Ski | Bac : les sportifs de haut niveau dans l’impasse

SKI - Face à une réforme du bac qui remet en cause leur double projet sport-études, les sportifs de haut-niveau se mobilisent.

SKI – Face à une réforme du bac qui remet en cause leur double projet sport-études, les sportifs de haut-niveau se mobilisent.

 

Les skieurs de haut niveau dans l’impasse pour le bac

Les skieurs de haut niveau qui s’apprêtent à se présenter aux examens du bac cette fin d’année sont face à un mur et le font savoir. Hier matin, une manifestation s’est tenue devant le lycée de Villard-de-Lans avec banderoles et slogans hostiles à cette réforme du bac.

En effet, « tous les skieurs et snowboardeurs en sport étude dans les lycée de Passy, Villard-de-Lans, Moutiers et Albertville vont se retrouver à devoir passer le nouveau bac que le ministère nous oblige auquel personne ne sera préparé », explique le jeune fondeur Mathis Desloges.

SKI - Face à une réforme du bac qui remet en cause leur double projet sport-études, les sportifs de haut-niveau se mobilisent.

Ce qui préoccupe réellement les sportifs de haut-niveau c’est justement l’avenir de leur double projet sport et études. «  On craint de devoir abandonner un des deux projets, poursuit le sportif. On ne pourra donc se rendre aux stages, vacances et compétitions afin de consacrer ce temps pour rattraper plus de 20h par matière. »

Pour sensibiliser un maximum de monde, sportifs ou non, encadrants ou pas, une pétition a été mise en ligne pour « ne pas sacrifier le bac des skieurs et snowboardeurs de haut-niveau ». Elle est l’œuvre des enseignants en colère du Pôle France d’Albertville, des pôles espoirs de Moûtiers, Passy et Villard-de-Lans.

 

Une pétition de soutien

Il y est écrit : « Dans l’École de la Confiance, les élèves sportifs de haut niveau ont toute leur place. Les élèves skieurs/snowboarders des Pôles France & Espoirs ont une scolarité aménagée (première et terminale en 3 ans au lieu de 2 ans) qui leur permet de mener à bien leur double projet sportif et scolaire. La promotion inscrite depuis 2018 dans les filières S et ES (et donc non concernée par la réforme) passera son Bac en juin 2021, ce qui tombe la même année que le premier nouveau Bac réformé.

Ce nouveau Bac, qui abolit les filières, repose sur des choix de spécialités et met l’accent sur le contrôle continu dès la classe de première, ne peut s’adapter à ces élèves-athlètes de haut niveau d’ores et déjà entrés en terminale dans certaines matières. L’ampleur de la réforme rend impossible l’adaptation improvisée et précipitée en terminale “réformée” d’élèves engagés depuis un an et demi dans les filières S ou ES : ils ne peuvent donc en aucun cas passer ce nouveau Bac pour lequel ils n’ont pas été préparés. »

Pour signer la pétition, c’est ICI

Photo : Mathis Desloges

1 Comment

  1. Stéphane

    14/11/2019 à 23 h 34 min

    Bonjour,
    Nous vous recontactons pour vous informer de l’état d’avancement des choses concernant la scolarité et le baccalauréat des skieurs & snowboarders haut-niveau des Pôles France & Espoirs d’Albertville, Moûtiers, Passy et Villard-de-Lans qui passeront leur Bac en 2021.
    A la suite des rassemblements inter-pôles du 15 octobre 2019, nous avons eu une réunion avec nos inspecteurs et notre hiérarchie le 17 octobre. Lors de cette réunion, nous avons non seulement clairement montré l’impossibilité et l’inacceptabilité du projet de faire passer le nouveau Bac à nos élèves-athlètes, mais nous avons aussi et surtout fait une proposition concrète permettant de solutionner le problème de manière simple, juste et sans coûts supplémentaires. Cette proposition était censée remonter au Rectorat et au Ministère pour être étudiée.
    Depuis presque un mois maintenant, malgré l’urgence de la situation, nous n’avons aucune nouvelle officielle du Rectorat ou du Ministère, si ce n’est des interventions du Ministre de l’éducation nationale en séances publiques de l’Assemblée nationale (le 05/11/19) et du Sénat (le 12/11/19) lors de réponses aux questions émanant de députés et sénateurs préalablement interpellés par des parents d’élèves et des professeurs. Ces réponses du ministre M. Blanquer au député Vincent Rolland (PJ 1) et au sénateur Michel Savin (PJ 2) sont plus qu’inquiétantes. Elles confirment en effet le projet de départ consistant à faire passer coûte que coûte les épreuves du nouveau Bac aux élèves, grâce à des aménagements inacceptables prévus d’ailleurs bien avant notre proposition en date du 17 octobre avec laquelle le Rectorat et le Ministère étaient depuis supposés « travailler » (le projet d’arrêté de ces aménagements en question date en effet du 10 octobre…). Dans la mesure où le ministre prévoit toujours que nos élèves passent l’examen des nouvelles spécialités de terminale en 2021 : soit les élèves en seront incapables puisqu’ils n’ont pas suivi le bon programme en première voire même pas du tout la matière ; soit ils devront, pour en être capables, suivre un volume d’heures très important de remise à niveau du programme de première ce qui est strictement incompatible avec leur projet d’athlètes de haut niveau qui ne laisse aucune marge de manoeuvre en termes de travail scolaire supplémentaire. Autre problème du projet d’arrêté auquel le ministre fait référence dans la communication de sa « solution » : renseigner la note d’épreuve commune de contrôle continu (E3C) de la spécialité normalement abandonnée à la fin de la première réformée (et dont nos élèves seraient dispensés) en utilisant les notes de l’année de l’ancienne première de nos élèves – alors que ces notes correspondent à des évaluations qui n’ont pas été prévues et vécues comme ayant des conséquences pour l’obtention du Bac – constitue un changement de règles du jeu en cours de partie totalement inéquitable et clairement attaquable d’un point de vue juridique.
    Au total, las d’attendre de véritables solutions prenant en compte les réalités du terrain, constatant que le projet ministériel de départ n’a pas bougé d’un iota malgré nos critiques et propositions, et que par conséquent le double projet de nos élèves-athlètes va bien être sacrifié par les décisions en cours, nous envisageons dès à présent, en lien avec les syndicats d’enseignants et les parents d’élèves concernés, toutes les possibilités de poursuite au Tribunal administratif. Nous allons en effet dénoncer par voie judiciaire les irrégularités de ces décisions et faire valoir la continuité du service et du contrat qui lie ces élèves-athlètes et l’Education nationale qui s’est engagée à fournir une scolarité, un examen et un diplôme dans des conditions justes et bien définies par le Code de l’Education que nous comptons bien faire respecter.
    Par ailleurs, lors de la remise au ministre des signataires de notre pétition (qui a réuni déjà 3330 signatures), nous communiquerons aux médias la liste plus que conséquente des personnalités du monde du ski de haut niveau qui la soutiennent. La plupart de ces athlètes étant passés sur les bancs de ces structures, ils sont de fait parfaitement conscients des enjeux et des conséquences de telles décisions affectant le double projet, et sont comme nous révoltés par le sort réservé à ces 131 élèves-athlètes parmi lesquels se trouvent peut-être nos futurs médaillés olympiques ou champions du monde…
    Très cordialement,

    Le Collectif des professeurs en colère des Pôles France-Espoirs ski & snowboard

    PJ1 : Assemblée nationale 05/11/19 (à partir de 1h53’15) : Question au Gouvernement de Vincent Rolland (http://videos.assemblee-nationale.fr/video.8366456_5dc17e869206e.1ere-seance–questions-au-gouvernement–projet-de-loi-de-finances-pour-2020-seconde-partie–adm-5-novembre-2019)

    PJ2 : Sénat 12/11/19 (à partir de 10’04) : Question orale au Gouvernement du sénateur Michel Savin (https://videos.senat.fr/video.1372559_5dca612372cbe.seance-publique-du-12-novembre-2019-matin,?timecode=3197000)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.