Ski de fond : finalement, Johaug fait comme Griezmann

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – Comme le footballeur Antoine Griezmann, Therese Johaug rompt toute relation avec la marque chinoise Huawei.

 

Ski de fond : une rupture « avec effet immédiat »

Finalement, la pression a été trop forte. Comme le footballeur français Antoine Griezmann, Therese Johaug met fin « avec effet immédiat » à son contrat avec Huawei.

La marque est soupçonnée de participer à la surveillance de la minorité musulmane ouïgoure par les autorités chinoises. Elle aurait contribué au développement d’une “alerte Ouïgour” grâce à un logiciel de reconnaissance faciale. Huawei France a souhaité réagir dans un communiqué évoqué sur le site Les Numériques : « Nous ne développons pas d’algorithmes ou d’applications dans le domaine de la reconnaissance faciale mais uniquement des technologies à usage général qui se fondent sur les normes internationales en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle. »

Jeudi soir, l’entreprise a publié un communiqué annonçant la fin de son partenariat avec la star du ski de fond mondiale.

Le manager de Therese Johaug a confié à la NRK apprécier que Huawei « libère » sa protégée. Les deux parties se quittent bons amis. Du côté de la sportive, hors de question d’ajouter un commentaire sur les révélations du Washington Post.

Il y a quelques jours, la Norvégienne disait d’ailleurs ne rien vouloir changer. « Nous maintenons notre accord qui participe au lien commercial étroit entre la Chine et la Norvège, expliquait alors le manager de la fondeuse dans le quotidien Dagbladet. Nous réévaluerons la situation à la fin du contrat et nous ne ferons aucun commentaire sur ceux qui ont choisi de rompre leur contrat. » C’était avant que ne se multiplient les critiques.

 

Photo : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.