Ski de fond : l’entraîneur russe ne décolère pas

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – L’entraîneur de l’équipe russe de ski de fond, Markus Cramer, en veut à la Fédération internationale de ski. Dans un entretien à la NRK, il révèle même que la Russie a envisagé ne débuter la coupe du monde qu’au Tour de Ski.

 

Ski de fond : trop de déplacements, trop de nouveaux frais

Markus Kramer n’est pas du tout content. La coupe du monde de ski de fond telle que l’a préparé la Fédération internationale de ski ne convient pas du tout à l’entraîneur de l’équipe de Russie.

Vendredi matin, chez nos confrères de la chaîne de télévision NRK, il révèle même que son pays a envisagé boycotter une partie de la saison. En fait, les Russes ont une temps imaginé ne faire leur entrée qu’aux compétitions qu’au Tour de Ski. Et le coach d’avancer plusieurs arguments.

D’abord, il juge bien trop élevé le nombre de sites fréquentés par la caravane des fondeurs. Avant Noël, les skieurs iront en Finlande, en Norvège, en Suisse et en Allemagne. « Je ne comprends pas ce qu’ils font à la FIS », lâche-t-il résigné.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Markus Cramer se dit préoccupé par par la santé des athlètes. Les Russes sont actuellement en stage à Rovaniemi, en Finlande, où ils resteront jusqu’à l’étape de coupe du monde de Ruka du 27 au 29 novembre. Rejoindre la terre du Père Noël n’a pas été sans risque, souligne l’entraîneur. Et de citer l’exemple de Sergey Ustyugov qui, pour atteindre sa destination depuis Ekaterinbourg, à faire escale à Moscou, Istanbul et Helsinki. « Il a voyagé durant 35 heures. Sans dormir. C’est de la folie. Il n’y a actuellement aucun vol direct », s’emporte-t-il.

Et de citer en exemple l’IBU qui a prévu d’organiser deux étapes dans le même stade pour éviter les déplacements.

 

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Sergey Ustiugov (RUS) – Modica/NordicFocus

 

Ensuite, l’hiver va coûter cher aux différentes nations qui vont devoir supporter le coût des tests de détection du coronavirus. Selon lui, il faut désormais débourser 220 euros par personne en Finlande et la Russie a environ 50 personnes sur place. Un examen est opéré à l’arrivée, puis un autre 72 h plus tard. Ce qui, au total, pourrait coûter 50 000 euros.

 

Photos : Nordic Focus.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.