Saut à ski | Stefan Kraft : « Une saison géniale »

Stefan Kraft, saut à ski
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SAUT À SKI – Vainqueur de son deuxième gros globe de cristal à la fin de cet hiver tronqué par le coronavirus, l’Autrichien Stefan Kraft se confie longuement en exclusivité pour Nordic Magazine

 

Après une épique bataille l’ayant opposé pendant de longues semaines à l’Allemand Karl Geiger, Stefan Kraft a remporté le gros globe de cristal de vainqueur du classement général suite à l’annulation des deux derniers concours, les ultimes du Raw Air.

En exclusivité pour Nordic Magazine, le Salzbourgeois revient sur cet hiver accroché, sur le changement d’entraîneur à la tête de la sélection autrichienne et sur le déplacement de la date des Mondiaux de vol à ski au mois de décembre prochain. Instructif.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

 

  • Vous remportez un deuxième gros globe de cristal de vainqueur de la coupe du monde de saut à ski : vous devez donc être très satisfait de votre hiver ?

Je suis très content en effet. Il y a tellement de choses qui doivent être exécutées parfaitement pour gagner le gros globe : c’est incroyable que cela se soit produit une seconde fois. Quand j’ai gagné mon premier globe de cristal [en 2017, ndlr.], j’en ai beaucoup profité parce que je ne savais pas si cela allait se reproduire… Mais c’est arrivé et c’est génial !

 

Stefan Kraft, saut à ski

Kraft Stefan (AUT) – Modica/NordicFocus

 

  • La bataille a été rude avec votre concurrent allemand Karl Geiger. Qu’est-ce qui a fait la différence selon vous ?

C’était vraiment un match difficile avec Karl, c’était vraiment serré. C’était une « course pour le globe » excitante. Et ce, dès le début de l’hiver. Les trois premiers gars du classement étaient toujours proches, les écarts étaient minimes et cela a été très excitant pour nous. En fin de compte, la bataille finale m’a opposé à Karl qui a si bien sauté tout l’hiver. Je pense que nous avons offert un grand spectacle au public et, comme je l’ai dit, je suis vraiment heureux d’avoir finalement remporté le globe.

 

« Le saut à ski est une grande famille »

 

  • C’est votre sixième hiver de suite où vous terminez parmi les six meilleurs mondiaux. Qu’est-ce qui fait votre régularité ?

C’est toujours très spécial pour moi d’entendre ou de lire cette statistique. Le saut à ski est un sport si précis que l’écart entre le top dix et le podium ou même la victoire est très mince. Les plus petites erreurs peuvent décider d’une victoire ou d’une défaite. Avoir pu jouer comme ça toutes ces dernières années me rend très fier et reconnaissant.

 

  • Qui voulez-vous remercier ?

Ma famille et ma petite amie sont des pièces importantes de ce puzzle, ainsi que toute l’équipe d’entraîneurs de JumpandReach [structure accompagnant les athlètes dans leur vie de sportifs professionnels, ndlr.] dont, bien sûr, mon mentor, entraîneur et ami Patrick Murnig. Il m’accompagne depuis environ neuf ans et m’aide à rester les pieds sur terre, à ne pas m’enflammer. C’était notre objectif depuis le début de notre collaboration.

 

Stefan Kraft, saut à ski

Stefan Kraft (AUT) – Tumashov/NordicFocus

 

  • Cette saison, personne n’a dominé outrageusement l’hiver : Dawid Kubacki a remporté la Tournée des Quatre Tremplins, le gros globe est pour le vous, Kamil Stoch a gagné le Raw Air et Ryoyu Kobayashi a encore brillé lors de compétitions tandis que Marius Lindvik a éclaté au plus haut niveau. L’hiver devait être très intéressant à vivre de l’intérieur…

Oui, c’était très excitant. Cet hiver était très spécial, non seulement pour nous mais aussi pour le public. Dès le début, il a montré une très grosse densité avec de très bons sauteurs capables de gagner des compétitions. Cela nous a tous poussé à nous dépasser et à réaliser de grosses performances. C’était donc une saison géniale !

 

  • Que pensez-vous de vos adversaires ?

J’ai beaucoup de respect pour tous les athlètes. Même si nous sommes adversaires lors des compétitions, nous nous souhaitons toujours le meilleur pour les autres. Nous nous affrontons dans le plus grand respect, c’est le plus important. Le saut à ski est une famille, c’est ce qui rend aussi ce sport si unique. Avec les Norvégiens, nous nous rencontrons tous les étés lors du Ski Jumper’s Golf Trophy organisé dans le Zillertal [une vallée située dans le Tyrol autrichien, ndlr.]. Nous jouons au golf et parlons d’autre chose que le saut à ski. C’est toujours très amusant.

 

« Très heureux que les Mondiaux de vol à ski puissent avoir lieu »

 

  • En tant que recordman du monde, vous devez être très déçu que la saison se soit terminée avant les concours de Vikersund et les Mondiaux de vol à ski de Planica.

D’abord, j’ai été un peu déçu parce que la saison était incroyable et ma forme excellente. J’aurais adoré faire du vol à Vikersund et Planica parce que, pour moi, il s’agit de la plus belle façon de sauter. Mais la santé est la chose la plus importante qui soit ; c’était une bonne décision d’arrêter. Et pour être honnête, Planica rime toujours avec une foule incroyable de fans de saut à ski et je ne peux pas vraiment imaginer Planica sans public, cela aurait été très étrange.

 

Stefan Kraft, saut à ski

Kraft Stefan (AUT) – Modica/NordicFocus

 

  • Ce championnat du monde a été déplacé au mois de décembre prochain (11-13 décembre) : vous ne craigniez pas un engorgement du calendrier ?

Je suis très heureux que ces championnats du monde puissent avoir lieu. Je pense que la date est correcte, même s’il y aura beaucoup de concours en décembre. Pour moi, c’est une bonne chose parce que j’ai de bonnes sensations en vol à ski. C’est super que ce soit avant la pause de Noël et la Tournée des Quatre Tremplins.

 

« Andi nous apportera beaucoup de choses »

 

  • À partir de cet été vous aurez un nouveau coach : Andreas Widhölzl remplace Andreas Felder. Quelle relation aviez-vous avec Felder ? Comment cela va-t-il se passer avec votre nouvel entraîneur ?

Je m’entendais bien avec Andi Felder. Il nous a donné la possibilité de développer nos propres idées et nous avons eu une bonne ambiance au sein de l’équipe pendant les années où il était head coach. Je suis reconnaissant de l’engagement d’Andi. J’ai hâte maintenant de m’entraîner sous les ordres d’Andi Widhölzl. Nous savons tous qu’il était un grand sauteur et qu’ il apportera certainement beaucoup à l’équipe.

 

  • Concernant l’équipe nationale autrichienne, le renouvellement n’est pas encore terminé : que pensez-vous de ce collectif  ?

Je pense que nous avons une grande équipe portée par un bel esprit et beaucoup de plaisir. Nous avons également montré d’excellentes performances lors des compétitions collectives l’année dernière avec une bonne régularité dans nos sauts. Il y a aussi des jeunes athlètes sur le chemin de la réussite [notamment Peter Resinger, champion du monde juniors cet hiver, ndlr.] et j’ai hâte qu’ils arrivent dans l’équipe. Nous allons maintenant travailler dur et étape par étape pour être en pleine forme et être prêts pour la prochaine saison.

 

Stefan Kraft, saut à ski

Stefan Kraft (AUT) – Tumashov/NordicFocus

 

  • Vous avez repris le chemin de l’entraînement en respectant toutes les mesures barrières mais, auparavant, quel était votre quotidien de confiné ? 

J’ai pris toutes les mesures et les dispositions très au sérieux. Je suis donc resté dans mon appartement. J’ai apprécié ce temps passé à la maison à faire des choses différentes du saut à ski. J’ai beaucoup cuisiné, j’ai rangé ma cave et, surtout, j’étais avec ma copine Marisa. Bien sûr, j’ai aussi fait quelques entraînements pour rester en forme : des exercices d’équilibre ou du vélo dans le jardin sur mon home trainer.

 

À lire aussi

 

Photos : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.