Ski de fond | Seefeld : ce que Jules Lapierre a pensé de sa course

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

 SKI DE FOND – 24e et premier Français du 15 km classique, Jules Lapierre se confie à Nordic Magazine après la course.

 

Jules Lapierre a beau être le meilleur Français de ce 15 km classique en ski de fond, il n’est pas pour autant satisfait de sa performance du jour.

« L’accroche était difficile, c’était dur de skier dans la trace, dit-il en arrivant en zone mixte. Il fallait skier en dehors mais l’appui était beaucoup plus friable. Le Suédois devant moi skiait mieux dans la trace donc quand il m’a rattrapé, ça m’a reboosté et je me suis accroché. Mais j’ai eu du mal à me mettre dedans au début, le deuxième tour était dur. Je suis un peu déçu. »

Le jeune fondeur français a aussi été mis en difficulté sur cette piste autrichienne : « j’ai du mal sur cette piste, la partie classique avec le long plat est vraiment difficile. Ce n’est pas le genre de piste que je préfère. Faut pousser les skis, c’est lent, c’est un combat », confie Lapierre.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Jules Lapierre (FRA) –  Vianney Thibaut/NordicFocus.

Pourtant, tout n’est pas à jeter. « J’appréhendais un peu le classique, mais le feeling dans cette technique revient, ça s’améliore, affirme-t-il. Et puis je prends de l’expérience. On voit que sur ce genre d’évènements, c’est plus formel, plus strict que sur la coupe du monde. »

Mais ce qui le marque vraiment dans ces Mondiaux, c’est bien sûr l’ambiance. « On loge dans le village, on croise les supporters dès qu’on sort. C’est vraiment sympa avec le beau temps, l’ambiance. Même si les conditions sont difficiles, même si je suis pas au top de ma forme, je suis content d’être là. C’est vraiment une super ambiance dans l’équipe de France, sourit le membre du clan tricolore. Rien que dans la côte du départ, il y a beaucoup de public. Et dans le stade, ça hurle, c’est l’effervescence. Ça te porte et t’as envie d’en remettre une couche, c’est génial. »

Et pour la suite ?  « Pour les autres courses, on verra. On va essayer de faire mieux. Quant au relais, on ne sait encore rien de la composition. »

 

Photo : Nordic Focus Photo Agency

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.