Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Que puis-je faire pour vous ?

Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver, Vuokatti, championnats du monde juniors,
Martti Jylhae (FIN) - Modica/NordicFocus.

Ski de fond

Ski de fond : Martti Jylhae passe le relais à Niilo Moilanen (2/2)

SKI DE FOND – Mardi 9 février, Niilo Moilanen est devenu champion du monde juniors sur la piste ensoleillée de Vuokatti. Il succède ainsi, quatorze ans plus tard, au dernier médaillé d’or finlandais, Martti Jylhae. Les deux hommes ont répondu aux questions de Nordic Magazine, au lendemain de cette performance historique. Seconde partie.

Ski de fond : Martti Jylhae était le dernier médaillé finlandais

Qu’importe la circonstance, une médaille d’or dans un championnat du monde reste une performance extraordinaire. Mais quand celle-ci se conjugue à une longue attente de quatorze ans de tout un peuple, la breloque prend une autre envergure. Mardi, Niilo Moilanen est devenu le premier homme Finlandais à s’emparer d’un titre mondial en catégorie junior depuis 2007. Cette année-là, sur la piste italienne de Tarvisio, Martti Jylhae remportait le 10 km libre devant Alexey Poltaranin (Kazakhstan) et Alex Harvey (Canada).

L’ancien fondeur professionnel revient pour Nordic Magazine sur cette longue période de disette. Il explique, aux amateurs de fond français, qui est le nouveau tenant du titre du sprint, avec son œil aiguisé tout droit venu de Vuokatti.

Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver, Vuokatti, championnats du monde juniors,

Martti Jylhae (FIN) – Modica/NordicFocus

  • Martti, vous êtes le dernier Finlandais à avoir remporté un titre mondial junior avant celui de Moilanen mardi. Quelle a été votre réaction lorsque vous avez vu l’extraordinaire performance de votre cadet ?

Cela fait 14 ans que j’ai remporté mon titre de champion du monde U20. C’était vraiment long d’attendre qu’un fondeur finlandais me succède, mais c’est enfin arrivé. Donc bien-sûr, je suis très content que Niilo ait brisé le mauvais sort et qu’il ait remporté la médaille d’or. Sa compétition était vraiment impressionnante à voir. Au cours de la journée, seul un homme a réussi à le suivre, George Ersson, mais malheureusement pour lui, il a chuté en finale. Mis à part le Suédois, personne n’a été en mesure de rivaliser. C’est toujours mieux de s’imposer avec beaucoup d’avance comme il l’a fait mardi.

  • Selon vous, quelles sont ses principales qualités sur les skis ? Peut-il être aussi performant sur un autre format que le sprint ?

Bien évidemment, Niilo est meilleur sur le sprint. Mais il n’est pas si mauvais que cela sur les courses à distances classiques, il l’a, d’ailleurs, déjà démontré ici en Finlande. Il y a deux semaines, il s’est emparé de la seconde place des qualifications sur ce format à domicile. Pour autant, je ne m’attends pas forcément à ce qu’il gagne une médaille internationale pour l’instant. Mais on ne sait jamais. Son titre de champion du monde peut le pousser à devenir encore meilleur, donc pourquoi pas à l’avenir ! Je pense qu’il est en mesure de performer dès à présent sur le sprint, qu’il soit classique ou skating. Pour ce qu’il en est de la distance, le style classique semble plus approprié à ses qualités.

« Il a surtout un corps parfait ! »

  • Parlez-nous de ses qualités…

Niilo Moilanen en possède beaucoup. Sa vitesse sur les skis, sa bonne technicité et sa capacité à allier ces deux aspects, en font partie. Si tu es seulement rapide, tu fais forcément la différence en début de course, mais tu ne peux pas tenir sur la durée. Sur ce point-là, je trouve Niilo très fort. Mais il a surtout un corps parfait ! Il a la bonne taille pour performer en sprint, mais également la masse musculaire suffisante pour être puissant, sans être trop lourd.

  • Le connaissez-vous personnellement ? Si oui, que pouvez-vous nous dire sur lui ? Sur son état d’esprit ? Sur son travail ?

Non, je ne le connais pas personnellement. Mais après la course, je l’ai vu extrêmement fier et heureux de cette victoire. Je pense donc qu’il est véritablement passionné et investi dans son sport.

  • En France, le grand public l’a découvert mardi. Mais en Finlande, ce n’est très certainement pas le cas. Les médias et les fans de ski de fond ont-ils déjà parlé de lui avant son titre ? Le voyaient-ils comme une future star ?

On en a entendu parler récemment avant les Mondiaux lorsqu’il largement dominé les compétitions locales. Mais je pense que c’est très difficile de juger les qualités des fondeurs U20 et de se projeter sur l’avenir.

Personnellement, je connais son nom depuis deux ans lorsqu’il a qualifié la Finlande en Scandinavian Cup sur style classique alors que de nombreux habitués de la coupe du monde étaient présents. Déjà à ce moment-là, on pouvait voir que c’était un jeune pétri de qualités.

Cet été, j’ai également entendu des rumeurs qui proviennent de l’équipe nationale. Au cours des différents camps d’entraînement, Niilo a été le seul fondeur du groupe à avoir réussi à suivre le meilleur sprinteur finlandais en activité, Joni Maki. C’est très encourageant pour un jeune de son âge.

L'article continue sous la publicité
pub
  • Et vous Martti, pensez-vous qu’à court ou moyen terme, Niilo Moilanen a les capacités pour rejoindre le circuit de la coupe du monde à temps plein ? 

Les places pour l’équipe de sprint finlandaise valent cher et sont très dures à gagner. Mais il y aura toujours de la place pour un jeune s’il est performant. Le passage en coupe du monde est une étape très importante à franchir dans une carrière. Ce n’est pas facile de passer du circuit junior à celui professionnel. Les courses sont beaucoup plus dures.

Je lui souhaite, toutefois, de réussir à s’installer très rapidement au top niveau. C’est dommage que les sprints de l’équipe U23 se disputent ce jeudi sur une neige plus lente, cela aurait pu nous servir de comparatif.

> Retrouvez ici l’entretien qu’a accordé Niilo Moilanen à Nordic Magazine

À lire aussi :

Photos : Nordic Focus.

Cliquez pour commenter cet article

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski nordique, saut à ski, Vu de Norge, Norvège, Biathlon, Ski de fond, Combiné nordique
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine, vol à ski
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Ski de fond : une chute après la Covid-19 Sergey Ustiugov revient de loin. Jeudi, le Russe a disputé la finale du sprint des...

Ski de fond

Johannes Hoesflot Klaebo est un géant. Le Norvégien devient, à 24 ans, le seul sprinteur à conserver son titre mondial sur deux éditions. Il...

Ski de fond

Le fondeur star de Suède, Oskar Svensson, a bien failli rater son entrée en piste à Oberstdorf.

Ski de fond

Et si, jeudi midi, la Suède décrochait le titre en sprint ? Ses fondeuses se sont en tout très bien comportées lors des qualifications.

Biathlon

Revenue des championnats du monde de Pokljuka (Slovénie) sans médaille, une première depuis 2012, l'Italie a été lâchée par ses cadres, comme Dorothea Wierer...

Ski de fond

Jeudi matin, les qualifications du sprint classique ont vu Johannes Hoesflot Klaebo et Johanna Hagstroem signer les meilleurs temps. Trois Français participeront aux finales.

Ski de fond

Andrew Musgrave a bien cru qu'il avait eu le coronavirus sans le savoir. Mais le laboratoire chargé des tests à Oberstdorf a admis avoir...

Ski de fond

Tous les matins de cette première semaine des championnats du monde d'Oberstdorf (Allemagne), la jeune fondeuse libanaise Huguette Fakhry, 21 ans, prend la plume...