Ruka Triple : Célia Aymonier offre ses premiers points à la France

Seconde étape du Ruka Triple samedi matin. Le duel Justyna Kowalczyk-Marit Bjoergen est de nouveau à l’affiche. Avantage à la Polonaise après le 5 km classique.

 

Le contexte

Il neige sur Kuusamo quand débute samedi matin le 5 km classique (et non skating comme ce fut le cas l’an dernier). Deuxième jour de compétition pour les dames après un ko sprint disputé la veille qui a rappelé que les choses sérieuses avaient commencé.  L’élimination de Marit Bjoergen en 1/4 de finale n’est pas passée inaperçue. Le Polonaise Justyna Kowalczyk, elle, n’a pas manqué ce rendez-vous, comme cela avait déjà été le cas en 2009. L’Allemande Denise Herrmann est montée sur un podium pour la première fois de sa carrière, rejointe par Kikkan Randall. La meilleure française est Célia Aymonier. A la 38e, elle a manqué de peu la qualification.

Au classement provisoire, Kowalczyk a obtenu un gain de 3,8 secondes par rapport à Hermann. Bjoergen, elle, est à 22,7 secondes à l’issue de la première épreuve.

 

La course

C’est Coraline Hugue, dossard 9, qui a été la première Française à s’élancer dans la seconde étape du Ruka Triple. Si elle a été distancée, notamment par l’Allemande Katrin Zeller, elle s’est néanmoins accrochée. Insuffisant néanmoins pour rentrer dans les 30. Elle occupe le 54e rang.

Dossard 33, Aurore Jean a le 4e chrono quand elle pointe au premier intermédiaire. Un nouveau temps de référence est ensuite enregistré grâce à Masako Ishida, la Japonaise qui s’entraîne à Bellefontaine dans le Jura. Quand elle franchit la ligne d’arrivée, cette dernière enregistre le meilleure chrono. Pendant ce temps, la Rousselande perd des secondes. Yulia Tchekaleva, elle, en gagne et prend la tête du classement provisoire. La compétition est lancée.

Dossard 60, le Norvégienne Therese Johaug a bien l’intention de faire mieux, résolue cette saison à jouer des coudes avec Kowalczyk et Bjoergen. Au premier intermédiaire, elle fait déjà mieux que la Russe Polina Medvedeva. Une avance qu’elle garde tout au long du parcours. A l’arrivée, elle réussit à s’imposer de 4 secondes : 13:48.3

Marit Bjoergen, dossard 80, ne veut pas se laisser faire. Elle reprend la main d’une seconde au premier pointage, histoire de rappeler qui est la patronne. Au dernier intermédiaire, elle en a déjà grignoté neuf de plus. Son effort ne faiblit pas pour autant et elle s’installe sur la plus haute marche : 11,6 secondes d’avance.

La dernière à s’élancer, Justyna Kowalczyk, sait que sa rivale a frappé un grand coup. Sur le début de course, son rythme égale celui de ses concurrentes. Au 3e kilomètres, elle a pris 2,1 secondes sur Bjoergen et 11,3 secondes sur Johaug. La Polonaise veut gagner. Son visage est concentré, déterminé. Elle l’emporte pour trois secondes.

L’enseignement du jour

Bjoergen, Kowalczyk et Johaug : les têtes d’affiche n’ont pas changé par rapport à l’hiver dernier. La guerre est lancée entre les trois femmes.

Dans le camp tricolore, seule Célia Aymonier a tiré son épingle du jeu. La fondeuse des Fourgs se classe tout juste à la 30e place. Une belle performance qui lui permet d’obtenir ses premiers points FIS.

 

Les Françaises :

  • Célia Aymonier : 30e
  • Coraline Hugue : 54e
  • Aurore Jean : 71e
  • Aurélie Dabukyk : 94e

Le classement (à venir)

 

Photo : Nils Louna/Agence Zoom

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.