Sébastien Lacroix : « Je veux tout miser sur les mondiaux »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Dans quelques jours, Sébastien Lacroix, le combiné de Bois d’Amont, partira à Val di Fiemme pour faire quelques sauts sur les tremplins qui serviront aux championnats du monde. Entretien.

Capture-d-ecran-2012-10-18-a-11.50.03.png

Quel bilan faites-vous de votre préparation estivale ?
L’été s’est bien passé dans l’ensemble. J’ai pu m’entraîner sans trop de problèmes, excepté une côte fêlée lors des Grands Prix d’été, ce qui m’a empêché de faire les dernières épreuves. Mais rien de bien grave, j’ai pu continuer à m’entraîner sans forcer sur mes bras au début, puis progressivement reprendre les séances normalement.

 

Quel en a été le programme ?
Nous avons fait beaucoup de stages à Courchevel, Hinterzarten, Val di Fiemme, Oberstdorf, Oberhof… Principalement des stages de saut, mais aussi des stages de préparation physique ou encore de ski dans le tunnel d’Oberhof. Cet été est passé à une vitesse folle !

 

L’hiver dernier, on a eu à plusieurs reprises le sentiment que vous n’aviez jamais été aussi proche d’un exploit. Avec le recul, pouvez-vous nous dire ce qui vous a manqué et comment vous avez travaillé pour remédier à cette carence ?
Oui, plusieurs fois j’étais à rien de monter sur le podium. Ce qui m’a manqué je pense c’est surtout un peu de réussite. A ce niveau là, tout le monde est très fort, et il faut que tout se passe bien pour monter sur la boîte. Cette année je vais faire le maximum pour y arriver, et le travail effectué depuis des années (et pas seulement cet été) va dans ce sens: finir un peu mieux les courses pour passer cette marche.

 

Vous avez effectué un stage dans les Dolomites, où vont se dérouler les prochains championnats du monde. A Oslo, vous vous étiez classé 23e de la Gundersen 10 km et vous aviez échoué, avec l’équipe de France, au pied du podium du 4 x 5 km. Qu’avez-vous acquis aujourd’hui que vous n’aviez pas encore en 2011 et quels sont vos objectifs ?
Nous avons fait un grand prix puis un stage à Val di Fiemme. Nous retournons dès dimanche pour faire encore quelques sauts sur les tremplins des mondiaux.
Je pense que l’équipe dans l’ensemble est plus forte aujourd’hui qu’en 2011. L’hiver, nous avons tous montré que nous étions capable d’être devant. L’objectif numéro 1 est bien sur de monter sur le podium par équipe car nous tournons autour et attendons ça depuis 2009. La compétition sera serrée et difficile et nous aurons de gros adversaires en fasse de nous. Comme toujours, on donnera tous, le meilleur de nous mêmes et nous verrons le résultat à la fin, il ne faut pas penser à la médaille avant !

 

Appréciez-vous le tremplin de Val di Fiemme dont le tremplin accueille pour la troisième fois cette compétition ?
C’est un endroit que j’apprécie, j’ai dû y aller la première fois il y a 15 ans ! Les tremplins sont très plaisants, même si je trouve que sur le gros on tombe un peu de haut et il faut que je travaille sur moi pour être meilleur à ce niveau-là. La piste de fond est très difficile mais je crois qu’elle me convient bien, j’y ai souvent fait de très bonnes courses.


Capture-d-ecran-2012-10-18-a-11.54.47.pngEn coupe du monde, quelle est votre feuille de route ?
La coupe du monde ne sera pas l’objectif car je veux tout miser sur les mondiaux. Mais forcément, quand on est en coupe du monde tous les week-ends, on veut être performant à ce moment-là ! Donc j’espère forcément être dans le coup et monter sur mes premiers podiums individuels.

 

L’étape de Chaux-Neuve est programmée du 11 au 13 janvier. Pour un sportif de haut-niveau, pouvoir concourir à domicile est une vraie chance, non ?

Chaux-Neuve en revanche sera un mini objectif un mois avant les mondiaux. J’adore cette épreuve qui est selon moi la plus sympa du circuit. On ne retrouve cette ambiance folle nulle part ailleurs. L’année dernière quand je fais 4, j’avais l’impression d’avoir tout un peuple derrière moi, c’est quelque chose d’incroyable à vivre et une vraie chance pour nous.

 

Le prochain hiver a ceci de particulier qu’il est le dernier avant les JO de Sotchi. En vérité, ne se jugera-t-il vraiment qu’après ces olympiades ?
Les JO de Sotchi sont évidemment en ligne de mire. Mais je me suis fixé depuis l’après Vancouver de prendre les saisons les unes après les autres pour y être performant chaque hiver.
De plus, j’ai été recruté par la Douane ce qui m’apporte encore plus de sérénité. Mes partenaires Lacroix Emballage et le Conseil général du Jura me soutiennent plus que jamais et je les remercie. J’ai aussi changé de skis pour les très performants Salomon. Beaucoup de soutiens indispensables pour moi.
Les deux prochaines saisons s’annoncent très bien avec comme objectif ultime les JO. Mais on fera les comptes après 2014 ça c’est sûr !

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes