Ski de fond : les Norvégiens absents de Davos et Dresde

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine, Ruka
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du moSki de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – Mardi matin, Fédération norvégienne de ski a décidé que ses athlètes ne prendront pas le départ des compétitions de Davos et Dresde en coupe du monde. Elle entend ainsi les protéger du coronavirus.

 

 

Ski de fond : aucune certitude pour le Tour de Ski

Mardi matin, la Fédération norvégienne de ski a annoncé qu’elle n’enverra aucun athlète disputer les étapes de coupe du monde de ski de fond de Davos et Dresde.

Dans le communiqué de presse qu’elle a publié ce matin, elle ajoute qu’elle n’a pris aucune décision concernant la participation de ses skieurs au Tour de Ski en janvier 2021.

« C’est une décision difficile », a déclaré le patron du comité de ski de fondTorbjoern Skogstad.

« Notre objectif principal cette saison est le championnat du monde à Oberstdorf », déclare pour sa part le manager Espen Bjervig.

pub

 

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine, Ruka

Emil Iversen (NOR) – Modica/NordicFocus.

Cette décision fédérale intervient alors que deux de ses stars, Johannes Hoesflot Klæbo et Emil Iversen avaient annoncé leur retrait jusqu’à fin 2020 (pour Iversen, pas question non plus de disputer le Tour de Ski). De son côté, Heidi Weng avait quitté Ruka le week-end dernier lors de l’ouverture de la coupe du monde. La faute au coronavirus et ses conséquences.

Il y a aussi le cas du combiné russe qui a pu entrer dans le stade avant d’être isolé quand les résultats de son test PCR réalisé à Helsinki ont révélé sa positivité. Deux autres examens l’avaient pourtant déclaré négatif.

La situation sanitaire explique donc pourquoi la Norvège déclare forfait. Un bilan a été dressé en ce début de semaine par ses dirigeants. Ceux-ci ont convenu qu’ils devaient avant tout protéger leurs équipes. « Le risque d’être infecté par la Covid-19 est effectivement présent quand on participe à la coupe du monde », regrette Espen Bjervig.

Selon lui, garder ses distances et éviter les contacts trop proches est « plus exigeant » que le staff l’avait supposé. Sans parler des déplacements d’un site à l’autre.

Reste à savoir maintenant comment vont réagir les autres nations.

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.