Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
03.01.2021 Val Mustair, Switzerland (SUI): Hugo Lapalus (FRA) - FIS world cup cross-country, tour de ski, pursuit men, Val Mustair (SUI). www.nordicfocus.com. © Modica/NordicFocus. Every downloaded picture is fee-liable.

Ski de fond

Ski de fond | Hugo Lapalus : « Hâte d’être dans l’Alpe Cermis »

SKI DE FOND – Alors que le Tour de Ski reprend ce vendredi avec une mass-start en style classique à Val Di Fiemme, en Italie, Hugo Lapalus parle de ses ambitions dans une édition qu’il qualifie déjà de « réussite ».

 

Hugo Lapalus, à 22 ans, occupe actuellement la neuvième place du classement général du Tour de Ski. C’est dire que le Cluse, qui disputera à partir d’aujourd’hui une mass-start classique à Val di Fiemme, est en forme. Le 5 janvier dernier, dans le 15 km de Toblach, il a même réalisé le meilleur résultat de sa jeune carrière (9e).

Dimanche, il faudra surveiller le fondeur tricolore dans la mythique montée de l’Alpe Cermis. L’an dernier, il s’était invité dans le top 10 de la plus belle de manière. « C’était une agréable surprise », avait-il confié à Nordic Magazine.

Entretien avec celui qui, ce matin, pointe au deuxième rang (derrière le Russe Alexander Terentev) du classement des meilleurs U23 du monde.

L'article continue sous la publicité
pub

 

  • Meilleur résultat de carrière en coupe du monde lors du 15 km de Toblach : déjà le Tour de Ski est une réussite pour vous, non ?

Évidemment que cette neuvième place sur l’étape de Toblach fait de ce Tour une réussite. Mais avant même cela, dans ma tête, c’était déjà une réussite. Après Val Müstair, j’avais déjà réalisé deux meilleures perfs en deux distances que l’année dernière sur le Tour entier. Avec le septième temps de ski sur la poursuite j’avais à cœur de réaliser une belle perf sur ce 15 km de Toblach. La neuvième place vient confirmer que la forme est là et qu’il est possible de jouer devant. Je n’ai pas envie de m’arrêter là. Je veux encore faire mieux sur Val Di Fiemme. La fatigue se fait ressentir, mais c’est pour tout le monde pareil. Il va falloir serrer les dents pour finir correctement ce Tour.

 

  • Tenir ainsi sa place dans le top 10, même en l’absence des Norvégiens, est-ce que cela donne des ailes ?

C’est sûr que de voir qu’il est possible de jouer le top 10 du général du Tour, même sans les Norvégiens, donne de la confiance. Bolshunov reste la référence. Norges ou pas, il joue toujours devant c’est un super indicateur. Il n’y a pas besoin qu’il y ait les Norvégiens pour valoriser un résultat. Le podium de Maurice ou de Richard sont des perfs de très haut niveau et rien n’enlèvera ça. 

 

Bolshunov : « C’est le meilleur skieur avec Klæbo »

 

  • Que vous inspire le Russe Alexander Bolshunov ?

Je ne connais pas Alexander, mais j’admire vraiment cet athlète. D’un point de vue physique, il est tellement solide, rien ne bronche et c’est incroyable. Techniquement, il est en place. Il y a vraiment de quoi apprendre de lui. C’est le meilleur skieur avec Klæbo, c’est clairement une source de motivation et d’exemple pour moi. Mais je suis fan de beaucoup d’athlètes sur le circuit, j’essaye d’apprendre de tous. Mais en plus de cela, Bolshu a l’air de quelqu’un de sympa et ouvert. Dommage qu’il y ait peu de discussion avec les Russes. 

 

L'article continue sous la publicité
pub
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Hugo Lapalus (FRA) – Modica/NordicFocus

 

  • À propos, comment vivez-vous l’absence des Norvégiens ?

L’absence des Norvégiens m’énerve un peu, je trouve ça un peu égoïste de leur part. La FIS fait un travail colossal pour que tous se passe pour le mieux et la meilleure nation décide de ne prendre aucun départ je trouve ça moyen. Je pense qu’il est totalement possible de faire une saison correcte sans prendre de risque, mais la Norvège possède une culture médicale différente de la nôtre et il faut respecter ça. Je ne vais pas m’étendre trop sur le sujet, mais je pense tout de même qu’ils ne respectent pas leurs concurrents, les autres nations, les staffs… Quand on voit que dans le ski alpin et le biathlon tous les Norvégiens prennent les départs sans aucun souci. C’est limite. Enfin bref, c’est comme ça. Comme on dit, les absents ont toujours tort 😉 

 

  • Quelle a été votre réaction et celle de l’équipe quand vous avez appris que votre entraîneur Alexandre Rousselet avait été positif au coronavirus ?

J’ai une relation très détachée avec la Covid… Je fais attention évidemment, car c’est important pour tout le monde mais à aucun moment l’épidémie n’est une source de stress pour moi et la compétition. Je fais abstraction de tout ça et je me concentre sur mon ski. Donc le départ d’Alex suite à son cas positif ne m’a pas déstabilisé. Certes, j’aurais préféré que notre coach nous accompagne jusqu’au bout, c’est un soutien et un pilier pour notre équipe. Mais on avance, on ne doit pas être stressé à cause de ça et, de toute façon, nous sommes en relation tous les jours au téléphone. Le reste du staff a pris le relais et tous se déroule très bien. L’équipe est détendue et prête à continuer pour finir des meilleurs manières ce Tour. 

 

Coronavirus : « Profitons de chaque chose acquise cette saison »

 

  • Cet été, avec un stage itinérant inédit dans la préparation de l’équipe de France, Alexandre Rousselet vous avait préparé à vivre une saison inconfortable. On se dit qu’il avait vu juste ?

On savait que cet hiver n’allait pas être comme les autres, on y étaient préparés. Alors pour le moment, oui, il y a les test PCR, les gestes barrières, les mesures prises sur les courses… mais, finalement, on continue le circuit coupe du monde avec beaucoup de chance et seulement une étape annulée. Certes, ce n’est pas la même ambiance que les autres saisons, pas de public, tout ça. Mais on prend les départs des courses, on peut s’entraîner et c’est l’essentiel. Tout le monde n’a pas cette chance. Alors soyons reconnaissant et profitons de chaque chose acquise cette saison. 

 

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Hugo Lapalus (FRA) – Modica/NordicFocus

 

  • Depuis le début de la saison, avez-vous le sentiment d’avoir progressé ? Si oui, dans quel domaine ?

J’ai l’impression d’avoir franchi un nouveau cap cette saison, je le vois par les résultats certes, mais aussi par mes sensations sur les skis et mes gestions de courses. Je pense que j’ai progressé en classique, j’ai encore beaucoup à travailler mais je sens que je suis plus à l’aise. J’ai aussi encore beaucoup de points techniques à améliorer en skate, mais je progresse un peu sur les différents axes de travail. Il faut aussi que je travaille encore la poussée, j’ai encore trop de lacunes et ça me coûte cher sur certaines courses. Mais de façon générale, je sens que j’ai progressé et je continuerai de travailler pour être encore meilleur.

 

L'article continue sous la publicité
pub

Sa belle moustache : « À la fin, c’est toujours pareil : il y a de la bave de partout »

 

  • Quels sont vos objectifs pour la fin du du Tour ? Va-t-on vous retrouver comme l’an dernier à l’offensive dans la montée de l’Alpe Cermis ?

Pour cette fin de Tour et l’étape de Val di Fiemme, j’ai déjà envie de garder une bonne place sur le classement général et pourquoi pas ce top 10 qui sera dur de garder notamment avec le sprint de samedi. Sinon, je veux réaliser une belle course de classique sur la mass, sans parler de place, juste produire le ski que je veux et avoir de belles sensations. La place en sera la récompense. Et enfin, dans la montée, j’espère avoir des jambes de feu et faire encore mieux que l’année dernière. J’ai hâte d’être dans la montée et donner le maximum pour terminer à bout au sommet et avoir le sentiment de ne rien regretter sur ce Tour, de l’avoir accompli au max de mes capacités.

 

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Hugo Lapalus (FRA) – Vianney THIBAUT/NordicFocus

 

  • Vous arborez une moustache qui n’est pas passée inaperçue. Elle a l’air de vous porter chance. Vous n’allez plus pouvoir la raser ?

Je ne sais pas si cette moustache me porte chance [Rires], mais je l’aime bien et j’y porte beaucoup d’affection ! Non, plus sérieusement, je crois que je vais la garder et pour un long moment. J’avais prévu de la garder tout l’hiver, j’essayerai quand même de la soigner mais de toute façon à la fin, c’est toujours pareil… il y a de la bave de partout !

 

> Vivez et commentez en direct les dernières courses du Tour de Ski avec Nordic Magazine <

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

L'article continue sous la publicité
pub

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Les biathlètes en stage dans le Kamtchatka ont pris le départ du dernier marathon de ski de fond de l'hiver en Russie.

Ski nordique

A peine « retraité », le Suédois Anton Karlsson a été recruté par l'organisation de la Visma Ski Classics.

Biathlon

Dans un entretien accordé à Nordic Magazine, Siegfried Mazet, l'entraîneur tricolore du tir norvégien, revient, en dehors du duel Sturla Holm Lægreid/Johannes Thingnes Boe,...

Ski de fond

Calendrier de la Visma Ski Classics modifié, mesures sanitaires, froid polaire... Le Bornandin Théo Deswazière raconte son hiver.

Saut à ski

Durant les Mondiaux d'oberstdorf, le Norvégien Halvor Egner Granerud avait été testé positif à la. Covid-19. Samedi, il a déclaré ne pas avoir retrouvé...

Ski de fond

14:02. Et de deux pour Iris Pessey ! Lauréate de la Fossavatn Skate ce jeudi, la fondeuse haut-savoyarde, actuellement coach des biathlètes juniors britanniques,...

Ski de fond

Avec pas moins de cinq podiums à son actif, plusieurs équipes se verraient bien accueillir la fondeuse norvégienne.

Ski de fond

Quelques jours après avoir parcouru 610 kilomètres en 31 heures, le fondeur norvégien Joar Thele se confie à Nordic Magazine sur un incroyable week-end.