Saut à ski | Chiara Hoelzl : « J’aurais adoré remporter le globe de cristal… »

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SAUT À SKI – La sauteuse à ski autrichienne Chiara Hoelzl a terminé l’hiver comme dauphine de la Norvégienne Maren Lundby. En exclusivité pour Nordic Magazine, la Salzbourgeoise de 22 ans revient sur son hiver marqué par quatre victoires consécutives au début du mois de janvier.

 

Après quelques années dans le creux de la vague à la suite d’un début de carrière fulgurant, l’Autrichienne Chiara Hoelzl, 22 ans, est redevenue une grande sauteuse à ski au cours de l’exercice 2019/2020.

Pour Nordic Magazine, elle accepte de revenir longuement pour un hiver où elle a porté le dossard jaune à de nombreuses reprises avant de craquer face aux coups de boutoir de Maren Lundby lors du Raw Air. Pour quelques points, le globe de cristal lui a effectivement échappé. Entretien.

 

  • Avec votre compatriote Eva Pinkelnig, vous êtes les seules sauteuses à avoir réussi à jouer avec la Norvégienne Maren Lundby pour le classement général l’hiver dernier : racontez-nous cette rivalité.

Eh bien, tout d’abord, je dois dire que Maren a réalisé une excellente saison cette année. Elle était si forte et elle a si bien sauté, même lorsque les conditions étaient très difficiles. Elle mérite donc sa victoire. Le mot « rivalité » est peut-être un peu fort parce que, dans notre sport, nous sommes une grande famille et nous apprécions toutes les belles performances. Je pense que Maren et moi nous nous sommes poussées l’une et l’autre cet hiver pour réaliser de belles performances. C’était très compliqué à gérer parce que, si vous faisiez une erreur, l’autre était là pour remporter la victoire. Après, comme je le disais, c’était un combat loyal avec beaucoup de respect entre nous. Enfin, Eva a réalisé elle aussi une très bonne saison. Nous sommes dans la même chambre et très bonnes amies. J’étais tellement heureuse pour elle.

 

Chiara Hoelzl, saut à ski

Chiara Hoelzl (AUT) – Modica/NordicFocus

 

  • Pensez-vous qu’il est possible de remporter le globe de cristal l’hiver prochain ? 

C’est très difficile à dire… Gagner le globe de cristal, cela veut dire que tout s’est bien enclenché, que toutes les pièces du puzzle se sont emboîtées. Même les plus petites doivent s’imbriquer parfaitement, sinon vous n’êtes pas capable de performer et de gagner le globe. L’hiver dernier était génial et je vais essayer d’en tirer autant de positif que possible. Je vais travailler dur et faire de mon mieux pour vivre de nouveau des émotions incroyables et des grands moments l’année prochaine.

 

« J’ai perdu mon insouciance »

 

  • Quels sont les secteurs qui doivent être améliorés dans votre saut ?

Je pense que de nombreux détails de mon saut sont encore à améliorer. C’est une bonne nouvelle, parce que cela veut dire que je peux encore mieux sauter. Ce que je dois améliorer en priorité, ce sont les quelques mètres après l’impulsion et le le début du vol.

 

  • Après une médaille mondiale mixte en 2013 et une belle saison 2015/2016 marquée par un titre mondial chez les juniors au Kazakhstan, vous êtes ensuite un peu rentrée dans le rang avant de réaliser un hiver 2019/2020 étincelant : expliquez-nous par quelles phases vous êtes passées pendant ces années compliquées pour vous.

En 2013, j’étais très forte et j’en suis très fière. J’étais jeune, je me sentais libre et je ne ressentais aucune pression, tout s’est bien passé et je me suis juste beaucoup amusé. J’ai apprécié ces moments autant que possible. Désormais, tout a changé. J’ai perdu mon insouciance et le saut à ski est devenu beaucoup plus difficile pour moi. Je pense que cela fait partie du jeu et chaque sauteur sait ce que je veux dire par là. Aujourd’hui, je suis très contente de mon parcours pour en arriver là.

 

Chiara Hoelzl, saut à ski

Chiara Hoelzl (AUT) – Vianney THIBAUT/NordicFocus

 

  • Au cœur de l’hiver, vous avez gagné quatre concours de suite : vous étiez sur un nuage ?

C’était vraiment génial ! Avant cette saison, je n’avais jamais gagné en coupe du monde et, soudainement, je remporte quatre victoires consécutives. J’avais effectivement vraiment l’impression d’être sur un nuage. Un nuage de grandes émotions grâce aux bons conseils distillés par mon coach Patrick Murnig [qu’elle a rejoint lors de l’été 2019, ndlr.] et de confiance en soi. Tout était si facile. C’était amusant, je n’avais aucune mauvaise pensée ou pression.

 

« C’était la meilleure saison de ma carrière »

 

  • En fin d’hiver, alors que vous étiez en tête de la coupe du monde, vous craquez un petit peu alors que Maren Lundby était redevenue très forte : cet échec était mental ou technique ?

Le saut à ski est un sport où le moindre détail compte. Les plus petits changements peuvent provoquer une grande modification dans votre système de saut et dans votre tête. La saison a été difficile comme la lutte pour le dossard jaune. Tant mentalement que physiquement. J’ai toujours su que Maren serait là si je faisais des erreurs. Mon saut n’était pas le meilleur en fin d’hiver, mais c’était une expérience formidable.

 

  • Êtes-vous frustrée que la saison ne soit pas allée à son terme à cause de la pandémie de coronavirus ? 

Non, je ne suis pas du tout frustrée. C’était la seule bonne décision à prendre car la santé est notre plus grande force à tous. Bien sûr, j’aurais adoré sauter en Russie [le Russia Blue Bird Tour était encore au programme en plus du concours de Trondheim, ndlr.]. C’était une excellente saison pour moi avec six victoires en coupe du monde dont deux devant mon public [à Hinzenbach, ndlr.] et beaucoup d’émotions.

 

Chiara Hoelzl, saut à ski

Chiara Hoelzl (AUT) – Modica/NordicFocus

 

  • Globalement, que pensez-vous de votre saison ?

C’était la meilleure saison de ma carrière et j’en suis pleinement heureuse. Bien sûr, j’aurais adoré remporter le globe de cristal, mais c’est comme ça… Le port du dossard jaune de leader du classement général a été une sensation incroyable et m’a donné un formidable élan. Je pense aussi que nous avons toutes fait un excellent travail pour le saut à ski féminin. Nous avons eu tellement de retours positifs. Le monde du sport apprécie nos performances et c’est vraiment génial et important pour nous toutes. En fin de compte, je suis très heureuse de ma deuxième place.

 

« Il y a beaucoup de respect entre nous toutes »

 

  • L’équipe d’Autriche est redevenue la meilleure équipe féminine de saut à ski du monde avec vous, Marita Kramer, Jacqueline Seifriedsberger, Daniela Iraschko-Stolz, Eva Pinkelnig, Sophie Sorschag ou Lisa Eder : quelle est l’ambiance au sein de cette dream team ?

Nous nous poussons toutes les unes les autres pour signer de grandes performances. L’ambiance au sein de l’équipe est excellente : travailler ensemble est très amusant et il y a aussi beaucoup de respect entre nous. C’est toujours plus facile de travailler en équipe plutôt que seule. C’était formidable de ressentir le soutien de toute l’équipe. Nous aimons nous déplacer ensemble dans le monde entier.

 

  • À la fin du concours de Lillehammer (Norvège), Silje Opseth a été déclarée vainqueure quelques minutes avant qu’une erreur dans le calcul des points de Maren Lundby ne soit décelée : comment avez-vous vécu ce moment incroyable ?

Je pensais vraiment que Silje avait gagné le concours et j’étais très heureuse pour elle. Mais après, ils étaient tristes que Maren ait gagnée parce qu’il y a eu une erreur. C’est sûr que Silje était très mécontente… Je la comprends parce qu’elle venait de gagner pour la première fois et c’était à la maison. Quelle journée pour elle ! Après tout cela, je ne lui ai pas parlé, mais je sais qu’elle va gagner une coupe du monde tôt ou tard.

 

Chiara Hoelzl, saut à ski

Chiara Hoelzl (AUT) – Modica/NordicFocus

 

  • Comment vivez-vous la période actuelle bouleversée par la pandémie du coronavirus ? Le monde du sport est à l’arrêt, la plupart des personnes sont confinées…

Je fais mes entraînements à la maison pour rester en forme et j’aime passer du temps dans mon appartement de St. Veit im Pongau (Salzbourg) avec mon petit ami Philipp et ma chienne Carla. Après le relâchement du confinement, j’ai vraiment apprécié de sortir dans notre belle nature et d’aller me promener ou faire du footing et mes entraînements à l’extérieur. Mais j’ai hâte de retourner sur les tremplins de saut à ski et j’espère que cette période ne durera pas trop longtemps. Je veux me préparer à nouveau avec l’équipe pour la prochaine saison qui sera marquée par les championnats du monde. J’ai hâte ! [Depuis l’interview, les sauteurs autrichiens ont retrouvé le chemin de l’entraînement en effectuant un stage marqué par les gestes barrières et les tests, ndlr.]

 

À lire aussi

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.