Ski de fond | Coronavirus : pas de stage avant août pour la Suède

Biathlon, saut à ski, ski de fond, combiné nordique, ski nordique
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI DE FOND – La Suède n’est pas confinée. Mais à la fédération de ski, on voit mal comment il sera possible d’organiser un stage avant le mois d’août.

 

Ski de fond : deux stages déjà annulés

Depuis quelques jours, on parle beaucoup de la Suède en France. A l’approche de l’amorce du déconfinement dans l’hexagone, le pays scandinave interpelle par son « non-confinement ». Les personnes âgées et celles présentant des risques sont certes priées de rester à la maison, les règles de distanciation sociale sont rappelées, les rassemblements publics de plus de cinquante personnes suspendus, les écoles ouvertes, comme les commerces, les restaurants… Mais jamais le gouvernement n’a imposé à la population de ne plus sortir de chez elle.

Les fondeurs suédois évoluent donc dans ce contexte quand leurs homologues tricolores font ce qu’ils peuvent à l’intérieur d’un cercle d’un rayon d’un kilomètre autour de chez eux [ne manquez pas notre rubrique Nordic Story]. Ils n’en sont pas moins touchés eux aussi par la crise sanitaire du coronavirus. Déjà, leur premier stage de préparation qui devait se tenir dans la Sognefjellet en Norvège a été annulé. Le deuxième qui est programmé en juin devrait subir le même sort. « Il est probable que les stages ne commenceront pas avant août. C’est tellement difficile en ce moment. Je n’ose même pas deviner où ce camp pourrait avoir lieu car tout change si vite en ce moment », indique Daniel Faahraeus, responsable à la fédération suédoise.

 

Frida Karlsson encore sur les skis

Cela n’empêche pas les athlètes d’être déjà au travail. Frida Karlsson qui avait impressionné la planète ski de fond en tenant tête à Therese Johaug lors du dernier 30 km d’Holmenkollen début mars vient tout juste de raccrocher les skis. Elle a profité des dernières neiges de printemps. À nos confrères de SVT, sa mère et manager Mia Karlsson précise que la jeune femme a désormais sorti les ski-roues.

« Les coureurs s’entraînent à leur domicile et ont des contacts avec leurs entraîneurs personnels et des entraîneurs de l’équipe nationale », explique Faahraeus. Mais le contexte n’est toujours pas serein au sein de la maison : les nouveaux contrats avec les coachs n’ont pas encore été finalisé alors que ceux en cours se termine ce jeudi.

 

Encore un entraîneur sur le départ

Dans Aftonbladet, Johan Granath a d’ailleurs confirmé son départ après un mandat de sept ans. Cet hiver, il a été responsable de l’équipe de développement à laquelle appartenaient Linn Svahn, Moa Lundgren et Emma Ribom. Auparavant, il a entraîné les sprinteuses de l’équipe nationale. Il s’occupe également de Maja Dahlqvist, Hanna Falk et Moa Molander Kristiansen.

Déjà les deux entraîneurs masculins  Mattias Nilsson et Fredrik Uusitalo avaient plié bagage.

 

À lire aussi :

 

Photo : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.