Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Kristin Austgulen Fosnaes, Eve-Ondine Duchaufour, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Kristin Austgulen Fosnaes (NOR), Eve-Ondine Duchaufour (FRA) - Benedikte Johnsen / Lygna 2022

Ski de fond

Ski de fond | Samuel Régé-Gianasso : « Pour moi, ce sont des Mondiaux réussis »

L’entraîneur de l’équipe de France des juniors et U23 dames, Samuel Régé-Gianasso, fait le bilan pour Nordic Magazine des performances des Bleuettes sur les Mondiaux juniors et U23 de ski de fond à Lygna (Norvège).

Ski de fond : Samuel Régé-Gianasso satisfait des Mondiaux, mais ambitieux pour la suite

La semaine a été intense sur les pistes de Lygna (Norvège). Au bout de ces Mondiaux juniors et U23 de ski de fond, la France repart avec une médaille d’argent, sur la toute dernière course et le relais mixte composé de Mélissa GalThéo SchelyJules Chappaz et Eve-Ondine Duchaufour.

Jules Chappaz, Eve-Ondine Duchaufour, Mélissa Gal, Théo Schely, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Jules Chappaz (FRA), Théo Schely (FRA), Eve-Ondine Duchaufour (FRA), Mélissa Gal (FRA) – Benedikte Johnsen / Lygna 2022

Pour Nordic Magazine, l’entraîneur de cette équipe de France dames, Samuel Régé-Gianasso, revient sur les moments forts de ces championnats du monde, pour le moins riches en émotions.

  • Comment analysez-vous les Mondiaux de l’équipe de France ?

Il y avait une forte implication pour tout le monde. Les athlètes comme le staff ont font un gros travail durant cet événement. Il y a des signaux qui laissaient espérer de belles choses comme l’individuel de Mélissa Gal ou encore celui des garçons en U23. Les juniors étaient un peu impressionnés en entrant dans le tournoi, mais les filles ont fait un super relais le lendemain. Elles ont dit qu’elles n’allaient pas se laisser faire comme ça et elles l’ont prouvé en jouant très bien le coup et en faisant sixièmes.

  • Selon vous, peut-on dire que ce sont des Mondiaux réussis pour les Bleuets ?

Vous savez, il y a la médaille, donc pour moi ce sont des Mondiaux réussis. On peut bien sûr faire mieux. Les jeunes ont beaucoup appris, ils ont pu voir le niveau des autres nations et ce qu’il faut aller chercher pour faire la médaille. On espérait mieux, mais on se dit qu’au printemps on peut capitaliser dessus pour revenir plus forts. C’est une source de motivation aussi de se faire piquer comme ça sur certaines courses.

Maëlle Veyre, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Maëlle Veyre (FRA) – Jon Christen Bjone/Lygna 2022
  • Il y a dû y avoir une certaine pression d’obtenir cette médaille tout de même…

Au fil de la semaine, il n’y a pas eu la récompense qu’on attendait. Le dernier jour, on sentait quand même que malgré le manque de résultat, il y avait cette envie, cette force du collectif. Et puis il y a eu cette médaille ! Je trouve que les courses individuelles sont frustrantes dans l’ensemble, mais une fois de plus le collectif a payé.

  • Qu’a t-il manqué selon vous pour aller chercher plus de médailles ?

Il nous faut un petit peu plus sur le terrain, il manque ce petit truc. J’ai l’impression que c’est encore plus de travail à l’entraînement. On est pourtant rapides, je crois que la différence avec la Russie et la Norvège, c’est qu’ils arrivent à maintenir la même vitesse du début à la fin. Je pense qu’il faudra en mettre encore un peu plus à l’entraînement.

« Elles sont capables d’être parmi les toutes meilleures du circuit »Samuel Régé-Gianasso, à Nordic Magazine

Les filles ont en tout cas su réagir, ça les a peut-être un peu décomplexées ce mauvais début de tournoi. Sur le 15 km, on a pris une petite claque mais on a pu repartir de l’avant le lendemain. C’est une belle réaction d’orgueil de leur part. Il y a une vraie belle densité chez les filles, elles sont capables d’être parmi les toutes meilleures du circuit. C’est prometteur pour la suite.

  • Vous dites que c’est prometteur pour la suite. Quelles sont les satisfactions et déceptions de ces Mondiaux chez les juniors féminines ?

Liv Coupat a fait une très belle impression sur le relais, pareil pour Cloé Pagnier. Cela leur servira pour la suite. France Pignot a fait de gros progrès sur le classique. J’avoue qu’au printemps, je ne la voyais pas être alignée sur un individuel classique. Là, elle méritait sa place. Il faut encore bien sûr beaucoup de travail, les résultats sont mitigés, mais elle est constamment en progrès et fait de très bonnes performances. Elle a vraiment l’envie de trouver la solution. Sa volonté de progresser est vraiment remarquable. Elle a des vraies qualités en sprint en plus de tout cela.

Cloé Pagnier, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Cloé Pagnier (FRA) – Benedikte Johnsen / Lygna 2022

Pour Maëlle Veyre, ce n’était en revanche pas sa semaine. C’est une saison compliquée pour elle, elle a connu quelques mésaventures tout au long de la saison. Elle a de vraies qualités sur le KO, qu’elle a démontrées cet été. C’est dommage, elle a peu de références pour elle cet hiver.

En ce qui concerne Julie Pierrel, c’est la régularité incarnée. Elle a fait des super courses en OPA Cup. Elle tente de nouvelles choses, ce sont des réglages maintenant à rectifier. Elle est encore un peu gentille dans le peloton, elle va progresser sur cet aspect là.

  • Lors du relais mixte, on a vu Mélissa Gal en grande forme. Comment a-t-elle su gérer l’enchaînement entre les Jeux olympiques et les Mondiaux U23 ?

Mélissa a été formidable sur le relais. Même sur l’individuel, elle n’est pas passée loin de la médaille. Elle travaille beaucoup, elle est très curieuse. Souvent, elle vient frapper à ma porte pour qu’on bosse sur certains points. Au niveau des qualités de base, elle n’a pas forcément plus que les autres, mais elle a cette ténacité et cette progression qui montrent que c’est possible.

Je pense que les Jeux olympiques lui ont fait passer un cap. Elle n’y est pas allée à reculons. Je trouve ça fort, ce sont ses premiers Jeux et elle a osé y aller. Elle a saisi cette chance. Le fait d’avoir ce contact avec les pros et de voir le niveau global de course, cela lui permet d’apprendre au fur et à mesure.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

  • En ce qui concerne Eve-Ondine Duchaufour, c’est aussi très encourageant pour la suite. N’est-ce pas ?

Pour Eve-Ondine, c’était son premier Mondial. Elle arrive là et en peu de courses, elle a réussi à se dire qu’elle pouvait être dans le match. Elle a élevé son niveau sur le relais et je suis persuadé qu’elle peut reproduire ce qu’elle a fait là par la suite. Elle a osé faire une belle prestation, suivre en trouvant des solutions. Elle s’est trouvée une course de référence, clairement.

« J’ai cru à
la médaille d’or »Samuel Régé-Gianasso, à Nordic Magazine

J’ai cru à la médaille d’or, oui, c’était possible et ça s’est joué à peu. Eve-Ondine avait la consigne de skier relâchée. Mais si la Norvégienne temporisait, il fallait skier et c’est ce qu’elle a très bien fait. On a vu qu’elle avait même une certaine facilité pendant le relais. Finalement, la Norvégienne a mis une accélération. Mais c’est une très belle médaille. Cela aurait pu mal se goupiller avec la Russie et la Suisse derrière. Mais elle a fait le travail, elle a su contrôler la médaille.

  • Comment expliquez-vous que les athlètes arrivent à se surpasser comme cela dans des relais, alors qu’en individuel c’est un peu plus compliqué ?

C’est une équipe qui vit bien ensemble, que ce soit en entraînement ou en communauté. Ils ont envie d’aller s’entraîner ensemble. C’est ce qui fait notre force. C’est ce qui nous caractérise, ce côté fédérateur, ce qui peut ne pas être le cas pour les Russes par exemple. Je les vois s’entraider, se motiver entre eux, ils se donnent des conseils, se soutiennent.

Si elles sont capables de suivre les filles qui performent devant, comme elles le font en relais, je ne vois pas pourquoi ce n’est pas possible de le reproduire en individuel. L’année dernière, à Vuokatti, Mélissa tenait sa course de référence avec ce relais. On est partis de ça au printemps en disant qu’elle allait refaire ce type de prestations. Pour Eve-Ondine, ce sera la même chose, elle peut vraiment le faire à nouveau. Après il faut vraiment le vouloir. Sur un individuel, un moment de relâche et tu perds 20 à 30 secondes, il faut avoir les crocs et ne rien lâcher du début à la fin.

Julie Pierrel, biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Julie Pierrel (FRA) – Benedikte Johnsen / Lygna 2022

On sait qu’il y a pour tout le monde des points à travailler. Ce qu’il faut, c’est avoir conscience de ses faiblesses et de ses points forts, et de les bosser. Ce n’est jamais quelque chose d’acquis.

  • Comment s’est déroulée la fin des compétitions, malgré le contexte actuel entre la Russie et l’Ukraine ?

C’était quand même spécial. Nous, on est là, on fait nos courses. Et puis à côté, il y a ces événements malheureux. On avait presque des scrupules à être là. Mais on a vu des vraies choses autour de la piste, il y avait des Russes qui encourageaient les Ukrainiens. C’était poignant. Personne n’a pointé du doigt les athlètes russes. Sur le terrain, les Ukrainiens étaient livides, le regard vague. Et puis, sur la piste, ils n’avaient pas l’énergie. C’était assez dur à voir.

  • On imagine que vous avez de belles ambitions pour le Festival olympique de la jeunesse européenne à Vuokatti fin mars ?

Pour les FOJE de Vuokatti, on aura Liv et France. Elles ont une vraie carte à jouer sur le sprint skate. Si elles ont les dents longues, ça peut vraiment faire des beaux tournois. On aura aussi Mélina Berthet, qui avait fait une jolie remontée sur la mass-start skate quand on l’avait amenée sur une coupe d’Europe, et Léonie Perry, qui sont toutes les deux de 2004. Léonie a un très beau classique. Il y a une jolie équipe des filles qu’on suivra avec beaucoup d’intérêt.


À lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Cette semaine, le Blink Festival, rendez-vous estival incontournable dans le monde du nordique, a tenu en haleine les fans de rollerski et de biathlon....

Biathlon

Pour Nordic Magazine, Claire Breton, un de quatre entraîneurs de l'équipe de France B de biathlon, fait le bilan du long stage de Font-Romeu...

Biathlon

Antonin Guigonnat termine deuxième de la mass-start de biathlon du Blink Festival derrière un Vetle Sjaastad Christiansen intouchable.

Biathlon

Jolie performance de Lou Jeanmonnot qui se classe deuxième de la mass-start de biathlon du Blink Festival remportée par la Suédoise Linn Persson.

Rollerski

Pas de podium pour le Haut-Savoyard Lucas Chanavat en finale du sprint skating de rollerski du Blink Festival. C'est James Clugnet qui s'impose.

Rollerski

19:21. Au lendemain des mass-starts, qui avaient vu Linn Soemskar et Arnaud Chautemps l’emporter, c’est un sprint skating qui est proposé, ce samedi, aux...

Rollerski

15:53. Contrat rempli pour les trois fondeurs de l’équipe de France engagés, ce samedi après-midi, sur le prologue du sprint skating du Blink Festival....

Biathlon

12:18. Troisième du prologue du Blink Festival vendredi, la Dauphinoise Lola Gilbert-Jeanselme avait de belles chances de podium ce samedi midi lors de la...