Saut : très mauvaise journée pour l’équipe de France à Kuusamo

Dans le premier concours par équipes, les plus forts ont été les Allemands, suivi des Autrichiens et des Slovènes. La France n’a pas accédé au second tour, aucun des sauts de Lamy Chappuis, Chedal, Descombes-Sevoie et Mayer n’a dépassé les 120 m. Elle finit avant-dernière, derrière les Suisses.

downloader-4.php.jpeg
Emmanuel Chedal (© Alain Grosclaude/Agence Zoom)

 

Hier, c’est un concours par équipes qui a mobilisé les sauteurs. Les spécialistes y ont vu une occasion de mesurer les forces en présence, nation par nation, non seulement pour la coupe du monde, mais aussi pour la médaille d’or de la spécialité aux Championnats du monde de Val di Fiemme. 

A Kuusamo, c’est l’équipe allemande qui a dominé la compétition grâce à la participation homogène de tous ses athlètes ( 1104,1 points au total). De quoi prendre du poil de la bête et nourrir quelque ambition pour les Mondiaux qui auront lieu dans quelques mois. La plupart des sauts franchissent la ligne des 130 m. Vraiment, Andreas Wellinger, Michael Neumayer, Richard Freitag et Severin Freund ont prouvé la qualité de leur travail au cours de l’été.

downloader-5.php.jpeg

Richard Freitag (© Alain Grosclaude/Agence Zoom)

Il a 17 ans et a brillé dans le ciel de Ruka”

C’est Wellinger qui mérite les plus grands éloges, il a mené l’équipe à la victoire avec ses deux sauts de 137 m et 143 m. Agé de seulement 17 ans, sa présence apporte une bouffée d’air frais dans l’équipe. « C’était deux sauts fantastiques. C’était une grande compétition et je suis très heureux de cette première place », s’est-il réjoui après la compétitiont.

Les Autrichiens (Wolfgang Loitzl, Manuel Fettner, Gregor Schlierenzauer et Thomas Morgenstern) a terminé à la 2e place, avec seulement 5,3 points de retard sur leurs collègues allemands. Leur performance est perçue plutôt décevante par certains observateurs, d’autres y voit un réel succès. Il faut dire que le team est composé d’athlètes parmi les plus primés du circuit, ce qui lui donne un statut de grand favori dans toutes les compétitions par équipes. Ce qui fait tiquer, c’est après le premier tour, il était classé 4e, derrière la Slovénie, l’Allemagne et la Norvège. Manuel Fettner a d’ailleurs commenté : «C’est un peu triste que mon premier saut ait été si mauvais parce que la victoire aurait été très facile, je pense que tout le monde voulait gagner, moi aussi, mais nous ne faisons pas les meilleurs sauts, alors. ce n’est pas aussi simple que ça. »

Trois équipes privées de second saut”

L’équipe slovène a pris la dernière place sur le podium avec 1064,4 points ; elle a surtout eu une chance de remporter la compétition dès le premier tour. Les sauts de Jurij Tepes et Peter Prevc sont très stables et satisfaisants dans les deux manches et Jaka Hvala a présenté un prestation de grande qualité avec ses sauts de 138 m et 137.5 m. Le seul athlète de l’équipe qui garde une certaine marge d’amélioration est Robert Kranjec, dont le deuxième saut à 104,5 aurait pu conduire à descendre du podium.

Les Norvégiens avec Anders Fannemel, Tom Hilde, Anders Jacobsen et Anders Bardal ont fini 4e, 15,6 points derrière les Slovènes. L’équipe japonaise a terminé 5e.

downloader-6.php.jpeg

Tom Hilde (© Alain Grosclaude/Agence Zoom)

Sur les onze équipes qui ont participé à l’épreuve par équipes, trois n’ont pas accéder au second saut. Parmi eux, les Suisses (Gregor Deschwanden, Pascal Sommer, Marco Grigoli et Simon Ammann) 9e et les Français qui occupe le 10e rang. Le camp tricolore composé d’Emmanuel Chedal, Ronan Lamy Chappuis, Nicolas Mayer et Vincent Descombes Sevoie a recueilli 359,4 points, mais ses athlètes ont sauté en-dessous de la distance de 120 m.

Ce n’était pas la meilleure soirée pour l’équipe polonaise, qui s’est avéré être le maillon faible de l’événement.

> Tous les résultats en cliquant ici.

Avec la FIS.