Sandrine Bailly : mon analyse avant les Jeux

Sandrine Bailly, médaillée olympique, championne du monde de biathlon et vainqueur du classement général de la coupe du monde, joue les chroniqueuse de prestige pour www.nordicmag.info durant les Jeux olympiques de Sochi. Voici sa première analyse sur les chances des Français à J-2 du sprint hommes de samedi.

 

D’abord, je pense que les biathlètes profitent de superbes conditions : des paysages superbes, un grand soleil et leur condition de logement sont chouettes. Ma hantise, c’est la météo soit changeante comme à Vancouver où le sprint a été faussé par l’arrivée de la neige. On sait que tout est possible aux JO, y compris pour les outsiders. C’est toujours délicat de voir un grand champion pénalisé par des conditions changeantes car ce n’est pas représentatif de la valeur des athlètes. il faut une part de chance mais elle ne doit pas influer dans 70% du résultat final.

 

Martin Fourcade, star attendue

Il se défendra c’est certain. Il n’est pas tout seul à être attendu, Ce ne sera pas évident car ses adversaires seront redoutables, à commencer par le Norvégien Emil Svendsen. Si son début de JO est délicat, on sait qu’il saura rebondir et sera capable de gagner sur toutes les courses suivantes. Et s’il démarre fort, ça peut être l’ouverture vers quatre médailles individuelles ; il en a les moyens. Pour avoir connu les Jeux, ça libère carrément de bien commencer. Mais les Jeux ça reste compliqué à gérer, certains arrivent là-bas en numéro un mondial sans concrétiser par un titre…

 

 

Un duel Svendsen – Fourcade ?

Pas seulement non ! En fait, je ne l’espère pas ! Souvent sur les Jeux, ce ne sont pas des duels habituels. D’autres seront capables de bien faire, de se transcender pour ce rendez-vous, capable de faire la différence. Les résultats du passé ne montrent pas ce schéma…

 

L’heure de Jean-Guillaume Béatrix ?

Il fait partie des Français capable de bien faire. Il a de grosses capacités et son premier podium individuel en coupe du monde confirme qu’il peut le faire. Dans la tête, ça libère de signer un podium avant les Jeux : pour moi, son profil ressemble à celui d’Anaïs Bescond. Simon Desthieux et Alexis Boeuf ont montré cet hiver qu’ils pouvaient jouer devant. Ce seront de sérieux outsiders.

 

Simon Fourcade a rebondi après un début d'hiver difficile.

Simon Fourcade a rebondi après un début d’hiver difficile.

Quel rôle pour Simon Fourcade ?

Il est en dents de scie, ça fait partie de sa personnalité. Il a besoin de savoir qu’on compte sur lui. Je n’ai jamais douté de sa présence à Sochi. J’attends que sur ces Jeux, il montre qu’il est l’aîné, qu’il a de l’expérience pour être le protecteur du groupe. Martin aura besoin de lui, quoiqu’il arrive. Les autres ont besoin de quelqu’un qui sache les booster. Simon fait partie des cadres historiques et doit endosser ce costume après avoir connu des situations diverses aux Jeux olympiques. En allant plus vers les autres, en s’oubliant un peu, il est capable de faire bien partout.

 

L’état de forme des Russes ?

Ils sont totalement dessoudés : chez les femmes par exemple, on voit bien qu’il y a deux équipes distinctes entre les athlètes propres et les autres qui n’ont pas compris qu’on pouvait courir sans recourir à des produits interdits. Ensuite, la dernière coupe du monde remonte à un mois déjà : les petites imperfections peuvent encore être gommées. Ils n’ont pas montré qu’ils étaient en forme. Ça reste des Jeux, je pense qu’ils ne seront pas en retrait même si la pression est énorme sur leurs épaules. Tout comme leurs dirigeants qui sauteront tous après les Jeux s’il n’y pas de résultats.

 

Le retour de Marie Dorin-Habert

A Antholz, j’étais sceptique sur sa participation. Elle a tellement de volonté, elle a travaillé très dur pour ne pas perdre en proprioception dans la piscine par exemple. Elle a misé toute sa préparation sur des intensités. Je ne sais pas si elle a retrouvé son niveau d’avant. Je la charrie car à chaque fois, elle dit qu’elle est déjà contente d’être là sans complexes et sans objectif : et puis à Vancouver elle gagne le bronze sur le sprint ! Pour moi, c’est un peu pareil sur ce coup là car elle déteste la pression et se savoir attendue. C’est presque la meilleure disposition qui puisse se produire : elle n’a absolument rien à perdre.

 

Anais Bescond a signé sa première victoire à Anterselva.

Anais Bescond a signé sa première victoire à Anterselva.

Anaïs Bescond, la révélation ?

Anaïs prend du coup davantage de pression sur elle même si les grands médias se tourneront plus vers Martin et les hommes. Elle n’est pas encore très connue et c’est pas plus mal, elle sera un peu plus tranquille. Elle peut tout à fait claquer une médaille aux Jeux, sur plusieurs formats de course.

 

Marie-Laure Brunet sur l’individuel ?

Marie-Laure doit faire au jour le jour avec sa forme du moment. Pour moi, c’est la fille de l’individuel, de la poursuite et de la mass-start : c’est Mme tir. Pour l’heure, elle n’est pas dans les qualifiées pour la mass-start, elle doit donc réussir ses débuts à Sochi, tout comme les autres biathlètes françaises.

 

Les relais, une spécificité française ?

A chaque fois, il y a une envie de bien faire sur ces relais et je sais que cette flamme perdure : elles se battront comme des lionnes. Les garçons ont gagné le dernier en coupe du monde mais chez les hommes, la densité est très relevée : une dizaine d’équipes peut gagner l’or. Pour une médaille olympique, les hommes seront au rendez-vous : ça se jouera aux tripes.

 

Sochi_Biathlon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.