Ski de fond | Therese Johaug : la montagne l’a terrassée

Therese Johaug, ski de fond, val di fiemme, tour de ski
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI DE FOND – À nos confrères de la NRK, Therese Johaug a expliqué que sa méforme est due à ses longues randonnées en montagne durant ses vacances.

 

Ski de fond : des vacances qui coûtent cher

Therese Johaug sur le banc de touche. Le corps de la fondeuse norvégienne a dit « stop ». Fin août, elle déclarait même forfait pour la Toppidrettsveka. « La charge d’entraînement de Johaug a été trop élevée cet été. Elle n’était pas dans la forme prévue lors des séances disputées ces derniers jours, et a décidé, en consultation avec l’entraîneur et l’équipe de santé, de ne pas participer aux courses prévues cette semaine », faisait alors savoir la fédération norvégienne de ski dans un communiqué.

Dans sa préparation estivale, la numéro un mondiale de ski de fond est donc contrainte de faire une pause. « Je m’en veux », a-t-elle confié hier à la NRK. Therese Johaug a passé le début de l’été à se préparer pour le 10 000 mètres disputé à Bislett. C’était le 11 juin. Rappelons qu’elle a enregistré un chronomètre exceptionnel de 31 minutes 40. Un temps qui n’a pas encore été battu cette année en Norvège.

La fondeuse ne regrette d’ailleurs pas cette expérience. Ce n’est pas, selon elle, ce qui l’a emmené dans le surentraînement. C’est après qu’elle en a trop fait. « Je me suis beaucoup entraîné en juillet. Je me sentais très en forme. Ensuite, je suis partie en vacances aux Lofoten », raconte l’athlète qui prend soin de mettre des guillemets au mot « vacances ».

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

LO👣EN

Une publication partagée par Therese (@johaugtherese) le

 

Là, elle a enchaîné les randonnées sac au dos, gravissant les différents sommets. « J’ai senti que la charge totale sur mes jambes était devenue trop importante », admet-elle.

Ensuite, elle a gagné le Blink Festival, à Sandnes dont le programme a débuté avec la terrible montée du Lysebotn Opp. « Ça a été très dur, une sensation que je n’ai pas ressenti depuis longtemps. J’ai pensé que c’était une mauvaise journée. Rien d’étonnant à cela. J’ai continué à m’entraînement normalement. » Ce qui l’a pas empêché de décrocher la victoire.

Sauf qu’après, la forme n’est pas revenue. Les examens qui ont suivi ont confirmé que la machine s’était enrayée. « Je suis frustrée, mais je sais qu’il n’y a pas de crise », se rassure Therese Johaug. L’hiver n’est pas encore là.

 

Photo : Nordic Focus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.