Sébastien Lacroix : « Un top 10 dès le début, c’est important pour la confiance »

Meilleur Français du jour, Sébastien Lacroix de Bois d’Amont revient sur sa belle journée à Kuusamo. Mais le nouvel ambassadeur du Jura, “anobli” par le Conseil général, ne veut pas s’arrêter là…

 

Sébastien Lacroix, un top 10 sur la première coupe du monde de la saison, voilà qui commence bien…
Oui la saison commence bien, avec un journée très étrange. Un top 10 dès le début, c’est important pour la confiance et aborder les prochaines épreuves sereinement. Mais je sais aussi que ma place est ici voire mieux alors on verra par la suite !

Que vous a-t-il manqué pour combler les 50 secondes qui vous sépare de la première place ?
En fond, j’ai fait une course correcte, sachant que je me suis retrouvé seul pendant les trois-quarts de la course, avec le vent qui soufflait fort. J’étais désavantagé par rapport à un groupe ! J’ai malgré tout bien géré car, devant, il y avait de bons fondeurs avec Krog, Stecher et même Edelmann. Du coup, ils se sont retrouvés en groupe et moi esseulé. Ensuite Moan, Kircheisen et Kokslien sont revenus et j’ai pu les accrocher presque jusqu’au bout…

On a vu avec le saut de Jason Lamy Chappuis perturbé par le vent que dans votre sport, rien n’est joué d’avance…
Nous avons eu beaucoup de vent pour le saut provisoire et le saut de concours. Au premier, j’ai joué de malchance et était vexé de ça. Du coup, j’ai fait mon saut de concours avec une motivation supplémentaire. Je ne pensais pas être 8e avec 116 m 50, mais mon saut était bon, sans être exceptionnel. C’est vrai qu’on a beau être en forme ou inversement, on n’est pourtant pas sûr du résultat. Les conditions météo jouent aussi, même si aujourd’hui c’était un peu trop. Mais c’était ça ou ne pas faire de compétition !

Photo : Bruno Lyet


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade