Sébastien Lacroix : « J’aimerais passer à l’étape podium »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Sébastien Lacroix, en prenant la 7e place de la penalty race de Lillehammer, vous signez un 10e top 10 en coupe du monde. Est-ce un palier de franchi dans votre carrière ?
Non, pour moi ce n’est pas un tournant, des top 10 je commence à connaître et j’aimerais passer à l’étape podium. Là ça sera un tournant.

 

Pour en revenir à cette penalty race, la première du genre en coupe du monde, qu’en pensez-vous ? Et comment, à votre avis, elle peut être améliorée pour plus de lisibilité pour les téléspectateurs notamment ?
J’ai trouvé que le format est intéressant. Je me suis bien fait plaisir et je pense qu’il faut continuer à développer cette idée. Pour moi, il faut mettre des compensations de vent au tremplin. Je trouve que les enlever, c’est un retour de trois ans en arrière, un peu comme les skieurs alpins en géant. Au niveau de la lisibilité, c’est difficile à dire car je n’ai pas vu la course à la télé, mais d’après les échos que j’ai eus, je crois que les gens ont eu un peu de mal en début de course, car tout était chamboulé. Mais assez rapidement, ils ont apprécié et s’y sont retrouvé. Je pense qu’au bord de piste c’est peut-être là le plus délicat au niveau de la compréhension. Nous avons de brassards de couleur pour montrer le nombre de tours mais je pense que c’est pas très visible.

 
Cet apport de tactique dans la course apporte une pointe de nouveautés. Qu’en pensent les athlètes avec qui vous avez échangé à ce propos ?
J’ai eu très peu l’occasion d’en discuter avec les autres athlètes, mais c’est difficile je pense de concevoir que deux combinés aient le même nombre de tours le pénalité alors qu’un a sauté quatre ou cinq mètres de plus que l’autre…

 

Je n’ai que 15 sauts sur neige”


Malgré une forme moyenne sur les skis de fond dimanche, vous êtes parvenus à vous accrocher aux meilleurs fondeurs. Le podium ne semble plus très loin.
Dimanche je n’avais pas de grandes jambes contrairement à samedi. Je me suis battu toute la course pour rester dans le groupe. C’est frustrant de ne pas pouvoir se battre plus que ça pour le podium. Mais d’un autre côté, oui, ça prouve que je ne suis pas loin du podium. Dans une meilleur forme ça passera.

 

Vous voilà installé à la 13e place du classement général de la coupe du monde : quelle marge de progression visez-vous d’ici la fin de saison ?
 J’espère bien finir dans les 10 premiers car c’est mon objectif. Dimanche je fais 7e mais je perds une place au classement. Je sais que mon niveau se situe dans les 10 alors je ferai le maximum toute la saison et on verra.

 

Après Lillehammer se profilent les compétitions de Ramsau en Autriche. Mais faute de neige en France,vous allez faire une escale à Seefeld. Pas trop compliqué à gérer cette course après la neige ?
C’est vrai que c’est bizarre et difficile à gérer. Pour le moment que n’ai que 15 sauts sur neige dont 4 de compétition ! Le manque de neige nous a montré qu’il fallait être tout de suite compétitif. Pas le temps de se régler. Du coup nous partons dès demain pour Seefeld afin de faire quelques sauts d’entraînement afin de peaufiner les réglages. 

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes