Ski de fond | Pierre Mignerey : « Nous ne sommes pas surpris par le succès du Tour de Ski »

Ski de fond, biathlon , combiné nordique, saut à ski
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI DE FOND –  Demain, le Tour de Ski célébrera sa 100e étape. L’occasion d’entendre le Français Pierre Mignerey, directeur du ski de fond à la Fédération internationale de ski.

 

Aujourd’hui, les fondeurs qui participent au Tour de Ski se reposent. Les attend la dernière étape prévue du vendredi 3 au dimanche 5 janvier à Val di Fiemme. Demain, il y aura la mass-start classique 10 km et 15 km, samedi une nouvelle épreuve de sprint et dimanche l’habituelle montée de l’Alpe Cermis, mais cette hiver en départ groupé et non plus en poursuite.

Pierre Mignerey, directeur de course du ski de fond à la Fédération internationale de ski, se félicite de ces changements apportés au programme : « La fin du Tour de Ski va être très intéressante, avec un sprint presque à la fin du programme et une mass-start sur l’Alpe Cermis. » Jusqu’ici, le premier qui franchissait la ligne d’arrivée remportait la course par étapes. Ce ne sera plus le cas. A ceux qui s’inquiètent de connaître tardivement le nom du vainqueur, il annonce : « Sur les écrans, il sera possible de savoir qui est en tête du Tour de Ski en temps réel. Je pense que ce sera un vrai plus ».

Ski de fond, biathlon , combiné nordique, saut à ski

Sjur Roethe (NOR) à Val di Fiemme ce jeudi – Modica/NordicFocus.

Val di Fiemme servira de cadre à la 100e étape du Tour de Ski. « Nous avons toujours été convaincus qu’une course par étapes serait intéressante, c’était du jamais vu auparavant. Nous ne sommes pas surpris par le succès qu’elle a rencontré jusqu’à présent ».

Au passage, le Tour de Ski permet de tester de nouveaux formats de course. « Mais il doit rester fidèle à ce qu’est le ski de fond. A l’origine, l’idée était de réunir les meilleurs athlètes dans tous les formats existants. Les athlètes scandinaves, par exemple, sont très “conservateurs” et se pincent le nez lorsqu’ils remarquent que le programme ne ressemble plus à ce qu’ils connaissent. Nous disons donc oui à l’innovation, mais nous préservons la nature de la discipline ».

Pierre Mignerey ne semble pas s’inquiéter des départs qui ont eu lieu avant l’épreuve finale, de Kalla à Jouve en passant par De Fabiani : « Cette année, le Tour de Ski est légèrement différent, nous avons essayé de garder les sprinters plus longtemps en ajoutant un sprint dans la dernière étape. Mais de nombreux athlètes se rendent compte qu’ils n’ont plus aucune chance de se distinguer dans le classement général, alors ils se retirent tout simplement. Ce n’est pas seulement un problème propre au Tour de Ski, nous devons travailler avec les équipes et les sponsors pour faire face à ce phénomène plus général ».

 

Le Tour de Ski en 1 clic :

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.