Ski de fond | Alexander Bolshunov : « Je ne serrerai pas la main à un dopé »

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, ski nordique, saut à ski, saut spécial, tremplins, ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, coupe de France, neige
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

SKI DE FOND – Dans une interview accordée au média russe Sports.ru, la star du ski de fond Alexander Bolshunov s’est confié sur sa saison à venir, sa rivalité avec Johannes Hoesflot Klæbo, ainsi que sur les cas de dopage qui sévissent sur le circuit.

 

Ski de fond : Alexander Bolshunov veut doubler Klæbo

Est-ce tant que cela une surprise que d’annoncer la volonté du dauphin des deux dernières saisons de coupe du monde de ski de fond de dépasser le numéro un mondial  Johannes Hoesflot Klæbo ?

Habituellement, Alexander Bolshunov n’est pas très bavard, surtout quand il s’agit de répondre aux médias. À l’aube d’un nouvel hiver où la bataille devrait faire rage, le fondeur russe de 22 ans s’est confié à Sports.ru.

D’abord, celui qui compte déjà quatre médailles olympiques (à PyeongChang, ndlr.) a trois idées en tête. « Tout d’abord, j’adore ce sport. Deuxièmement, il y a des objectifs non réalisés. Troisièmement, il y a un homme que je veux doubler », ne se cache pas le musculeux compétiteur (1,85 m pour 83 kilos). Et d’ajouter : « Je veux toujours dépasser quelqu’un qui est plus rapide sur la piste. »

 

Un parcours d’athlète… et des choix

D’une enfance où il ne souvient pas avoir vécu « sans skis » jusqu’à ce déclic des JO de Sochi, le parcours de Bolshunov s’est bâti sur un mental et une détermination hors du commun. « En classe de quatrième, j’ai appris que les Jeux olympiques allaient se dérouler à Sochi en 2014. J’ai décidé que j’y participerai. Alors je me suis mis au travail et tous ces entraînements ont fait le résultat », lance le jeune homme originaire de Sevsky District, non loin de la frontière ukrainienne.

Ski de fond, jo hiver, Pyeongchang, Jeux olympiques

Alexander Bolshunov n’a pas pris part aux Jeux olympiques de Sochi, mais était présent à Pyeongchang où il a obtenu quatre médailles

Brillant à l’école, la version adolescente d’Alexander Bolshunov a dû peser le pour et le contre avant de choisir son avenir. « J’avais le choix. J’aurais pu devenir médecin ou bien grand patron, mais j’ai choisi d’être un sportif de haut niveau. »

 

” Je ne serrerai pas la main à un dopé “

Lorsque nos confrères russes  demandent au champion qui il est vraiment, le champion du monde du 20 km classique en rollerski répond avec humour :

« Qui suis-je ? Par ordre décroissant  : je suis un homme, je suis un athlète, puis, troisièmement, je ne saurais pas dire, je dois y réfléchir. Mais, un être humain devrait, dans n’importe quelle situation, rester un être humain. »

Des phrases qui ont (évidemment) amené à la question de tricherie dans le ski de fond. Bolshunov, catégorique quant aux cas de dopage, affirme : « Je ne serrerai pas la main d’une personne si je sais qu’elle se dope. Je ne voudrais même pas l’approcher. »

C’est dans cet état d’esprit que le Russe ira titiller l’hégémonie du nouveau prince du ski de fond mondial, Johannes Hoesflot Klæbo. Le duel semble – encore une fois – bien lancé.

 

Photos : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.