Rémi Borgeot : « avec la piste des Plans d’Hotonnes, il peut y avoir des suprises »

Le biathlète mégevan Rémi Borgeot sera présent aux Plans d’Hotonnes. Pour Nordic Magazine, il décrit les pièges de la piste sur laquelle se dérouleront les épreuves samedi et dimanche. Entretien.

 

Capture-d-ecran-2012-09-20-a-06.53.43.png 

Cet été, on vous a sans doute beaucoup parlé de votre participation au jeu de Nagui, “Tout le monde veut prendre sa place” sur France 2. Imaginiez-vous autant de réactions et de commentaires ?

Non, c’est vrai que je n’imaginais pas autant de réactions. Je ne pensais pas qu’autant de monde allait me suivre, c’était vraiment sympa et l’expérience agréable.

 

Pendant ce temps, vous faisiez le tour des Aravis. De quoi relativiser ?

Oui bien sûr, mais  en même temps, ça reste un jeu télé. Il n’y a pas de quoi se prendre la tête non plus. Et puis, je n’ai pas battu le champion !

  

En août, vous avez suivi un stage sur le plateau de Retord. Content d’y disputer la première étape du Subaru Biathlon Summer Tour ?

En effet. Oui, je suis content  de retourner aux Plans, la piste est bien sinueuse et le pas de tir difficile car il y a souvent du vent, donc il peut y avoir des surprises ! Ça va être la première course de la saison donc il y a forcément un peu d’euphorie.

  

Quels sont vos objectifs pour ce week-end ?

Je n’ai pas d’objectif en termes de résultats. Je veux simplement faire une course pleine avec de bonnes sensations physiquement et réussir un bon tir. Si je n’ai aucun regret sur le week-end, alors ça serait un bon point positif pour aborder les sélections le mois prochain à Arçon.

 

Quels sont les pièges de la piste des Plans d’Hotonnes ?

Je vous le disais, le piège principal est le pas de tir. Le vent est permanent et il est difficilement gérable dans certaines conditions. A nous de nous adapter ! La piste est assez rapide mais très sinueuse, on relance sans cesse et il faut trouver les bonnes trajectoires pour garder au mieux la vitesse. Mais je ne vais pas tout dévoiler 😉 !

 

087-Mimi4.jpgVous aviez décroché un podium en IBU Cup au Canada l’hiver dernier. Vous êtes-vous déjà fixé des objectifs pour la prochaine saison ?

Oui, heureusement ! Mon principal objectif est la coupe du monde avec comme premier rendez-vous Arçon et les sélections. Après, il y a aussi les championnats d’Europe et les championnats de France de fin de saison. Mais l’essentiel sera de monter et de performer en coupe du monde.

  

On l’oublie souvent, mais vous êtes né à Besançon bien que licencié à Megève. Gardez-vous des liens avec la Franche-Comté ?

Bien sûr, toute ma famille habite encore soit dans le Haut-Doubs, soit dans le Jura ! J’y retourne plusieurs fois par an, en plus des fêtes. Sinon, j’ai été pendant près de 6 ans au Pôle France à Prémanon, donc je n’étais pas si loin ! C’est vraiment une chouette région pour s’entraîner et surtout  pour la gastronomie !

 

Photos : Jean-Yves Begon

 

 Simon Desthieux : « J’ai l’avantage de bien connaître les Plans d’Hotonnes »

 Rémi Borgeot : « Avec la piste des Plans d’Hotonnes, il peut y avoir des surprises »

> Les Français, attendus aux Plans d’Hotonnes, ne participent pas aux mondiaux d’Ufa

Etienne Daille, parrain des France aux Plans d’Hotonnes, se confie

Florent Claude : « Les Plans d’Hotonnes et Arçon servent à ma préparation »

> Aux Plans d’Hotonnes, des titres de champions de France à décrocher

> Biathlon : avant les Plans d’Hotonnes, l’équipe de France s’entraîne en Autriche

> Le CS Valromey-Retord prépare le Biathlon Summer Tour