Ski de fond : Lucas Chanavat s’entraîne sur la neige de Sjusjøen

Lucas Chanavat, ski de fond, Norvège, Sjusjoen
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – Après avoir passé le confinement en France, le Bornandin Lucas Chanavat profite actuellement de la neige norvégienne à Sjusjøen. 

 

En quelques jours, le sprinteur tricolore Lucas Chanavat, deux victoires en coupe du monde et quelques journées passées avec le dossard rouge sur les épaules, est passé de la verdure bornandine à la neige de Sjusjøen. En couple avec Karoline, il a récemment profité de l’ouverture des frontières du royaume d’Harald V aux concubins de Norvégiens.

Sur Facebook, le Bornandin a partagé sa joie d’être en Norvège alors que ses coéquipiers étaient en stage à Prémanon (Jura) la semaine passée : « Il n’y a pas de meilleur moyen de débuter une nouvelle saison d’entraînement que de profiter d’incroyables journées de ski en Norvège. »

Sur les différents clichés postés, on voit notamment Chanavat faire griller les merguez dans la neige… comme un vrai Norvégien !

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

 

Un habitué des lieux

Il faut dire qu’à l’automne dernier, le Haut-Savoyard confiait à Jean-Pierre Bidet, journaliste de L’Équipe, qu’il partage maintenant son temps entre la France et la Norvège pour préparer ses hivers : « Lors de l’avant-saison, je suis une semaine en stage avec l’équipe, une et demie chez moi et une et demie ici. Avoir de la neige hyper tôt de façon sûre et skier dans des conditions de dingue dès octobre, c’est vraiment un gros plus. » Comme de profiter de la neige hyper tard dans la saison, comme en ce début de mois de juin.

En Norvège, Lucas Chanavat est baigné dans le ski de fond, élément constitutif de la culture du pays, ce qui n’est pas pour lui déplaire. « Quand on part s’entraîner le matin, on croise des tonnes de personnes sur la piste, de tous les âges. Ça a un petit côté magique, winter wonderland. C’est le ski de fond pur. Se perdre dans la nature, avec ce côté féerique, des sapins enneigés, des traces sur des kilomètres.  Je ne regarde jamais ma montre et je prends un immense plaisir à vivre cette culture du ski de fond au quotidien », développait-il encore dans le quotidien sportif.

 

À lire aussi

 

Photo : Facebook Lucas Chanavat.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.