Ski de fond : les tricolores à l’assaut des grands cols alpins

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI DE FOND – Cette semaine, l’équipe de France de ski de fond effectue un stage d’itinérance. Au programme, les routes des Alpes, leurs cols et le soleil estival.

 

Ski de fond : nouveau stage de l’équipe de France

L’équipe de France de ski de fond est en balade. Enfin, une balade façon athlète de haut niveau. C’est-à-dire qu’elle s’attaque aux grands cols alpins, poursuivant ainsi intensivement sa préparation pour la prochaine saison. Toute cette semaine, elle avale les kilomètres et les dénivelés en rollerski.

Les distanceurs ont démarré leur stage à Barcelonnette, direction le col de la Cayolle (2 324 m). Les tricolores en ont profité pour notamment gravir le col d’Allos, 2250 m, classé en première catégorie lors des six derniers passages du Tour de France.

Ce mardi, nouveau périple : toujours depuis la sous-préfecture du département des Alpes-de-Haute-Provence, ils ont emprunté depuis Jausiers la route de la Bonette, « la plus haute d’Europe », annonce le panneau. Un passage par Isola 2000, l’Italie et le col de la Lombarde (2 350) – Colle della Lombarda pour les Transalpins – attendaient Maurice Manificat et ses coéquipiers. Soit près de 5h45 d’effort, 97,4 km et 3 504 m de dénivelé positif.

Le soir, les tricolores ont encore trouvé l’énergie de regarder un solide PSG dominer le RasenBall Sport Leipzig (3-0) pour se qualifier pour sa première finale de Ligue des Champions.

Mercredi, ils ont gravi les cols de la Fauniera, de Sempeyre et d’Agnel. Alexandre Rousselet a fait les comptes : « Soit une journée à 4000 mètres de dénivelé positif, portant notre total à plus de 10 000 mètres de dénivelé positif en ski à roulettes depuis notre départ de Barcelonette. »

L’entraîneur est content de ses troupes : « Les gars se sentent bien, même si la fatigue et l’usure des pieds se font sentir. Le sourire est toujours large et la motivation intacte. Les paysages sont magnifiques, les routes impressionnantes. Le travail est consciencieux et intéressant dans l’économie gestuelle, la gestion physiologique et diététique. »

Ce jeudi, retour sur les routes françaises avec l’Izoard au nord-ouest du massif du Queyras, à une altitude de 2 362 m, Montgenèvre, avant de rebasculer un instant de nouveau sur l’Italie, via le col du Mont-Cenis qui relie la vallée de la Maurienne, en France, et le val de Suse. L’arrivée est prévue à Bessans où ils retrouveront les biathlètes.

Voilà ce qui attend Maurice Manificat, Jean-Marc Gaillard , Clément Parisse, Adrien Backscheider, Jules Lapierre et Hugo Lapalus.

 

Le périple en vidéo

Jour 1

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Équipe de France hommes distance

Une publication partagée par Equipe de France ski de fond (@equipedefranceskidefond) le

 

Jour 2

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Équipe de France Hommes distance

Une publication partagée par Equipe de France ski de fond (@equipedefranceskidefond) le

 

Jour 3

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Groupe distance Hommes

Une publication partagée par Equipe de France ski de fond (@equipedefranceskidefond) le

 

Photo : Alexandre Rousselet/FFS.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.