Renaud Jay : « Cet hiver, j’espère passer un cap »

Depuis Tignes où il est en stage, le sprinter savoyard Renaud Jay dresse un bilan de sa préparation qui a été chargée avec de nombreux entraînements, à Ruhpolding, Oberhof, Ramsau… et une blessure à la main. Il lève aussi le voile sur ses objectifs pour l’hiver qui approche. Entretien.

Capture-d-ecran-2012-10-24-a-15.20.34.png

Première question : comment va votre main ?
Ma main va beaucoup mieux! (sourire) Je n’ai eu mal que deux semaines, dont une à oberhof où je n’ai skié qu’avec un bras…

 

Est-ce facile de skier avec un seul bras ?
Ce n’était pas facile, mais finalement j’ai pu faire du bon boulot sur mon travail de jambes !

 

Plus sérieusement, quel bilan dressez-vous de vos différents stages sur neige, que ce soit à Oberhof ou Ramsau ?
Pour ce qui est des stages sur skis que nous avons faits, je dresse un bilan positif avec le retour de bonnes sensations techniques, mais aussi physiques, après un été compliqué. Malgré des conditions difficiles à Ramsau, nous avons quand même pu skier contrairement à certains groupes qui n’ont pas pu rechausser !

 

Actuellement, vous vous entraînez sur le glacier de Tignes. Avez-vous commencé les intensités au sprint ? Etes-vous satisfait de vos sensations ?
Depuis le stage à Oberhof, nous avons commencé les intensités plus spécifiques au sprint avec des KO, mais aussi des séances de lactique.
Lors de ces séances, j’ai pris confiance et les sensations étaient plutôt bonnes ! Je sens que le travail que j’ai effectué sur certains points comme le pas de combiné commence à payer.

 

Est-ce facile de concilier études (vous avez effectué votre rentrée au Staps du Bourget-du-Lac en L3) et sport de haut niveau ?
Au Bourget-du-Lac, j’ai aussi repris la fac. Je ne suis pas tout le temps en cours à cause des stages et des entraînements, mais j’essaye de garder le contact avec les cours et les amis du STAPS.
Cela me permet de garder un équilibre et de ne pas avoir à penser qu’au sport. Cependant, à maintenant à peine un mois des sélections, je vais commencer à me concentrer uniquement sur le ski et la préparation pour optimiser ma récupération à cette période importante de l’année.

 

Les premières courses des sélections sont toute proches”

 

418143_4841497279046_955347902_n.jpgVous vivez en colocation avec trois autres membres du Savoie Elite Nordic. L’émulation entre sportifs de haut niveau  est-elle nécessaire à votre motivation ?
En effet, je suis en colocation avec trois amis du SEN. Nous avons fait ce choix pour nous rassembler sur le bassin chambérien, étant donné qu’Alexis Bœuf, Pierre Guédon, Louis Deschamps et Baptiste Jouty habitent tous là-bas. C’est idéal pour l’entraînement car l’émulation entre nous, nous pousse vers le haut ! Nous nous soutenons tous et ce n’est que mieux de s’entraîner dans une telle ambiance.

 

Avec quels objectifs abordez-vous l’hiver ?
Comme je le disais tout à l’heure, les premières courses des sélections sont toute proches. Cette saison, comme la saison dernière, je vise le sprint bien sûr avec pour objectif de participer aux coupes du monde de sprint skate du Canada et de performer là-bas pour ensuite repartir sur les sprints skate de coupe du monde de la saison.

 

D’ici le début – désormais tout proche – de la saison, quel est votre programme ? Vos priorités ?
J’espère passer un cap cette année par rapport à l’année passée qui m’a beaucoup appris au contact des meilleurs. J’ai aussi pour objectif les mondiaux U23 de Liberec qui seront très importants cette saison. Les mondiaux seront sûrement compliqués à aller chercher avec un sprint en classique. Mais si je réalise déjà les objectifs, je serais satisfait !