Samuel Guy en stage en Autriche la semaine prochaine

Samuel Guy habite Pontarlier et a récemment remporté les 21 km du Trail de la Source du Doubs-Mouthe. Il fait partie de l’équipe de France B de combiné nordique. Entretien avant un stage autrichien d’une semaine.

 

Quel est votre programme des prochaines semaines sportivement parlant ?

On part une semaine en Autriche à partir de lundi. On fera Stams et Innsbruck du lundi 4 au samedi 9, avec l’entraîneur Nicolas Bal.

 

Qui sera présent ?

Nicolas Martin, Wilfried Cailleau, Gauthier Airiau, Geoffrey Lafarge, Romain Jacquier et moi

 

Au programme ?

saut à ski, ski à roulettes, course à pied et musculation.

 

Stams… est un lieu où les athlètes aiment s’entraîner.

Oui, c’est le centre principal d’entrainement des Autrichiens.

 

Pourquoi aller ensuite à Innsbruck ?

C’est un endroit mythique, les infrastructures sont impressionnantes. Lorsqu’on est en haut du tremplin, on a une vue imprenable sur toute la ville. C’est l’un des plus beaux stades sur lequel j’ai eu la chance de sauter.

 

Est-ce important pour vous que l’équipe prenne ainsi le vert, loin de ses bases ?

Oui, c’est essentiel, on change d’endroits régulièrement ; cela nous permet d’une part de changer de tremplin mais aussi de s’entrainer avec d’autres équipes.

 

Personnellement, quels sont les points que vous comptez améliorer, sur lesquels votre vigilance va porter ?

Au tremplin, il faut enchainer des sauts de qualités, pour qu’ils deviennent mon “niveau de base ; l’objectif est d’être concentré au maximum à chaque saut, cela me permettra d’acquérir de la confiance et ensuite de travailler des points techniques très précis.

 

Lesquels ?

En ski de fond, j’ai commencé à faire plus de musculation des jambes et du haut du corps, l’objectif étant de prendre de la force qui s’ajoutera au travail d’ aérobie.

les points techniques en saut sont, la poussée au bout du tremplin et la position du corp en vol.

 

On vous avait volé vos affaires. Les avez-vous récupérés ? Heureux que cet épisode soit terminé ?

Oui, j’ai retrouvé une paire de ski et des bâtons de Jason assez rapidement après la tentative de vol. J’ai entendu dire qu’on était entré dans notre salle de fartage, j’ai donc fouillé et retrouvé le matériel sous des matelas et des sacs de couchages. Je suis réjouis que l’on ait trouvé le coupable. Cela a duré plus de trois ans et les athlètes de l’équipe de France n’ont pas été les seuls à en faire les frais.

 

Troisième à Hoeydalsmo en mars dernier… Cela donne des ailes pour la prochaine saison ?

Oui, surtout que c’était une des périodes de l’hiver où j’étais fatigué. Le fait d’avoir fait un tel résultat sans être bien physiquement me motive.

 

Surtout s’il se répète ou s’améliore à Chaux-Neuve, sur vos terres ! Y pensez-vous ?

L’écart de niveau entre la coupe continentale et la coupe du monde est encore important mais les athlètes qui font régulièrements des podiums en Coupe continentale sortent toujours leur épingle du jeu en Coupe du monde. Le plus important est la régularité.

 

Et d’y croire ?

Exactement.

 

Denière question : on vous présente comme l’espoir du combiné nordique, comme le Jason Lamy-Chappuis de demain. Cela vous fait-il plaisir ou cela vous agace-t-il ?

On ne m’avait encore jamais comparé à Jason. Non ca ne m’agace pas, mais je n’aime pas être comparé avec qui que ce soit, chacun avance à son rythme et donne le meilleur de soit pour atteindre ces objectifs. Jason est un grand champion et je ne pense pas que comparer un jeune athlète à une star puisse l’aider. j’ai souvent été comparé à mon père [Fabrice Guy, ndlr.] durant toute ces années et j’ai eu le temps d’apprendre, et surtout de comprendre que chaque athlète trace son propre chemin.

cdsf.jpg

Photo : Samuel Guy