Simon Fourcade, qui souffre du syndrôme des loges, sera opéré au printemps

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

SimonFourcade AlexisBoeuf

Selon nos confrères de Ski Chrono, Simon Fourcade a passé des examens mardi 30 octobre. On le sait, le biathlète souffre de douleurs récurrentes aux dos et aux tibias. Aux Plans d’Hotonnes, il n’avait pas pu prendre part aux compétitions du Summer biathlon tour. A Arçon, il a pris le départ du sprint mais  a été contraint à l’abandon après le premier tir. Du coup, c’est en spectateur qu’il a suivi la poursuite le lendemain.

En fait, le vice-champion du monde de l’individuel à Ruhpolding est atteint du syndrome des loges. La loge est un espace musculaire enveloppé d’une paroi ostéoaponévrotique peu ou pas extensible. Le syndrome des loges est la traduction clinique de l’augmentation au-delà des normes, de la pression intramusculaire, à l’intérieur d’une loge, compromettant la circulation locale et la fonction neuromusculaire spécifique à cette loge. Il n’existe pas de traitement médical. La seule alternative à la chirurgie est la réduction voire l’arrêt des activités sportives.

Hors de question pour le skieur de Villard-de-Lans de prendre sa retraite. Il se fera donc opérer après la saison 2012-2013 pour éviter « de mettre entre parenthèse mon hiver », a-t-il déclaré à nos confrères. Et le Dauphinois qui est arrivé dimanche en Scandinavie avec son frère, Alexis Bœuf et Jean-Guillaume Béatrix d’ajouter : « C’est une opération courante dans le milieu. Ma période d’indisponibilité correspondra à ma période de coupure. Ça pourrait expliquer mes douleurs au dos. »

Début octobre, le Dauphinois se voulait rassurant à ce sujet : « J’ai trouvé des améliorations techniques qui font leur effet et qui devraient me permettre d’aller mieux. » Et de performer.

Les douleurs de dos, il les ressent surtout en ski-roues, un peu moins en ski. Dans le Haut-Doubs, il notait une présence des symptômes dès qu’il ressentait de la fatigue.

Difficile, en tout cas, pour le jeune homme de faire abstraction de cet handicap. A l’exemple de ce qu’il a vécu à Anterselva, en janvier dernier. Simon Fourcade déclarait alors : « J’ai des douleurs de dos qui reprennent. Je ne me cherche pas d’excuses, mais j’ai vraiment mal. Dès que j’ai un peu accéléré sur le second tour, je me suis dit : “souffle bien, ça va passer !” Mais ce n’est pas passé. » A l’aune de ce qu’il vit sur les pistes, son palmarès n’en est que plus impressionnant. Tout en améliorant ses temps en ski, Simon Fourcade a pour ambition de rester dans le Top 5 de la coupe du monde.