Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Joar Thele, Anders Aukland, Simen Oestensen, ski de fond
Joar Thele (NOR), Anders Aukland (NOR), Simen Oestensen (NOR) - Photo : Joar Thele

Ski de fond

Ski de fond | Joar Thele : « Il est possible de rester 48 heures sur les skis »

Quelques jours après avoir parcouru 610 kilomètres en 31 heures, le fondeur norvégien Joar Thele se confie à Nordic Magazine sur un incroyable week-end.

Le week-end dernier, le fondeur norvégien Joar Thele, en compagnie de ses compatriotes Anders Aukland et Simen Oestensen, s’est lancé à l’assaut du record du monde de la plus longue distance parcourus skis de fond aux pieds sans s’arrêter. Sur le lac Mylla, où une boucle de 10 kilomètres a été dessinée, le trio a non seulement battu cette marque, mais Joar Thele a skié 610 kilomètres avant d’être arrêté par d’insupportables douleurs à l’épaule droite. Anders Aukland, de son côté, a cassé la barrière mythique des 700 kilomètres.

Nordic Magazine a pu poser quelques questions à Joar Thele, l’un des héros du lac Mylla. Entretien avec un forçat de la neige.

  • Vous avez parcouru 610 kilomètres en 31 heures le week-end dernier en 31 heures : comment allez-vous tant physiquement que mentalement quelques jours plus tard ?

Mon corps était fatigué après ce long voyage en skis de fond… Mes jambes étaient douloureuses mais, de jour en jour, ça va de mieux en mieux. Sur le plan mental, tout va bien !

Joar Thele, Anders Aukland, Simen Oestensen, ski de fond
Joar Thele (NOR), Anders Aukland (NOR), Simen Oestensen (NOR) – Photo : Joar Thele
  • Comment ce défi insensé s’est-il organisé avec Anders Aukland et Simen Oestensen ?

Cela a été décidé seulement quelques jours avant le début de notre tentative de record du monde. C’est le mercredi qu’Anders m’a appelé pour me dire qu’il voulait faire ce long voyage à skis le week-end car les prévisions météorologiques étaient bonnes. C’était peut-être la dernière fenêtre météo de la saison. J’ai accepté et c’est donc jeudi qu’on a décidé d’y aller à partir du samedi matin. Anders a également appelé Simen qui était d’accord pour prendre le départ avec nous.

« Ma préparation était médiocre ! »Joar Thele à Nordic Magazine

  • Quelle a été votre préparation ?

Elle était médiocre [rires] ! Depuis la fin de la saison de Visma Ski Classics, je ne m’étais pas beaucoup entraîné, j’avais seulement fait quelques sorties à skis lors des deux semaines séparant l’Årefjällsloppet et notre tentative. On ne peut pas dire que je me suis vraiment préparé avant de prendre le départ. L’année dernière, nous nous étions mieux préparés en enchaînant les longues sorties en amont de nos 519 kilomètres.

Joar Thele, Anders Aukland, Simen Oestensen, ski de fond
Joar Thele (NOR), Anders Aukland (NOR), Simen Oestensen (NOR) – Photo : Joar Thele
  • Comment vous êtes-vous senti pendant ce long voyage ?

C’était un peu les montagnes russes. J’ai eu quelques périodes difficiles, notamment quand nous avons skié la nuit et que je commençais à fatiguer. Je ne me sentais pas si bien à cause de cela mais mon état s’est amélioré tout au long de la journée. Il y a vraiment eu des bonnes et des mauvaises périodes. Il est important de beaucoup boire et manger pendant ce genre de voyage, on ne peut pas être négligeant avec cela.

« J’ai réussi à être fort mentalement et […] à ignorer la douleur et la fatigue »Joar Thele à Nordic Magazine

  • De quoi était fait votre alimentation ?

Comme je le disais, il fallait manger et boire le plus possible. Il y avait donc différents aliments : des saucisses, des hamburgers, des sandwichs, des petits pains, du chocolat, des bonbons, des noix ou des biscuits. Concernant la boisson, il y avait des boissons énergisantes, du Coca Cola ou de la Red Bull.

Joar Thele, Anders Aukland, Simen Oestensen, ski de fond
Joar Thele (NOR), Anders Aukland (NOR), Simen Oestensen (NOR) – Photo : Joar Thele
  • Par quelles phases êtes-vous passé mentalement et physiquement ?

Lors d’une si longue sortie, vous traversez toutes les phases à la fois mentalement et physiquement. Sur une distance si importante, il est difficile de rester concentré et mon mental a énormément varié, mais j’ai réussi à être fort mentalement en gardant le moral. Physiquement, on finit par être fatigué par la fatigue… Mais je devais me lever et ignorer la douleur et la fatigue !

« Anders est une machine, il ne s’arrête jamais »Joar Thele à Nordic Magazine

  • Vous avez eu des douleurs à l’épaule pendant longtemps : racontez-nous…

Mon épaule droite était très douloureuse… Ce n’était vraiment pas bon. Une inflammation s’est installée et c’était très douloureux pour moi de piquer les bâtons. C’est pour cette raison que j’ai choisi d’abandonner après 610 kilomètres. Je ne pouvais pas risquer de me blesser pour une longue durée.

Joar Thele, ski de fond, record
Joar Thele (NOR) – Photo : Joar Thele
  • Vous vous êtes donc arrêté après 610 kilomètres parcourus en 31 heures. Anders Aukland a continué skiant 700 kilomètres ! C’est incroyable…

C’est complètement incroyable ! Anders est une machine, il ne s’arrête jamais. Il est le plus dur à cuire de tous. S’il n’y avait pas eu beaucoup de neige le dimanche soir quand il skiait, il aurait pu aller encore plus loin.

« C’est toujours amusant de briser des frontières »Joar Thele à Nordic Magazine

  • Vous rendez-vous compte que vous avez marqué l’histoire du ski de fond ?

C’est toujours amusant de briser des frontières, de faire quelque chose que peu d’autres ont fait auparavant. C’est surtout magnifique de montrer qu’il est possible de parcourir autant de kilomètres avec des skis de fond aux pieds.

Joar Thele, ski de fond, record
Le tracé Strava des 610 kilomètres de Joar Thele – Photo : Joar Thele
  • Quelle est la prochaine étape maintenant que la barre des 700 kilomètres a été brisée ?

Je pense qu’il est possible d’aller plus loin avec des prévisions météorologiques parfaites et une bonne préparation. Il est possible de skier entre 700 et 1 000 kilomètres. Aller jusqu’à 1 000 kilomètres sera un peu difficile, mais jusqu’à 850 kilomètres, pourquoi pas. Il est possible de rester au moins 48 heures sur les skis.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, Saut à ski, combiné nordique, Sports d'hiver, Nordic Magazine, Ski, nordique, vol à ski
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski nordique

17:00. Il y a deux semaines tout pile, le Norvégien Stian Hoelgaard annonçait son départ du Team Koteng, basé à Trondheim (Norvège). À l’époque,...

Rollerski

La Trollhättan Action Week, plus grand événement de ski-roues du royaume, et l'Association suédoise de ski s'associent pour développer la compétition.

Ski de fond

Connaissez-vous le frère de Johannes Hoesflot Klæbo ? Ce vendredi 7 mai, OKEY sort un nouveau titre, le premier sous le label Sony Music.

Ski de fond

Sergey Ustiugov estime que les prochains JO pourraient être ses derniers. Le Russe de 29 ans sort d'un hiver compliqué.

Ski nordique

Mats Arjes, Urs Lehmann, Sarah Lewis et Johan Eliasch brigueront le poste de président de la FIS le 4 juin prochain. Michel Vion, de...

Ski de fond

Therese Johaug de la partie aux Jeux olympiques à Tokyo cet été ? C'est en tout cas un nouvel objectif qui se profile devant...

Ski de fond

Après un mois de coupure, l'ensemble du Team Vercors Isère a reprise le chemin de l'entraînement au début du mois de mai. Le premier...

Ski de fond

Alexander Bessmertnykh n'a pas connu une très bonne saison l'hiver dernier. Mais ce n'est pas la raison pour laquelle le fondeur russe a choisi...