Ski de fond : les tops et les flops du début de saison (1/2)

SKI DE FOND – La première partie du calendrier de la coupe du monde de ski de fond est terminée. Place à la courte pause des fêtes de Noël pour les athlètes avant de repartir pour le reste de la saison début janvier. C’est l’occasion, pour la rédaction de Nordic Magazine, de dresser un premier bilan chez les hommes.

 

Après le Ruka Triple, la coupe du monde de Lillehammer, celle de Davos et de Toblach, place à la trêve des fêtes de Noël pour les fondeurs. Un temps où il est primordial de « refaire du jus » car les organismes sont déjà bien entamés, avant de repartir pour la suite des hostilités fin décembre-début janvier. Bien souvent ces fêtes doivent être gérées à la perfection par les athlètes qui devront faire des compromis entre retrouver leurs proches, ne pas tomber malade ainsi que rester en forme pour débuter en trombe l’année 2018.

On peut déjà tirer un premier bilan de cette première partie de saison riche en enseignements et ébaucher quelques conclusions.

 

A, Toblach, en Italie, Johannes Hoesflot Klaebo (NOR) –  Modica/NordicFocus.

 

On retiendra l’éclosion attendue de Johannes Hoesflot Klæbo qui a éclaboussé de son talent les premières étapes de coupe du monde : il a dominé outragement ses adversaires.

Du haut de ses 21 ans, il affole les statistiques : 8 courses de coupe du monde pour 7 victoires (sans compter les temps de poursuite), c’est du jamais vu ! On se rend compte au fil des étapes qu’il sait tout faire : sprinter, tenir la distance, produire une accélération dans un final, skater, classiquer, pousser, courir… Il devient un favori incontestable pour les Jeux de Pyeongchang.

 

Autour de Maurice Manificat (FRA), toute une équipe mobilisée – Modica/NordicFocus.

 

Ensuite, on pense bien évidemment au début de saison tonitruant de Maurice Manificat. Il a réalisé des courses exceptionnelles. Il a déjà deux victoires en coupe du monde au compteur cette année. Il est leader du classement général des distances et deuxième du général global. Il sera un des favoris sur le 15 km skate des JO, sa course de prédilection.

 

A Davos, en Suisse, Alexander Bolshunov (RUS) –  Modica/NordicFocus.

 

Parlons également d’Alexander Bolshunov, né le 31 décembre 1996. Le jeune Russe réalise un début d’année fantastique. Ses performances, un peu occultées par celles de Klaebo, parlent pourtant d’elles-même : 8 départs en coupe du monde et déjà 4 podiums. La nouvelle génération est en place chez les Russes avec Chervotkin et Spitsov qui réalisent pour leur âge des courses impressionnantes.

 

A Ruka, en Finlande, Martin Johnsrud Sundby (NOR) –  Modica/NordicFocus.

 

Pour le reste, Martin Johnsrud Sundby est moins en vue que ces dernières années, peut-être à cause de quelques soucis de santé. On le suivra tout de même dans la deuxième partie de la saison car il devrait très probablement rebondir. Le redoutable, Sergey Ustiugov, qui, après un départ très en de ça de son meilleur niveau sur les premières courses, revient depuis une quinzaine de jours au meilleur de sa forme. Alex Harvey n’a pas encore brillé, mais il est en embuscade.
On rappelle que les athlètes ont évidemment axé leur préparation cette année sur les Jeux olympiques en février. C’est le cas pour Calle Halvarsson et la plus grande partie de l’équipe suédoise qu’on n’a pas vraiment beaucoup remarqué ces dernières semaines mais on devrait les revoir au premier plan en février pour les principales échéances de la saison.

 

A Lillehammer, en Norvège, Iivo Niskanen (FIN) – Modica/NordicFocus.

Le Finlandais Iivo Niskanen prouve qu’il est un, si ce n’est le, meilleur classiqueur au monde en ce moment. Dans les meilleurs à Ruka, il aura fait « baver » tout le monde sur la partie classique du skiathlon à Lillehammer. Il sera un des favoris sur le 50 km classique des JO.
Quant à Dario Cologna, il n’est pas pour le moment à son meilleur niveau. Mais le Suisse est souvent en retrait dans les mois qui précèdent les grands rendez-vous.
Les gros noms du ski norvégien ne sont pas encore au top de leur niveau : Krogh est très décevant depuis le début de saison, Dyrhaug et Toenseth revenant de blessures ont des résultats en dents de scie et on ne retrouve pas le Emil Iversen des grands jours. Ne parlons pas de Petter Northug Jr qui connaît probablement les pires déboires de sa carrière (voir ici).

A l’inverse, Hans Christer Holund et Simen Hegstad Kruger ont déjà leur ticket pour la Corée du Sud.

 

Federico Pellegrino (ITA) et ses supporters à Davos –  Modica/NordicFocus.

 

Dans les épreuves de sprint, on a vu arriver une armada de sprinteurs finlandais qui parviennent souvent en phases finales cette année. L’Italien Federico Pellegrino devra monter en puissance s’il veut surprendre Klaebo.

Du côté des Français, on peut noter les multiples top 20 de Jean-Marc Gaillard, la douzième place de Clément Parisse à Davos, les grosses courses d’Alexis Jeannerod en classique pour les distanceurs. Il faut ajouter la superbe performance de Jules Lapierre sur le skiathlon de Lillehammer qui marque ses premiers points en coupe du monde.

 

A Lillehammer, en Norvège, Baptiste Gros (FRA) –  Modica/NordicFocus.

 

Pour les sprinteurs, après avoir connu des petites difficultés à Ruka et à Lillehammer ils se sont ressaisis à Davos en montrant de très belles choses. Lucas Chanavat [en couverture du nouveau Nordic Magazine, NDLR] a confirmé ses qualités en qualification, mais ses difficultés en phases finales. Baptiste Gros et Richard Jouve ont démontré en performant à Davos qu’ils sont de gros clients en sprint skate.

 

> A lire aussi : les tops et les flops chez les dames.

Photos : NordicFocus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.