Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Clément Parisse, ski de fond, Lenzerheide
27.12.2019, Lenzerheide, Switzerland (SUI): Clement Parisse (FRA) - FIS world cup cross-country, tour de ski, training, Lenzerheide (SUI). www.nordicfocus.com. © Modica/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Ski de fond | Clément Parisse : « Je suis à la recherche d’un podium individuel »

SKI DE FOND – Samedi et dimanche, les skieurs de fond tricolores retrouvent la compétition à l’occasion des championnats de France organisés sur les pistes du stade nordique des Tuffes de Prémanon, dans le Jura. L’occasion pour Clément Parisse, 27 ans, de se confier à Nordic Magazine

 

Presque huit mois qu’il n’a plus enfilé un dossard en compétition. Depuis le 23 février dernier et la clôture du Ski Tour scandinave à Trondheim, en Norvège, Clément Parisse n’est plus apparu au départ du course. Bien sûr, la crise du coronavirus a écourté l’hiver dernier et empêché la tenue d’épreuves internationales cet été, à l’image du Blink Festival réservé aux seuls Norvégiens. Mais, tout de même, huis mois, ça commençait à faire beaucoup.

Pour Nordic Magazine, et à la veille des championnats de France de ski de fond d’été, le fondeur de Megève s’exprime en revenant sur sa joie de retrouver la compétition et sur sa préparation estivale. Il se projette également sur l’hiver prochain. Justement, en évoquant la neige, il nous glisse que le groupe prendra la direction de Ramsau, en Autriche, dès lundi matin. Pour retrouver l’or blanc qui lui manque tant. Entretien.

 

L'article continue sous la publicité

pub
  • Ce week-end, à l’occasion des championnats de France de ski de fond d’été de Prémanon, vous allez remettre un dossard pour la première fois depuis de nombreux mois : comment vous sentez-vous à l’approche de ce rendez-vous ?

Ça va nous permettre de faire une bonne intensité avec de la confrontation pour terminer la préparation en vue de l’hiver. Cette compétition avec dossard va nous donner un premier petit repère. Même si on a fait quelques chronos internes cet été, ce n’est pas pareil que ce que l’on va faire ce week-end, bien que sans le public on aura l’impression d’être à l’entraînement.

 

Clément Parisse, ski de fond, Östersund

Clement Parisse (FRA) – THIBAUT/NordicFocus

 

  • Comme vous venez de le préciser, vous avez passé un été sans compétitions officielles. C’était compliqué à gérer ?

Au final, on a pu se faire des intensités au sein de l’équipe et, comme il y a une grosse densité en équipe de France, c’était une vraie chance. Il fallait s’adapter à la situation sanitaire. Même si on n’a pas pu aller faire nos compétitions habituelles en Norvège [le Blink Festival, ndlr.] en ski-roues, ça ne nous a pas tellement impacté sur la préparation.

 

« Le gros objectif sera le championnat du monde d’Oberstdorf »

 

  • Pour pallier ce manque, vous avez notamment réalisé un stage en itinérance dans les cols alpins : parlez nous-en. 

C’était vraiment bien, ça changeait un peu des stages classiques. Passer une semaine en itinérance en bougeant tout le temps, c’était top, une belle expérience. Ça nous a tous changé aussi bien mentalement que physiquement : partir pour un deuxième col à midi et un troisième à 16 heures, ce n’est pas normal entre guillemets. Le corps n’est pas forcément habitué à ça et c’est intéressant de nous bousculer dans nos habitudes d’entraînement.

 

  • Justement, ce camp d’entraînement a été monté par Alexandre Rousselet, le coach des distanceurs, alors qu’Olivier Michaud est devenu au printemps directeur des équipes de France. Comment s’est passé ce premier été avec ce staff remanié ?

Ça se passe bien. Au final, ça fait du changement mais pas tellement parce que tout le staff actuel était déjà là, il n’y a pas de nouvelle tête qui arrive. Chacun a repris ses marques et tout se déroule bien.

 

L'article continue sous la publicité

pub
Clément Parisse, ski de fond, Oberstdorf

Clement Parisse (FRA) – Modica/NordicFocus

 

  • Au-delà de l’incertitude calendaire causée par la crise du coronavirus, comment imaginez-vous votre hiver ?

Le gros objectif sera le championnat du monde d’Oberstdorf, en Allemagne. Il faudra être présent avant sur les coupes du monde pour se sélectionner et arriver le plus en forme possible à cet objectif-là. Avant, il y aura des week-ends où il faudra claquer assez fort pour se qualifier mais je ne me fixe pas de place précise.

 

« L’année dernière, j’avais des hauts et des bas mentaux, j’ai travaillé sur cette partie-là »

 

  • Même pas un podium individuel ?

Au départ d’une course en coupe du monde, je suis bien sûr à la recherche d’un podium en individuel. Un peu plus personnellement, c’est ce que je recherche avant tout. L’état d’esprit en prenant le départ d’une course est fixé là-dessus.

 

  • L’hiver passé, on a observé un manque de régularité dans vos performances, qui vous a peut-être coûté ce fameux podium. Avez-vous travaillé là-dessus ces dernières semaines ?

J’ai plutôt travaillé sur la partie mentale. L’année dernière, j’avais des hauts et bas mentaux en étant pas toujours très focalisé sur la course pour diverses raisons. C’était un hiver très particulier pour moi et j’espère que tout va rentrer dans l’ordre dans les prochains mois.

 

Clément Parisse, ski de fond, Trondheim

Clement Parisse (FRA) – Thibaut/NordicFocus

 

  • La prochaine saison se terminera par les préolympiques en Chine, à moins d’un an du grand rendez-vous quadriennal. Ce sera important de s’y rendre ?

Je pense que c’est intéressant d’y aller. Il y a quatre ans, on n’était pas allés en Corée du Sud parce que les compétitions étaient programmées quinze jours avant les Mondiaux de Lahti. Avec le décalage horaire, c’était assez compliqué, alors que cette année, c’est bien placé dans le programme puisque c’est la dernière course, les finales. C’est intéressant d’y aller pour mieux se projeter mais ne pas s’y rendre n’est pas rédhibitoire comme on l’a vu à Pyeongchang.

 

L'article continue sous la publicité

pub

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, Saut à ski, combiné nordique, Sports d'hiver, Nordic Magazine, Ski, nordique, vol à ski
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski de fond

20:30. Decathlon Experience a annoncé jeudi soir sur Facebook que Matis Leray, qui évoluait au sein du team italien Robinson Trentino depuis un an,...

Biathlon

Au micro de La Chaîne L'Équipe, le Dauphinois Emilien Jacquelin, 26 ans le mois prochain, a évoqué ses objectifs de l'hiver à venir.

Ski nordique

Du 1er au 31 juillet, la Foulée Blanche met en place du Défi Estival. Quatre parcours seront mis en place pour le plus grand...

Ski de fond

09:05. Mercredi soir, sur la piste de l’Athletics Night du stade de Thoune (Suisse), Candide Pralong a parcouru le 1500 m en 3’55. De...

Ski de fond

Plus de trois mois après sa disqualification du 50 kilomètres classique des Mondiaux d'Oberstdorf (Allemagne), Johannes Hoesflot Klæbo est apaisé.

Ski nordique

11:52. Annulé l’été dernier à cause de la pandémie de coronavirus, le Red Bull 400 revient sur le tremplin du Praz de Courchevel (Savoie)...

Biathlon

Johannes Dale marche sur les traces de Maurice Manificat. Il l'ignore sans doute... mais les similitudes sont incontestables.

Ski de fond

19:27. Victime de sévères engelures lors de La Diagonela, première course de l’hiver dernier disputée sous des températures polaires, la Finlandaise Kati Roivas retrouve...