Samuel Guy à Tchaïkovski : «les installations russes sont exceptionnelles»

6e et 8e en COC aux USA, le Jurassien Samuel Guy est actuellement en Russie. A Tchaïkovski, dans la région de Perm, sur les tremplins de saut à ski récemment construits (K125, K95 et K65), il va participer, avec Geoffrey Lafarge, Nicolas Martin, à trois épreuves en coupe continentale.

En duplex depuis le nouvel hôtel ouvert au complexe sportif « Snezhinka », il répond aux questions de Nordic Magazine.

 

740865_10151352427184131_478189482_o.jpg

741164_10151352980349131_823098449_o.jpg

737902_10151352427199131_285209886_o.jpg

Les infrastructures de Tchaïkovski (Photos : Samuel Guy)


Quelle opinion avez-vous de ces nouvelles installations  ?

Elles sont énormes. Les sites de ski de fond et les tremplins sont exceptionnels. On sent que les Russes ont investi énormément dans ces infrastructures. Même sur les plus beaux sites nordique d’Europe, on ne retrouve pas ce qui a été aménagé ici. Nous avons d’ailleurs fait nos premiers entraînements sur le gros tremplin ce matin. J’ai réalisé des sauts de qualité, entre 125 et 130 m. Le record est situé à 138 m.

Quelles ont été vos sensations ? 

C’est un tremplin tout neuf, avec un nouveau profil. Le rayon est beaucoup plus souple et la pente plus plate que la plupart des autres tremplins. Nous sommes bas en altitude, la portance est donc accentuée et les sensation en l’air multipliées.

Ce qui signifie que le sauteur doit prendre quelles mesures ?


Il faut resté très relâché. Comme la portance est importante en sortie de tremplin, il faut rester calme, se servir de l’air pour prendre de la hauteur et s’éloigner de la piste de réception, tout en gardant de la vitesse

.

282976_10151353302329131_977457460_n.jpgCe tremplin avantage quels athlètes ?

Les bons voleurs, car les gros pousseurs auront beaucoup de hauteur mais peu de vitesse en vol. Par contre, la piste de ski de fond est assez dure, avec de longs plats montants… Ça fera certainement de “gros vaguons”, il sera dès lors difficile pour les coureurs esseulés de rester dans le coup.

Des noms vous viennent à l’esprit ?

Geoffrey Lafarge qui vient de nous rejoindre sur le circuit B vient de signer sa première victoire de la saison le week-end dernier ; il est sur une pente montante et reste le favori. Sinon des Allemands costauds seront également présent et l’Autrichien Marco Pichelmayer. Au final il n’y a que trois grosses nations présentes : l’ Allemagne, l’ Autriche et la France.

Quel est votre programme des prochains jours ?

Demain, entraînements officiels à 11 h et test des skis à 15 h. Vendredi compétition individuelle : à 11 h premier saut, à 15 h course de fond. Samedi team sprint (mêmes horaires) et dimanche individuel (mêmes horaires).

Quels sont vos objectifs ?

Gagner. En dehors des six premiers, ce sera une contre-performance.

Comment allez-vous suivre la coupe du monde de Chaux-Neuve qui se déroule au même moment chez vous ?

On a 5 h de décalage avec la France ; nous serons sur les skis de fond pendant le saut, et je regarderai tranquillement la course à 20 h heure locale du fond de mon lit.

Un pronostic ?

Difficile de donner un résultat brut, car les résultats ont été tellement différents depuis le début de la saison… Quoi qu’il en soit, Jason Lamy Chappuis reste le favori. Ensuite j’aimerais bien voir un autre Français sur le podium et je verrais bien un Magnus Moan ou un Mikko Kokslien monter sur la boîte… C’est une des pistes les plus dures du circuit, les gros fondeurs seront devant.