Saut : L’Allemagne détrône l’Autriche, Stoch manque le coche

Sochi_Saut

Bredouille après les petit et grand tremplin, l’Allemagne s’est consolée en remportant l’or dans l’épreuve par équipe. Elle devance l’Autriche et le Japon.

 

L’explosion de joie est à la hauteur de l’exploit réussi. En bas du grand tremplin de Russki Gorki, Severin Freund est enlacé par Marinus Kraus et les deux Andreas Wrank et Wellinger, avant de tomber à la renverse sur la neige de Sochi, sous le poids de ses coéquipiers. Après un concours par équipe haletant qui aura donné lieu à une lutte terrible en haute altitude entre les meilleurs sauteurs du monde, l’Allemagne a fait tomber celle que l’on croyait intouchable, la Wunderteam autrichienne, double championne olympique et quintuple championne du monde en titre, invaincue depuis 2005. Un exploit d’autant plus important que l’Autriche avait aligné ses meilleurs éléments avec Thomas Morgenstern et Gregor Schlierenzauer présents en 2006 et 2010, accompagnés de Michael Hayboeck et Thomas Diethart.

Or un concours par équipe ne se gagne pas sur le papier mais bien avec le cœur et la passion. Deux qualités dont Andreas Wellinger et ses partenaires débordaient après une semaine olympique décevante où ses représentants n’avaient pu faire mieux qu’une 4e place par l’intermédiaire de Freund sur le grand tremplin. Après une 1ère manche de haute volée, les Allemands parvenaient à contenir le retour des Autrichiens et conservaient finalement l’avance acquise, soit un peu moins de 3 points (1041,1 contre 138,4). Cette médaille venait ainsi mettre un terme à 12 ans d’attente pour des Allemands qui attendaient des successeurs au quatuor Hannawald-Hocke-Schmitt-Uhrmann, sacré en 2002 à Salt Lake City. De son côté, l’Autriche abandonne sa mainmise sur la discipline. Absente des podiums du petit et du grand tremplin, elle devait se contenter de cet argent qui ne fait pas son bonheur et quitter Sochi avec le sentiment du travail bâclé.

 

Stoch ne fera pas le Grand Chelem

La dernière marche du podium revenait, elle, au Japon de l’inusable Noriaki Kasai. Une médaille de bronze empreinte d’histoire pour le sauteur de Shimokawa, déjà présent il y a 20 ans à Lillehammer quand l’Empire du Soleil Levant s’était élevé sur la seconde marche du podium olympique. Une médaille gagnée à la barbe de la Pologne de Kamil Stoch. Champion olympique sur le petit comme le grand tremplin cette semaine, l’ange de Zakopane n’a pas suffit pour permettre à son pays de connaître les joies d’un premier podium par équipe aux Jeux olympiques (épreuve introduite en 1988 à Calgary). Quatrième avec ses partenaires Kot, Zyla et Ziobro, Stoch ne rejoindra pas dans la légende le Finlandais Matti Nikännen, seul sauteur de l’histoire à avoir réalisé le Grand Chelem avec 3 titres olympiques dans les mêmes Jeux olympiques (Calgary 1988, ndlr).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.