Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Clément Parisse, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Clément Parisse (FRA) - Thibaut/NordicFocus.

Ski de fond

Ski de fond | Pékin 2022 : le « beau bilan » de Clément Parisse

Clément Parisse a réalisé de très bons Jeux olympiques sur le site Zhangjiakou. Le Mégevan rentre à la maison avec une médaille de bronze et deux top 10 plus que prometteurs.

Clément Parisse : une médaille de bronze et deux top 10

Sur la ligne d’arrivée du 30 km skate remporté samedi par Alexander Bolshunov, le premier qui n’est ni Russe, ni Norvégien est le Français Clément Parisse. Le Mégevan a terminé 7e, à 28’8 secondes du vainqueur.

Après sa belle course, il a répondu aux questions de Nordic Magazine. Ce fut l’occasion de parler avec le médaillé olympique non seulement de cette mass-start, mais aussi de dresser un premier bilan des Jeux de Pékin.

  • Dans ce 30 km où vous finissez dans le top 10, quel a été votre stratégie ?

Au début, ça ne skiait pas trop à cause du vent. Du coup, il fallait être bien placé, être attentif aux bris de cannes et ce genre de choses. Ça se marchait pas mal dessus. Moi, je me sentais bien, en bonne forme, assez facile dans les bosses. J’avais dans l’optique de trouver un ou deux compagnons pour essayer de partir pour, après, jouer plus devant. J’ai peut-être un peu trop joué à tester les autres.

Clément Parisse, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Hans Christer Holund (NOR), Jens Burman (SWE), Clément Parisse (FRA), Perttu Hyvarinen (FIN), Florian Notz (GER), – Modica/NordicFocus.
  • A un moment donné, on vous a vu en effet courir à l’avant jusqu’à ce qu’Alexander Bolshunov ne vous rejoigne. On a eu l’impression que le Russe n’a laissé aucune marge de manœuvre à ses adversaires.

Oui, il a vraiment contrôlé la course. Ceci dit, à l’entame du deuxième tour, Artem Maltsev en a mis une. Bolshunov n’était pas du tout dans ses skis. Je me suis demandé comment il était, s’il se laissait vraiment décrocher dans le groupe. Mais il était à l’image de ses Jeux, au-dessus. Mais c’était une belle course je pense…

Sur un 50 km, je ne dis pas
que le classement aurait
été tout à fait le même,
mais Bolshunov
aurait gagné.Clément Parisse

  • La course a été raccourcie à cause des conditions météorologiques. Qu’est-ce que cela a changé pour vous ?

Oui, il y avait du vent. Il faisait assez froid. Mais cela n’avait rien d’extrême. Je pense qu’on a déjà dû affronter des conditions bien plus impactantes, notamment en début de saison à Ruka. Pour ma part, je n’ai rien ressenti. Il y avait de bonnes rafales de temps en temps, mais ce n’était vraiment pas dérangeant. Je pense que la FIS a eu un peu peur à cause du vent et que cela s’est calmé par rapport au moment où ils ont pris leur décision. Il y avait quand même de la déception et de l’incompréhension que ce ne soit plus un 50 km. On avait bien préparé ça, comme beaucoup. Après, c’est sûr que, sur 50 km, avec de telles conditions, les organismes auraient été bien plus impactés. Là, à l’arrivée, il y en avait déjà un ou deux qui avaient quand même bien froid. C’était peut-être plutôt parce qu’ils avaient mal géré leur tenue vestimentaire.

  • Selon vous, le classement aurait-il été différent si le 50 km avait été maintenu ?

Non, pas sur le devant de la course. Que tu fasses 30 ou 50, ce sont les meilleurs qui sont devant. Après, avec 20 km de plus, un gars peut toujours sauter… Je ne dis pas que le classement aurait été tout à fait le même. Mais, Bolshunov aurait gagné.

Clément Parisse, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Clément Parisse (FRA) – Modica/NordicFocus.
  • Un autre qui a été impressionnant, c’est Simen Hegstad Krueger. Rappelons que ce n’était que sa première course olympique car positif à la Covid-19 avant les Jeux. On l’a vu changer de skis, puis revenir en tête… Bref, il termine médaille de bronze. Quelle a été votre impression ?

Il était attendu quand même, même si on ne l’avait pas encore vu des Jeux. On savait très bien qu’il avait géré au mieux ses tests Covid et sa préparation en Italie. De toute façon, cette saison, il est le meilleur skater du monde. Il a gagné les deux 15 km au début de l’hiver. Je ne suis donc pas étonné par son podium. C’était l’un des grands favoris de cette course.

  • De votre côté, vous signez le second top 10 en individuel sur ces Jeux, vous égalez votre meilleur résultat. Satisfait ?

Oui, la forme était bonne. J’espérais vraiment faire une belle course aujourd’hui. J’espérais même mieux que cette septième place, même si cela reste une très jolie course. Je repars avec deux top 10 individuel et le médaille sur le relais. C’est un très beau bilan. Je suis satisfait.

Il reste de belles courses
à disputer sur
la coupe du monde.Clément Parisse

  • Qu’a-t-il manqué pour faire encore mieux ?

Ma petite attaque quand j’essaie de regarder comment sont les autres me coûte un peu. Peut-être qu’en restant plus caché et à suivre, j’aurais pu gagner quelques places. Mais j’ai essayé, j’ai été acteur de la course.

  • Vous venez d’évoquer le relais où la France a de nouveau été “bronzée”. Racontez-nous comment vous l’avez vécu…

Il a fallu sortir le grand jeu. Quand Hugo [Lapalus] me passe le relais, il y a encore cinq équipes pour deux places sur le podium. Mon objectif était de lancer Maurice [Manificat] avec le moins de monde possible, voire plus que deux coureurs. On avait les meilleurs skis. J’ai dû bien rester concentré. Je n’étais pas très loin au final. Après Maurice a été bon… Je pense qu’on a vraiment réussi à avoir les quatre gars le mieux possible le jour J et par rapport à tous les paramètres. C’est ce qui fait qu’on est sur le podium, car il y a beaucoup d’équipes qui ont eu un trou sur un des quatre relayeurs. Nous, on n’a pas trop subi cela. C’est ce qui fait la différence au final.

Clément Parisse, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Hans Christer Holund (NOR), Jens Burman (SWE), Clément Parisse (FRA), Perttu Hyvarinen (FIN), Florian Notz (GER), – Modica/NordicFocus.
  • Quels sont maintenant vos objectifs pour la fin de saison ?

Il reste de belles courses à disputer sur la coupe du monde. Je n’irai pas à Lahti en rentrant. Je veux faire un bon 50 km classique à Oslo. Ensuite, il y aura Falun avec un 15 km skate. Si j’arrive à garder ma forme, cela peut être un bon objectif. Je n’oublie pas les courses par équipes mixtes. C’est une première. On verra ce que cela peut donner, qui va courir. C’est assez excitant cela. On voit que cela marche bien dans le biathlon. Après, la finale est à Tyumen, si cela reste comme ça, avant les championnats de France pour finir en beauté avec les jeunes des clubs et des comités. La saison est encore assez chargée.

  • Et on se donne rendez-vous dans quatre ans à Milan pour les prochains JO ?

Oui, c’est possible [Rires]. Je pense. En sortant de ces Jeux, j’ai des idées pour Milan. Il y a un beau 15 km skate, le skiathlon que j’apprécie beaucoup et ce fameux relais. Jamais trois sans quatre, on dit, non ? Mais d’ici-là, est-ce que j’aurai toujours le niveau ? Est-ce que les jeunes ne m’auront pas mis dehors ? [Rires] Il y a une belle relève qui arrive en équipe de France. On verra dans quatre ans.


A lire aussi


Les cinq dernières infos

1 Commentaire(s)

1 Commentaire(s)

  1. ilvao

    19/02/2022 à 19 h 28 min

    Il est écrit « on avait les meilleurs skis ». Ce n’est pas plutôt : on n’avait pas les meilleurs skis ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique

Facebook

A LIRE AUSSI

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

Le Russe Alexander Bolshunov, victime d'une opération des dents fin avril, veut avoir une préparation estivale sans pépin physique. Son entraîneur met tout en...

Saut à ski

Désormais retraitée, Océane Avocat-Gros a bien des projets en tête pour la suite. La Haut-Savoyarde est revenue, pour Nordic Magazine, sur les motifs de...

Ski de fond

Alors que les équipes nationales ont repris le chemin de l'entraînement, que se passe-t-il en Russie ? Comment prépare-t-elle la prochaine saison alors qu'elle...

Biathlon

A 25 ans, Hugo Rivail, biathlète des Menuires (Savoie), a décidé de mettre un terme à sa carrière. Il s'en explique au micro de...

Ski de fond

Après un long processus de sélection, l'entraîneur des fondeuses norvégiennes sera désigné dans les prochains jours.

Biathlon

Caroline Colombo, après sa sélection dans le groupe d'entraînement A de l'équipe de France de biathlon, se confie longuement à Nordic Magazine.

Ski de fond

Le stage du groupe d'entraînement d'Yuri Borodavko débutera le 15 mai en Crimée. Alexander Bolshunov sera présent. Après son opération des dents, « tout...