Québec : Darragon, Jay, Aymonier et Buillet pour des sprints en pleine ville

La coupe du monde débarque au Canada et c’est un événement. Déjà parce qu’elle se déroule en plein centre-ville de Québec. Deux garçons et deux filles de l’équipe de France de ski de fond ont traversé l’Atlantique pour les épreuves de sprint, programmées vendredi et samedi : Roddy Darragon, Renaud Jay, Célia Aymonier et Marion Buillet.

downloader-1.php-copie-1.jpeg
Roddy Darragon à Kuusamo (© Alain Grosclaude/Agence Zoom)


Roddy Darragon qui a terminé à Kuusamo avec le 69e temps, « forcément déçu et bien loin des meilleurs », était content de ranger ses skis de classique pour chausser ses skatings. En ligne de mire, un team sprint et un sprint après 8 heures d’avion et 4 heures de voiture. « Il est temps que je prenne ma revanche », glisse-t-il.

Ce qui l’attend :

Un team sprint : cette compétition sprint débutera vendredi avec deux demi-finales opposant 10 équipes ou plus. Les équipes sont constituées de deux fondeurs qui prennent le relais trois fois chacun. Les 10 meilleures équipes se qualifient pour la finale qui permettra de couronner l’équipe gagnante.

Un sprint individuel : il commencera samedi avec un contre-la-montre. Toutes les 15 secondes, un fondeur s’élance. Les 30 meilleurs sont automatiquement qualifiés pour les quarts de finales où ils s’affrontent en groupe de 6. Les deux premiers de chaque vague accèdent aux demi-finales de même que les deux coureurs ayant obtenu le meilleur temps (repêchage). Le même procédé s’applique pour se rendre à la finale pour les six fondeurs les plus rapides. Les athlètes doivent effectuer deux tours de la piste de 850 m.

« J’espère que mes expériences du Canada de l’an passée et de mes premières coupes du monde de la saison dernière vont me permettre de rentrer dans les 30 ! Je souhaite vraiment passer ce cap pour prendre de la confiance et confirmer mes progrès depuis deux ans », espère, de son côté, le second Français, Renaud Jay qui a participé, à Montgenèvre, avec le comité de ski de Savoie et le Team Savoie Elite Nordique, au premier Nordic Challenge de cette saison 2012/2013.

 

La confiance d’Aymonier, la technique de Buillet”


La Jurassienne Célia Aymonier a elle passé quelques jours chez elle aux Fourgs, de retour de Scandinavie. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la jeune femme y a acquis un capital confiance très important : « Je suis très contente d’avoir participé à mon premier relais, et surtout contente d’avoir tenu le rang face aux meilleures mondiales. Je me suis moi-même surprise en me plaçant dans les skis de Justyna Kowalczyk et, au final, de ne lui concéder que quelques secondes », relate-t-elle.

A Québec, elle a l’intention d’« envoyer du gros, comme on dit dans le ski, pour le sprint skate de Québec et un team sprint de feu avec Marion Buillet qui excelle en la matière. »

La fondeuse des Saisies, qui est également passée par Montgenèvre, a découvert mardi son futur terrain de jeu : « Il n’y a pas de neige mise à part sur la piste de compétition et il n’en n’annonce pas d’ici vendredi », témoigne-t-elle.

 

Voici le parcours : 

 

 

La piste de 850 mètres a été déployées devant le parlement et les Français prévoit une rude bataille avec les Russes, les Suédois et les Norvégiens. Tandis qu’au Québec, tous les regards se portent vers Alex Harvey.

Le programme :

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

10:00 – 12:00

Entrainement officiel sur piste – Sprint par équipe

12:00 – 14:00

Qualifications semi-finales – Sprint par équipe

14:00 – 15:00

Finale – Sprint par équipe

15:00 – 16:00

Remise des médailles – Sprint par équipe

 

SAMEDI 8 DÉCEMBRE

9:00 – 11:15

Entrainement officiel sur piste – Sprint individuel

11:15 – 13:15

Qualifications – Sprint individuel

13:15 – 14:50

Finale – Sprint individuel

14:50 – 15:15

Remise des médailles – Sprint individuel

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade