Sébastien Lacroix : «Un petit pincement au cœur»

Malade et pris aux sinus n’a pas failli face aux terribles rafales de vent. Pour son dernier concours individuel et sa dernière course à Chaux-Neuve, il termine 15e et meilleur Français.

 

Comment s’est passée cette journée à Chaux Neuve ?

Elle avait bien commencé au tremplin parce que, malgré les conditions délicates, j’avais bien tiré mon épingle du jeu et je me suis bien battu, je fais un bon saut, je suis content, ça me met vraiment dans le coup, donc ça c’est une bonne chose. Et je prouve que je reviens de mieux en mieux au tremplin donc c’est bien. Sur les skis de fond, je savais qu’avec la maladie, ça n’allait pas être simple. On ne sait pas, des fois avec la maladie, cela ne pose pas forcément de problème. Les deux premiers tours, ça allait à peu près, après j’ai vite pris le mur et les jambes n’étaient pas au mieux. C’est comme ça, c’est une quinzième place, c’est pas la rue, c’est pas devant, c’est un peu frustrant parce que je sais qu’en étant à 100 %, j’aurais joué la gagne. J’étais à rien du groupe de tête à un moment donné. Les mecs avec qui j’étais jouaient la gagne, donc il y avait moyen de faire des choses bien.

 

Sébastien Lacroix

 

Par rapport à l’ensemble de votre saison, c’est toujours un peu particulier à Chaux Neuve ?

J’adore courir ici. Le public est monstrueux et l’ambiance est vraiment incroyable, nous sommes devant notre famille, nos amis. Les bénévoles travaillent toute l’année pour l’épreuve. Depuis le début de ma carrière, depuis que je saute à Chaux-Neuve sur les tous petits tremplins, il y a plus de 20 ans maintenant, ils étaient déjà là. Ils sont toujours là, ils font un boulot incroyable pour préparer le tremplin et la piste de ski de fond. Quand on voir les conditions aujourd’hui, je pense qu’il y a beaucoup d’organisateurs dans d’autres pays qui auraient jeté l’éponge. Et là, les conditions ne sont vraiment pas simple pour eux. Chaque année, c’est difficile, mais cette année, c’était vraiment chaud. Donc Chaux Neuve, c’est vraiment particulier. En plus, nous sommes à la maison.

 

C’était aujourd’hui ma dernière à Chaux-Neuve.

 

Vous ne prendrez plus de départ de coupe du monde à Chaux-Neuve ?

Théoriquement, c’était aujourd’hui ma dernière parce que normalement, je ne vais pas faire le team sprint. Un peu malade, il faut mieux se reposer et préparer les compétitions du week-end prochain à Seefeld (Allemagne) où nous disputerons trois courses, vendredi, samedi, dimanche. Nous allons enchaîner pas mal, donc, c’est peut être bien que je me repose un peu, que je me remette vraiment d’aplomb pour là-bas. Donc théoriquement c’est aujourd’hui ma dernière course ici en coupe du monde, à moins que l’on prenne le saut provisoire de vendredi. Dans ce cas là, cela me referait faire une course.

 

Sébastien Lacroix

 

Bien sûr, il y a beaucoup de beaux souvenirs à Chaux Neuve.

Il y a plusieurs belles images. D’abord le podium en team sprint avec Jason qui avait été vraiment une belle course, un beau moment. Et puis, il y a aussi ma quatrième place en individuel où c’était super, où je passe à un sprint du podium. Il y a eu des belles choses à Chaux-Neuve et puis toutes les images qui vont autour : l’ambiance, le site, le public, tout. C’est sûr que cela me fait un petit pincement au cœur aujourd’hui quand même.

 

Photos : Samuel Cordier et Vianney Thibault/Agence Zoom


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.