Quentin Fillon-Maillet : « Ce relais est le plus beau moment des mondiaux »

Cet après-midi, le Jurassien Quentin Fillon-Maillet avec ses collègues de l’équipe de France juniors de biathlon Clément Dumont, Mathieu Legrand et Dany Chavoutier, a décroché l’argent du relais à Obertilliach. Il revient sur cette superbe course remportée par les Norvégiens.

 

Quentin_1.jpg

 

Après des épreuves individuelles en-dessous de vos espérances, les championnats du monde juniors de biathlon vous ont enfin souri avec cette belle médaille d’argent décrochée sur le relais. Forcément heureux?
Sur les premières courses individuelles je me suis approché du podium sans pourvoir y monter. Sur les skis, j’ai eu de très bonnes sensations (5e temps au sprint, 7e temps à la poursuite et 2e temps à l’individuel), mais sur le tir, ça a été un peu plus dur et c’est cela qui m’a fait reculer en bas du podium sur ces trois courses ; donc c’est vrai que je suis déçu de ne pas faire mieux sur ces courses, mais je reste très content sur certain points.
Pour le relais, c’était ma dernière course en championnat du monde juniors donc je me suis dit je n’ai rien à perdre et je vais me faire plaisir, et cela a bien marché car l’on revient avec une médaille d’argent.

 

Avec Clément Dumont, Mathieu Legrand et Dany Chavoutier, la France a longtemps été aux avant-postes de cette course. Comment avec vous-vécu le moment la course de vos camarades sachant que vous étiez le dernier relayeur ?
J’ai pu suivre le relais depuis la piste d’échauffement, et de les voir repartir presque tous les tours en tête, ça m’a fait vraiment plaisir mais aussi mis un peu plus de pression car je dois finir le travail… et bien le finir ! On a fait un super travail de groupe, avec de super tirs et un super ski. Je les remercie pour ce super travail et cette médaille.

 

Justement, quand vous partez, l’or est à 25 secondes et vous êtes aux côtés du Russe pour vous départager le podium. Lors du dernier tir de la course, votre adversaire s’effondre tandis que vous réussissez votre tir. Que ressentez-vous à ce moment ?
Sur le premier tir, le Russe et moi sommes restés ensemble mais sur le 2e tir, c’était la 2e place en jeu. Le Russe s’est installé plus rapidement que moi, mais a fait une faute sur sa première balle et là je me suis dit : voilà ma chance et donc j’ai attaqué le tir sans sortir de balles.

 

On a vu la joie partagée avec vos collègues. C’est aussi ça le relais : le partage dans les bons comme dans les mauvais moments. Quels autres souvenirs garderez-vous de ces mondiaux ? Et qu’en tirerez vous pour la suite de votre carrière ?
Oui, une médaille en relais fait vraiment plaisir car l’on partage le plaisir à quatre. Ce relais restera le plus beau moment de ces mondiaux, mais je suis aussi content de mes courses individuelles. Oui, j’ai pu montrer mon niveau international et avec de bons temps de ski. A côté des courses, il y a eu une super ambiance dans le collectif et ces jours passés en Autriche feront de supers souvenirs.

 

Quentin_2.jpg

Quentin_3.jpg