Ski de fond : Niklas Dyrhaug piraté

SKI DE FOND – Le fondeur norvégien Niklas Dyrhaug a subi une attaque informatique sur Facebook, Twitter et Instagram. 

 

En Norvège, le ski de fond peut aussi se retrouver dans les pages Faits divers des journaux. Ainsi, le quotidien Dagbladet publie ce matin un article dans lequel il indique que Niklas Dyrhaug a récemment découvert que son compte Instagram avait été piraté. « Cela montre simplement la vulnérabilité de cette application. C’est extrêmement ennuyeux. Instagram est un truc personnel », a réagi le fondeur sur la NRK. Et d’ajouter : « Je ne comprends pas très bien comment ils ont pu faire. Si vous n’êtes pas un expert en sécurité informatique, il est difficile de savoir comment ils entrent et si l’on peut y remédier. »

 

« Un vol d’identité »

Niklas Dyrhaug raconte qu’il s’est réveillé mercredi dernier avec un message l’informant d’une «activité inhabituelle depuis la Turquie» sur son compte Facebook et a vite réalisé que quelqu’un essayait de prendre le contrôle sur son profil. Mais une vérification en deux étapes a empêché le malfaisant d’atteindre son but.

Le Norvégien a en suite été prévenu que son courrier électronique et Twitter étaient eux aussi en ligne de mire. Mais les protections ont fonctionné, contrairement à celles d’Instagram. Le compte de près de 70 000 abonnés a été désactivé par un autre que lui. Le jeudi, il a été activé à nouveau sans que Niklas Dyrhaug n’y puisse plus rien.

« C’est du vol d’identité », dénonce-t-il. Il a naturellement prévenu la police.

 

Photo : NordicFocus


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.