Ski de fond | dopage : les deux Autrichiens impliqués sont connus

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

SKI DE FOND | DOPAGE – L’identité des deux coureurs autrichiens a été rendue publique par la fédération autrichienne de ski.

 

Seefeld s’est réveillée jeudi matin sous le soleil. Aucun nuage dans le ciel, juste le dirigeable qui permet d’offrir aux téléspectateurs des vues aériennes des compétitions.

Pourtant, une grosse ombre a recouvert les championnats du monde de ski nordique. Le démantèlement par la police d’un réseau de dopage international est de toutes les conversations depuis qu’à 10 heures du matin, la veille, des perquisitions ont eu lieu dans la station tyrolienne et en Allemagne.

Ce matin, l’information fait la une de tous les quotidiens nationaux. Elle est aussi largement reprise en France.

Cinq athlètes de haut niveau sont impliqués : deux sont originaires d’Autriche, un du Kazakhstan et deux d’Estonie.

Lors de la conférence de presse donnée par le parquet à Innsbruck, aucun nom n’a été cité. La seule précision qui a été donné a choqué : l’un des skieurs interpellés a été arrêté en pleine « transfusion sanguine dans le bras », a précisé Dieter Csefan, de la police fédérale criminelle autrichienne.

Deux visages illustrent toutefois les articles de la presse autrichienne : ceux de Max Hauke, 26 ans, et Dominik Baldauf, également 26 ans.

L’identité des deux sportifs a été révélée par un dirigeant de l’ÖSV [Fédération autrichienne de ski], Markus Gandler.

Un médecin de 40 ans présenté serait au cœur du système : le Dr Mark Schmidt qui, précise la Süddeutsche Zeitung, a été employé par le passé par la formation cycliste Gerolsteiner. Un laboratoire clandestin a même été découvert.

Ce grand coup de filet a été mis en place suite aux confessions du fondeur autrichien Johannes Dürr, convaincu de dopage lors des Jeux olympiques de Sochi 2014. « Il aurait été irresponsable que je me taise. Les parents qui amènent leurs enfants à des sports de compétition doivent avoir conscience des dangers qu’ils peuvent courir », a-t-il déclaré.

Mais il souhaitait également que cette affaire n’engendre pas une suspicion générale contre tous les skieurs de fond.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.