand-Bornand (Haute-Savoie).

Biathlon

Le Jurassien Tom Bourgin-Millet a décidé, à 21 ans, de mettre un terme à sa carrière de biathlète.