Romain Claudon intime… par ses amis

Image-9.png

Aujourd’hui, Romain Claudon, le biathlète de Gerardmer, espère s’offrir une seconde médaille norvégienne dans l’épreuve en relais, lors des Mondiaux de rollerski qui se déroule cette semaine en Norvège. Mais qui est vraiment Romain Claudon. Nous avons interrogé sa famille et ses amis.

Son ami Simon Carrara le décrit ainsi : « c’est un acrobate qui tente toujours de passer à la corde dans les descentes, qui fait des sauts et des figures dès qu’il peut. Il est plus qu’à l’aise sur les skis (et les rollers ski). » Ensemble, ils ont préparé le brevet d’Etat. «  Dans le sport, il est plutôt acharné… ils nous a déjà pris d’aller courir plus de 5 heures ensemble ou alors d’aller sur la voie verte pour faire 3 heures de pousser en skiroue lent… » « Même si il a connu des périodes de relâche, Romain est un travailleur qui se donne les moyens d’arriver a ce qu’il veut ! », décrit Florian Rivot, qui le connaît depuis de nombreuses années et dont il se sent proche.

Au sein de sa famille, confie sa tante Marie-Noëlle Remy, il est « une référence ». Notamment pour Cousini, le nom donné au groupe des sept cousins-cousines qui se retrouvent dès qu’ils le peuvent. « Romain est un garçon sympa, téméraire dans ses choix et ses objectifs, et sachant que l’ acharnement dans le travail finit par payer, ce qui vient d’arriver cet été. » Référence à sa jolie collection de médailles. Sa grand-mère paternelle, elle, en constitue une autre, qui ne manque pas de la remplir de fierté : elle découpe tous les articles des journaux le concernant. 

Il sait rigoler”

Image-14.pngSurtout, le jeune homme est décrit comme un « bon vivant » : « il ne se prend pas la tête, il sait rigoler et amuser les autres », énumère Sybile Barthet, une amie. 

Simon Carrara pousse plus loin la confidence : « il est un grand utilisateur des CMD » qu’il aurait inventer avec son cousin (un autre) Simon. Florian Rivot nous livre le secret de cette pratique, que nous ne dévoilerons pas. Les autorités pourront trouver toutes les preuves sur le disque dur de son ordinateur.

L’étourderie ferait aussi partie de son caractère : « A l’époque ou j’étais athlète (maintenant, je suis technicien à la fédé biathlon), ajoute Baptiste Claudon, on devait partir en stage à Arçon. Sur le lieu de rendez-vous, toujours pas de Romain. Je l’appelle et je le réveille… Il croyait que le stage était la semaine suivante ! Il en collectionne quelques-une de belles comme oubli de chargeurs, de chaussures ou de skis. »
On n’en dira pas davantage. « 
Il y aurai bien d’autres anecdotes à raconter, mais elles sont plutôt privées…, nous souffle un colocataire de chambre. Le genre de choses qu’il ne vaut mieux pas voir sur internet… »

Romain est un tombeur”

Aussi, nous tairons sa forte propension à dormir : « Incapable de tenir plus de 10 minutes devant un film pendant une sieste… » Nous saluerons plutôt le Bac obtenu avec mention assez bien… « Ce qui est surement dû a un miracle et ce qui est totalement scandaleux ! », commente un ami qui lui veut du bien (et dont nous camouflerons la voix pour éviter une vengeance). Et terminerons, avec une confidence d’un autre proche : « Romain est très amoureux de lui (sourire) et est un tombeur pour les filles ! Laquelle skieuse du circuit n’a jamais succombé à son charme ? »

Le Roller racing team”

Plus sérieusement, l’étudiant en Staps à Lyon a d’ores et déjà réussi sa saison estivale. Le rollerski, qui ne lui servait qu’à s’entraîner l’été, a désormais intégré la liste de ses objectifs. Une équipe vosgienne a même été créée : le Rollerski Racing Team, avec Baptiste Noël et Igor Cuny. Une manière très subtile de trouver des sponsors (pour payer les frais de déplacement) et pour générer une émulation. Quand on regarde le palmarès, le moins qu’on puisse dire, c’est que cette stratégie fonctionne : Romain Claudon a ainsi de quoi garnir sa chambre : une médaille de bronze en Norvège, après l’argent et surtout l’or — c’était à Bad Peterstal dans la course de côte. Sans oublier le beau maillot rouge qu’a porté Baptiste Noel.

S’améliorer en tir”

Est-ce dire que Baptiste Claudon va briller quand la neige sera tombée ? « Le seul souci en hiver (parce qu’il reste avant tout un biathlète), ce sera le tir… Exercice dans lequel il n’excelle pas », analyse avec franchise Florian Rivot. Baptiste Claudon confirme en évoquant « une bonne marge de progression notamment en tir. Attention cet hiver ! » Le programme de l’automne est donc tout tracé. Mais une amie, Coline Varcin, de voir l’avenir avec optimisme : « C’est une personne obstinée, avec encore beaucoup de grandes choses à montrer. Il en est largement capable quand il se fait confiance ! » La confiance, talon d’Achille de Romain Claudon.

1 Comment

  1. Anicet

    12/08/2011 à 6 h 30 min

    Belle analyse de mon fils !!
    Et encore bravo à lui