Revue de presse : Jason, encore Jason… et enfin Dario Cologna

presse« Week-end parfait pour Lamy Chappuis ». Le Parisien a tout dit. Le week-end a en effet été parfait pour le Bois d’Amonier. Même l’intéressé est d’accord : « “Trois jours, trois courses et trois victoires, c’est incroyable”, s’est exclamé Lamy-Chappuis après sa 18e victoire sur le circuit avec 3 sec 9/10 l’Italien Alessandro Pittin et de 7 sec 1/10 le Norvégien Joergen Graabak », s’enthousiasme-t-il, dans le même quotidien.

Même l’entraîneur allemand de combiné nordique ne sait plus que faire: « Jason est actuellement difficile à battre. Il est difficile à battre, surtout dans le sprint final », concéde Hermann Weinbuch. « Si je suis intouchable ?, s’interroge Jason Lamy Chappuis dans Le Figaro. Non, parce que ça se joue à pas grand-chose. »

Week-end parfait donc, au point de Grégory Schneider de Libération choisit le 3 comme chiffre du jour dans l’édition de ce lundi matin : « C’est le nombre de victoires en individuel remportées cette saison par le Français Jason Lamy-Chappuis en combiné nordique », écrit-il.

Retour en arrière. Vendredi, le Jurassien emporte avec Sébastien Lacroix, son voisin de la Station des Rousses, le sprint par équipes de Seefeld, confirmant son retour en grande forme. Le samedi, il s’adjuge la première des deux épreuves individuelles. Dimanche, il s’offre la seconde. Et un, et deux, et trois… « La passe de trois », titre Ouest-France. « Lamy Chappuis passe la troisième », s’amuse Le Télégramme. Et ainsi de suite.

L’Equipe n’en revient pas : dans l’article « Le hat-trick de Lamy Chappuis », on peut lire : « La performance force l’admiration ». François Braud 9e, Sébastien Lacroix 10e, Maxime Laheurte 11e : la France était en forme hier en Autriche.

Terminons le festival de compliments et de superlatifs par la presse suisse : « Le champion du monde, 25 ans, réalise un week-end parfait », notent nos confrères du Matin. Parfait. Vraiment parfait.

 

 

Le retour de Dario Cologna

 

Changeons de pays justement pour rencontrer un autre homme heureux : « Dario Cologna a remporté le premier succès de sa carrière en sprint en s’imposant dans l’épreuve de Coupe du monde en skating à Rogla, en Slovénie », souffle Le Matin. Et d’ajouter : « Et avec sept des leurs dans les points (trois femmes, quatre hommes), les Helvètes ont réussi un résultat d’ensemble inédit. »

« Super Dario », pour la TSR : « Cologna s’est montré impérial de bout en bout. Sorti 3e des qualifications, il a ensuite pris la 2e place de son quart, gagné sa demi-finale avant de s’imposer en finale en débordant à 150 m de la ligne le Russe Nikolay Morilov (2e), vainqueur du prologue. Le Grison a particulièrement savouré son succès, le cinquième de sa carrière, le deuxième seulement sur une épreuve d’un jour. » La télévision romande a l’honnêteté de préciser que le Norvégien Petter Northug n’était pas de la fête. Or, la veille, indique la Tribune de Genève, « Dario Cologna a perdu son duel contre le Norvégien Petter Northug, à l’issue du 15 km en style classique de Rogla en Slovénie. » Il faut dire, analyse L’Equipe, qu’il est coriace : « Sa capacité d’accélération, sa pointe de vitesse, son impression de puissance ont de quoi décourager ses rivaux. Au mieux de se forme, Petter Northug est actuellement imbattable dans les arrivées groupées. » Le Suisse retrouvera l’« imbattable » sur le Tour de ski.

 

La solitude de Simon Ammann

 

En Romandie encore, on s’inquiète pour le saut à ski  : « Après son 9e rang samedi, le Saint-Gallois [Simon Ammann] termine à la même place dimanche », rapporte Le Matin. Ce n’est pas si mal et là n’est pas le problème : « S’il poursuit sur cette lancée, il peut espérer jouer un rôle lors de la Tournée qui débute le 30 décembre à Oberstdorf (All). La hiérarchie se révèle en effet beaucoup plus fluctuante cette saison que par le passé. »

Ce qui préoccupe, ce sont les autres : « Quand Ammann arrêtera, la discipline risque de tomber dans l’anonymat. Avec le quadruple champion olympique, notre pays compte un des plus grands champions de l’histoire de ce sport. Mais il n’y a ni relève ni infrastructure pour assurer une continuité. »

 

Simon, après Martin

 

Chez les Fourcade, on ne sait par contre pas où donner de la tête. Le week-end a failli sourire à l’un des biathlète tricolore, qui ne fera pas mieux que troisième à deux reprises. L’Equipe : « Décidément, Simon Fourcade se souviendra du final à Hochfilzen. Après avoir laissé filer la victoire sur la poursuite dans la dernière ligne droite samedi, l’ainé des frères Fourcade a perdu la médaille d’argent du relais mixte à 200 mètres de l’arrivée. Le Français n’a rien pu faire sur une accélération foudroyante de Michal Slesingr, qui a permis à la République tchèque de terminer deuxième (+27”). »

Les Bleus se sont donc contentés du bronze, ce qui est déjà une belle performance. Ce qu’il faut retenir n’est donc pas là. L’Equipe encore, à propos de la troisième place samedi de la poursuite du plus grand des Fourcade Brothers : « Alors que Martin était sous le feu des projecteurs depuis le début de la saison, il a vu son frère Simon lui ravir la vedette ». Avec eux deux, nous n’avons pas fini de vibrer.