Revue de presse : le début d’une légende, la fin d’une autre

pressePour La Dépêche, cela ne fait aucun doute : « Martin Fourcade : né pour gagner ». « A 23 ans, le natif de Céret présente déjà un palmarès hors normes », ajoute le quotidien du Sud-Ouest, dans lequel on peut encore lire ceci : « Ses modèles ? Il ne les trouve pas forcément dans son sport : « J’admire Kilian Jornet (meilleur trailer actuel… Catalan lui aussi), Hicham El Guerrouj, Tony Estanguet ou Michael Phelps. Des exemples à suivre ». Nous sommes loin du biathlon.

On l’a déjà dit, Martin Fourcade a exprimé son envie pour une autre discipline nordique : le fond. A l’APF, il s’explique : « J’ai énormément gagné en biathlon même s’il me manque encore un titre olympique. Alors le fond c’est une expérience, une nouvelle motivation. Et c’est vrai que le fait que Bjoerndalen ait aussi couru en fond à haut niveau est une source de motivation. Mais ce sera sans prétention, pour me faire plaisir. Quoi qu’il en soit, je continuerai avec le biathlon. »

Retour en arrière avec L’Equipe : Ce week-end, « le contrat était simple pour Martin Fourcade s’il voulait remplir son objectif avoué en début de saison : remporter à 23 ans le gros globe, le classement général de la Coupe du monde. Il ne devait pas terminer au-delà de la 24e place de la poursuite ce samedi à Khanty-Mansiysk, lors de l’avant-dernière épreuve de la saison, afin d’être à l’abri d’un retour de Svendsen. Il l’a rempli et avec la manière, puisqu’il s’est adjugé la dernière poursuite de la saison, en terminant avec 19”6 d’avance sur Peiffer et 34”7 sur Svendsen. »

Depuis, la presse a salué l’exploit du Français. « Cela paraît irréel, je ne pensais pas que ce serait si dur à gagner, mais je ne pensais pas non plus que ce serait si beau », confie-t-il à Libération. Notre confrère a encore faim d’émotion : « Il ne manque plus à Martin Fourcade qu’un titre olympique pour pouvoir dire qu’il a tout gagné en biathlon. »

L’adieu de Didier Cuche”

Un autre homme est salué ce lundi matin par vos journaux : lui vient de tirer sa révérence. L’Equipe : « Didier Cuche a fait ses adieux au cirque blanc ce samedi à Schladming lors du dernier géant de la saison, après deux décennies passées sur le circuit. Le vétéran suisse s’est offert un dernier moment de gloire en descendant la piste chaussé de skis en bois et dans un costume d’un autre siècle. Dans l’aire d’arrivée, il a fait virevolter un de ses skis en l’air, comme il en avait pris l’habitude, imité ensuite par plusieurs coureurs avec plus ou moins de bonheur. » La Côte, le journal suisse, propose dix dates pour raconter le parcours du Jurassien. Dont celle-ci qui prouve sa popularité :  le 14 janvier dernier, « Cuche est désigné Suisse de l’année 2011,  nouvelle preuve de sa grande popularité. Il a aussi été nommé deux  fois sportif suisse de l’année en 2009 et 2011.

Pour l’édition helvète de 20 minutes, Cuche a réussi sa sortie : « Lundi, au moment où Didier Cuche effectuera le chemin du retour vers la Suisse, il refermera le livre d’une fantastique carrière entamée en 1993, avec une nostalgie qui ne sera pas feinte. » Pour La Tribune de Genève, il y aura peut-être aussi des regrets : « Cuche restera surtout dans les annales mondiales du ski comme le quintuple vainqueur de la descente de Kitzbühel, la plus prestigieuse course de l’hiver. Bien qu’un des “cadors” des épreuves de vitesse, Cuche n’est jamais parvenu à décrocher l’or olympique, ni même le titre mondial de la descente, qui lui a échappé deux fois pour quelques centièmes en 2009 et 2011. » Réponse du skieur : « Je préfère partir avec des regrets, plutôt qu’en arriver au point où c’est un soulagement ».

Le week-end dernier, une légende est née ; une autre s’est effacée.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade