Saut : le titre national pour le Comité du Mont Blanc

L’équipe du Comité du Mont Blanc, avec Brice Ottonello, François Braud, Thomas Roch Dupland, Vincent Descombes Sevoie (et son fils)

 

 

Pour moins d’un point (946, 5 contre 945, 6), l’équipe du Comité du Mont Blanc, composée de Brice Ottonello, François Braud, Thomas Roch Dupland et Vincent Descombes-Sevoie, remporte les championnats de France par équipe devant celle du Comité du Massif Vosgien. Le Comité du Jura complète le podium.

Avec la meilleure marque de la journée, à 116, 5 mètres, le leader de l’équipe de France Vincent-Descombes Sevoie a tenu son rang. Il retrouvé une partie des sensations qui lui avaient fait défaut la veille et poursuit sa préparation avec le Grand Prix nternational de saut de Courchevel les 11 et 12 août prochain en point de mire.

 

Nordic Magazine : vous aviez à cœur de rebondir aujourd’hui, en réalisant notamment la meilleure marque du concours, après votre seconde place hier ?

Vincent Descombes-Sevoie : l’objectif de ce week end était de bien faire et, par rapport aux résultats et aux sensations, c’était de bien terminer pour trouver un peu de positif. Et, c’est un peu mieux par rapport à tout ce que j’ai pu faire hier. C’est un peu compliqué, mais il y a du positif sur le dernier saut.

Bien sûr, l’objectif de reprendre le titre, de refaire un gros week end. Mais, nous faisons toujours avec la forme du moment. C’est un peu particulier parce que nous sommes en pleine préparation avec une charge d’entrainement beaucoup plus lourde.

 

Nordic Magazine : la fatigue de la saison dernière se fait encore sentir ?

Vincent Descombes-Sevoie : après la saison dense que nous avions l’hiver dernier, nous avons coupé au mois d’avril et mai. En fait, nous avons avril, un mois au cours duquel nous ne faisons rien, au cours duquel ce sont vraiment les vacances. Nous avons reçu le programme d’entrainement le premier mai et, même si j’étais à la maison, j’ai déjà eu la tête sur l’entrainement à partir de ce moment. Nous avons réattaqué les sauts fin mai, pour faire des tests de ski, et j’aurais peut être préféré reprendre le 10 juin. Ce n’est pas que je ne me sentais pas de réattaquer tout de suite, mais j’avais besoin de souffler un peu plus. Donc j’essaie de faire le travail avec la forme du moment.

 

 

Vincent Descombes Sevoie, avec son plus fidèle supporter : son fils !

 

Nordic Magazine : c’est important de faire de bons championnats de France des clubs ?

Vincent Descombes-Sevoie : oui, bien sûr, parce qu’en plus nous étions tenants du titre. Le remporter à nouveau, c’est bien aussi pour le Comité, pour rendre des bons comptes, pour montrer que nous sommes là. Le Comité du Mont Blanc s’investit, Chamonix s’investit avec la reconstruction du site du Grepon. Donc de gagner, cela montre aussi que les jeunes sont là, que le Comité est costaud, c’est toujours un plus.

 

Nordic Magazine : votre objectif de l’été reste le Grand Prix international de saut de Courchevel le mois prochain.

Vincent Descombes-Sevoie : c’est sûr que l’objectif, c’est dans trois semaines à Courchevel. Ce serait bien de bien faire à la maison, et il va falloir trouver le bon programme afin d’arriver là bas dans les meilleurs dispositions, en meilleur forme que ce week end.

 

Nordic Magazine : comment vont s’organiser les trois semaines à venir ?

Vincent Descombes-Sevoie : je vais faire mes combinaisons en Allemagne dans la nuit de lundi à mardi. Je pars tout seul faire mes combines, et puis je reviens, je vais peut être sauter mercredi matin ici sur le 60 mètres. Et lundi prochain, je suis à Courchevel pour quatre jours. Ensuite, il y aura encore quatre jours et le Grand Prix les 11 et 12 août prochains.

 

Nordic Magazine : et à plus long terme, vous avez une saison olympique qui arrive…

Vincent Descombes-Sevoie : au cours de la saison qui arrive, il y a les Jeux, les championnats du Monde de vol à ski, la tournée des quatre tremplins. Même si je voulais bien faire ce week-end, je suis vraiment focalisé sur la saison d’hiver, il faut que petit à petit cet automne j’arrive à bien attaquer, comme je l’avais fait à Ruka en novembre dernier.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.