Ski de fond : Prémanon accueillera bien la coupe du monde

Président de la Fédération française de ski depuis 2010, Michel Vion a été réélu à l’unanimité pour un troisième mandat lors de l’assemblée générale qui se tenait ce samedi 2 juin à Grenoble.

SKI DE FOND – Le site des Tuffes à Prémanon fait son apparition au calendrier de la coupe du monde de ski de fond 2021.

 

La coupe du monde de ski de fond de retour en France

Cette fois-ci c’est officiel ! L’information est tombée ce samedi matin en marge de l’inauguration du stade des Tuffes et a été révélée par le président de la Fédération française de ski : « Désormais au standard international, le stade de Prémanon devrait accueillir une étape de la coupe du monde de ski de fond en 2021 », a dévoilé Michel Vion devant de nombreux élus et bénévoles de Jura Ski Events, mobilisés pour les prochains Jeux olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020.

La coupe du monde de ski de fond fait donc son retour en France après le retrait de l’historique site des Confins, à La Clusaz, théâtre de nombreuses joutes internationales notamment de la seule victoire française en relais, c’était en décembre 2003.

Dans les faits, ce sont six épreuves hommes et dames qui sont programmés sur trois jours de compétition : vendredi, samedi et dimanche.

 

Légitimité nordique du massif jurassien

« La FIS nous a actés au calendrier de l’hiver 2021, et envisage une apparition tous les deux ans sur le programme de la coupe du monde, développait Michel Vion à Nordic Magazine. Avant de valider 2023, il conviendra bien sûr de réussir 2021. »

Le président de la FFS ne cache d’ailleurs pas sa joie de voir la France faire son retour au calendrier : « Je l’ai dit plusieurs fois : le stade des Tuffes était le seul qui pourrait accueillir cet événement. Cette organisation s’inscrit dans l’évolution du stade, dans la progression de notre équipe de France et dans la suite de l’accueil des JOJ qui constitue un vraie marche-pied pour un autre événement international, tout un système qui fait que notre candidature est cohérente. Et puis, pour être clair, le massif jurassien est le lieu où ça se passe quand on parle du nordique. »

Maintenant que la nouvelle est officialisée du côté de la FIS comme de la FFS, les acteurs locaux vont devoir réunir un budget suffisant, en lien avec les collectivités territoriales pour répondre au cahier des charges de la fédération internationale de ski. En gros, l’enveloppe devrait se monter autour des 750 000 euros…

 

Photo : Agence Zoom

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.