Ski de fond | Coupe du monde : réunion au sommet

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine, ski de randonnée
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – Le bateau coupe du monde de ski de fond tangue depuis quelques jours. Aussi la Fédération internationale de ski a-t-elle convoqué aujourd’hui à une grande réunion tous les directeurs et médecins des équipes nationales.

 

 

Ski de fond : après le départ des pays nordiques

Comme le révèle ce matin la télévision publique suédoise, la SVT, la Fédération internationale de ski a convoqué les directeurs et les médecins des équipes nationales de toutes les nations participant à la coupe du monde de ski de fond à une grande réunion qui se tiendra ce vendredi.

«Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille », disait élégamment l’ancien président de la République Jacques Chirac. La formule s’est une nouvelle fois vérifiée ces derniers jours. Déjà, l’étape de Lillehammer a été annulée en raison de la pandémie de coronavirus. C’est donc sans passer par la Norvège que tout le monde a quitté Ruka pour Davos, en Suisse où se dérouleront les prochaines courses. Enfin, certains n’ont pas fait le voyage jusque dans les Grisons. C’est le cas de la Norvège, la Suède et la Finlande qui ont quitté le navire. Selon elles, à les laisser en piste, elles feraient prendre trop le risques à leurs athlètes et pourraient les voir infectés par la Covid-19.

Les pays nordiques n’iront pas non plus à Dresde. Pour le Tour de Ski, fleuron de la coupe du monde, rien n’est arrêté.

A l’approche de Noël, l’ambiance n’est donc pas à la fête. Avec sa grand-messe, la FIS entend calmer les esprits… et renouer un dialogue que certains jugent insuffisant. « Je ne sais pas exactement ce qui est à l’ordre du jour », indique le sélectionneur suédois Daniel Faahraeus agacé par les critiques que son pays a subies depuis vingt-quatre heures. « Je suppose qu’il y aura un compte rendu de la gestion de la pandémie à Ruka, des informations sur Davos et Dresde et des discussions sur le Tour de Ski. J’espère vraiment que FIS prendra en compte tous les retours qui ont été exprimés récemment », déclare Anders Bystroem, le patron de l’équipe suédoise.

pub

 

À lire aussi :

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.